Le Parlement de la CEDEAO suspend le recrutement du personnel et ouvre une enquête après la plainte du Nigeria

Détails avec Adoba Echono

0 434

Le président du Parlement de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le Dr Sidie Mohamed Tunis, a ordonné la suspension immédiate du recrutement du personnel et mis en place un panel pour enquêter sur les allégations de mauvaises pratiques dans le processus de recrutement.

Le Dr Tunis a donné cette directive dans une déclaration de la division des communications du Parlement, suspendant le processus suite aux allégations de la délégation nigériane au Parlement selon lesquelles les candidats du pays ont été marginalisés dans le recrutement.

La représentation nigériane auprès du bloc avait menacé de retirer son adhésion car ses citoyens étaient marginalisés au Parlement en matière d’emploi et de promotion.

Le président a reçu des plaintes écrites du premier vice-président du Parlement, Ahmed Idris Wase, et du représentant permanent du Nigeria auprès de la Commission de la CEDEAO, Musa Sani Nuhu.

Selon la déclaration, le travail de la commission d’enquête ad hoc indépendante, composée de huit membres, commencera ce mois-ci et ses conclusions sont attendues dans une semaine.

Elle ajoute qu’une réunion du bureau sera convoquée immédiatement pour examiner le rapport en vue de sa soumission à la plénière.

La commission ad hoc est dirigée par le sénateur Mohammed Ali Ndume, président de la commission de l’administration, des finances et du budget du parlement régional.

Les autres membres du comité sont Lynda Chuba Ikpeazu du Nigeria, Fatoumatta Njai de Gambie, Amadou Djibo Ali du Niger, Kounon Nahou Agbandao du Togo, Caramo Camara de Guinée Bissau, Moussokora Chantal Fanny de Côte d’Ivoire et Arboncana Oumarou Dicko.

“Le mandat de la commission ad hoc est le suivant : enquêter sur les allégations de conduite inappropriée dans le processus de recrutement en cours au Parlement de la CEDEAO ; enquêter sur les allégations de marginalisation des candidats nigérians dans le processus de recrutement actuel ; enquêter et déterminer si la plénière a effectivement adopté une résolution concernant le sujet (recrutement du personnel), en utilisant la procédure parlementaire normale”, ajoute la déclaration.

Elle a souligné que dans l’exécution de son mandat, la commission devrait avoir accès à tous les documents relatifs à l’exercice de recrutement et travailler avec le Comité consultatif sur le recrutement et les promotions du Parlement de la CEDEAO pour étudier et revoir l’exercice.

“Le comité ad hoc serait guidé par les dispositions de l’Acte additionnel et du Statut du personnel de la CEDEAO”, a déclaré l’institution.

La direction du Parlement a déclaré qu’elle s’engageait à faire respecter et à protéger les droits de tous les citoyens de la CEDEAO à aspirer à des postes dans n’importe quelle institution de la CEDEAO, conformément aux dispositions du statut du personnel du groupe et de tous les protocoles connexes.

Leave A Reply

Your email address will not be published.