Le Sénat va enquêter sur les 11,35 trillions d’euros dépensés pour la réhabilitation des raffineries

Le gaspillage des ressources publiques

0 185

Le Sénat nigérian a constitué un comité ad hoc chargé d’enquêter sur tous les contrats passés pour la réhabilitation des quatre raffineries moribondes du pays.

Le vice-président du Sénat, le sénateur Barau Jibirin, qui a présidé la séance plénière, a créé le comité après que le sénateur Sunday Karimi, représentant de Kogi West, a présenté une motion visant à enquêter sur les projets de maintenance des raffineries nigérianes afin d’éviter le gaspillage des ressources publiques.

Deux des quatre raffineries du pays sont situées à Port Harcourt, dans l’État de Rivers, une à Warri, dans l’État du Delta, et une dans l’État de Kaduna.

Présentant sa motion, le sénateur Karimi a déclaré que “de 2010 à aujourd’hui, le gouvernement nigérian a dépensé 11,35 trillions de nairas pour des contrats de réhabilitation des quatre raffineries, mais elles sont toujours improductives”.

“Entre 2010 et aujourd’hui, on estime que le Nigeria a dépensé 11,35 trillions de N (N11, 349, 583, 186, 313.40) sans compter les autres coûts dans d’autres devises qui comprennent 592, 976, 050.00 dollars, 4, 877, 068.47 euros et 3, 455, 656.93 livres, pour la rénovation des raffineries, mais elles sont toujours improductives.

Le sénateur Karimi, qui est le président de la commission des services du Sénat, a déclaré que malgré l’état moribond des quatre raffineries, leurs coûts d’exploitation sont estimés à 4,8 billions de nairas.

Il a déclaré : “Malgré l’état moribond des quatre raffineries, les coûts d’exploitation de ces raffineries entre 2010 et 2020 sont estimés à 4,8 billions de nairas. Les raffineries devraient enregistrer une perte cumulée de 1,64 trillion de nairas en quatre ans. Préoccupés par le fait que le gouvernement nigérian a réalisé des projets de réhabilitation de la Port Harcourt Refinery Company (PHRC) sur sept (7) ans, de 2013 à 2019, pour un coût estimé à 12 161 237 811,61 Naira seulement. En outre, le 18 mars 2021, un contrat de réhabilitation a été exécuté entre la NNPC/PHRC et Tenenimont SPA pour un montant forfaitaire de 1 397 000 000,00 $, soit environ 75 milliards de nairas, au milieu de la critique publique mondiale. La phase 1 du projet devrait être achevée 28 mois après la signature du contrat, la phase 2 dans les 24 mois et la phase 3 dans les 44 mois suivant l’exécution. Malgré cela, la ville de Port Harcourt est restée très prudente. Perturbé par le fait que, dans le but de revitaliser la raffinerie de Warri, le gouvernement nigérian a injecté d’énormes fonds publics dans la modernisation de Warri Refinery and Petrochemical Company limited pour un montant de plus de N28 219 110 067,10 entre 2014 et 2019”.

 

Enquête

 

Le législateur a donc exhorté le Sénat à enquêter sur tous les contrats attribués pour la réhabilitation des raffineries au cours de la période considérée afin de prévenir la corruption dans le secteur.

Lorsque la motion a été soumise au débat, de nombreux sénateurs l’ont soutenue.

Adams Oshiomhole ( APC, Edo North) a exhorté le Sénat à élucider la principale raison pour laquelle les quatre raffineries sont devenues moribondes malgré les énormes sommes d’argent allouées à leur rénovation.

Oshiomhole a affirmé : “Le Sénat doit assurer des fonctions de contrôle adéquates pour veiller à ce que les Nigérians en aient pour leur argent. Nous devons comprendre pourquoi les raffineries qui fonctionnaient auparavant sont soudainement devenues moribondes. Le Sénat rendra justice en rendant compte des sommes versées et de ce qui a été fait jusqu’à présent. Les sommes dépensées jusqu’à présent pour les raffineries permettraient d’en construire de nouvelles. Les sénateurs doivent prendre ces questions avec tout le sérieux qu’elles méritent”.

Le sénateur Adamu Aliero, représentant de Kebbi Central, a également déclaré que les raffineries étaient restées moribondes malgré les sommes considérables dépensées pour leur entretien.

Il a affirmé que la nature conditionnelle des raffineries était un sabotage délibéré de la part de certaines personnes qui voulaient continuer à importer des produits pétroliers dans le pays.

Les autres sénateurs qui ont contribué à la motion sont : le sénateur Aliyu Wadada (Nasarawa West), le sénateur Ita Williams (Cross River Central), le sénateur Isah Jibrin (Kogi East), le sénateur Olalere Oyewunmi (Osun West) et le sénateur Adeola, Olamilekanm (Ogun West).

Après un débat approfondi sur la motion, le sénateur Jibirin a nommé le législateur représentant Kogi East, le sénateur Isah Jibrin, président de la commission, tandis que les présidents des commissions sénatoriales sur les ressources pétrolières en aval, en amont, sur le gaz, sur les finances, sur l’appropriation et sur les comptes publics en sont membres.

Les autres membres de la commission sont Abdullahi Yahaya (PDP, Kebbi), Adamu Alero (PDP, Kebbi), Ifeanyi Ubah (APC, Anambra) et M. Karimi (APC, Kogi).

Il a également demandé à la commission de soumettre ses conclusions au Sénat dans un délai de quatre semaines.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *