Un Américain pris au piège d’un coup d’État manqué au Congo, en vacances avec sa famille

146

La famille d’un Américain pris dans une tentative de coup d’État manqué au Congo a déclaré que leur fils, Tyler Thompson, était en vacances en Afrique avec des amis de la famille.

Dans une déclaration transmise à la presse, la famille a ajouté que leur fils n’avait jamais été engagé dans l’activisme politique.

“Nous sommes abasourdis et le cœur brisé par les vidéos que nous avons vues de la tentative de coup d’État”, a déclaré sa belle-mère, Miranda Thompson, dans un message sur la plateforme de micro-messagerie X (Twitter)… “Nous n’avons aucune idée de la manière dont il s’est retrouvé mêlé à cette situation, qui ne lui ressemble pas du tout. Nous sommes certains qu’il ne s’est pas rendu en Afrique pour faire de l’activisme politique”.

M. Thompson faisait partie d’au moins deux autres Américains cités par l’armée congolaise dans le cadre d’une tentative avortée de renversement du gouvernement de Kinshasa, aux premières heures du dimanche matin, sous l’égide d’un dirigeant excentrique en exil, Christian Malanga.

Les deux autres Américains prétendument impliqués étaient un trafiquant de marijuana condamné, Benjamin Reuben Zalman-Polun, et le fils de Malanga, Marcel, âgé de 21 ans, qui a été arrêté par les forces congolaises.

Malanga, le chef présumé, a été abattu après avoir résisté à son arrestation, a déclaré l’armée congolaise.

Au total, six personnes ont été tuées dans l’attaque du palais présidentiel et dans celle de la résidence d’un proche allié du président Félix Tshisekedi.

Mercredi, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a condamné l’attaque lors d’un appel téléphonique avec M. Tshisekedi et a proposé l’aide des États-Unis dans l’enquête, selon un résumé de l’appel.

La belle-mère a déclaré que M. Thompson n’était pas engagé politiquement et qu’il était enthousiaste à l’idée de voir le monde avec des amis de la famille. “C’est un bon garçon, un travailleur acharné et un jeune homme respectueux. Nous ne savons pas comment il a pu se retrouver dans cette situation”, a-t-elle déclaré.

L’ambassade des États-Unis au Congo a déclaré jeudi qu’elle attendait toujours que le gouvernement congolais fournisse la preuve que les personnes arrêtées étaient américaines avant de pouvoir leur fournir des services consulaires.

Le gouvernement congolais n’a pas donné de date pour la comparution des suspects devant le tribunal.

Comments are closed.