L’État de Yobe et la Banque mondiale vont débourser des prêts aux agriculteurs – Buni

150

Le gouvernement de l’État de Yobe a lancé un fonds renouvelable sans intérêt de 325 millions de nairas afin d’améliorer l’accès des agriculteurs au financement agricole et d’encourager la productivité.

Ce fonds est destiné à soutenir des groupes d’agriculteurs sélectionnés dans le cadre du projet ACRESAL (Agro Climatic Resilience in Semi-Arid Landscape) de la Banque mondiale.

Le gouverneur Mai Mala Buni a déclaré cela lors de l’inauguration du projet mardi à Damaturu.

M. Buni a déclaré que le projet ACReSAL visait à restaurer les terres dégradées et à réduire la pauvreté dans l’État.

Représenté par son adjoint, Alhaji Idi Gubana, le gouverneur a déclaré que la Banque mondiale débourserait 250.000 dollars équivalant à 325 millions de nairas (au taux de change en vigueur de 1.300 nairas par dollar), par le biais du projet ACReSAL dans l’État.

Il a indiqué que le prêt serait déboursé par l’intermédiaire d’un fonds renouvelable communautaire, en faveur des 10 communautés pilotes qualifiées dans deux micro-bassins versants de Damaturu et Nguru.

M. Buni a précisé que chacune des communautés bénéficiaires recevrait 25 000 dollars, soit 32,5 millions d’euros, pour soutenir les entreprises agricoles et améliorer les moyens de subsistance.

La facilité, a-t-il dit, est conçue pour tourner et croître au fil du temps, permettant à d’autres agriculteurs de bénéficier d’un remboursement rapide.

Il a félicité l’équipe de travail d’ACReSAL, l’unité fédérale de gestion du projet et les autres parties prenantes pour la réussite de la mise en œuvre du projet.

Auparavant, Alhaji Shehu Mohammed, coordinateur du projet ACReSAL, a déclaré que le programme d’intervention du Fonds renouvelable communautaire (CRF) n’est pas une subvention.

Selon lui, il s’agit d’un fonds d’investissement destiné à soutenir les communautés et les groupes d’agriculteurs afin d’améliorer les pratiques agricoles pluviales intelligentes sur le plan climatique, en particulier en ce qui concerne les chaînes de valeur des cultures.

Il a conseillé aux bénéficiaires de maintenir le prêt en circulation au sein de leurs communautés en le remboursant rapidement afin de permettre à d’autres agriculteurs d’en bénéficier.

“Si vous ne remboursez pas votre prêt initial, vous ne pourrez pas accéder à la deuxième tranche de la facilité”, a-t-il déclaré.

Le coordinateur a précisé que les agriculteurs devaient résider dans la communauté participante et être membres du groupe depuis au moins un an, afin de pouvoir accéder à la facilité.

“Les groupes doivent compter entre 10 et 25 membres, être engagés ou désireux de s’engager dans une agriculture intelligente face au climat ou dans des activités agro-industrielles, entre autres conditions.

Comments are closed.