Programme d’enseignement secondaire accéléré au Nigéria

Le Nigeria lance un programme d'enseignement secondaire accéléré

139

Le gouvernement nigérian a lancé un programme pluriannuel d’enseignement secondaire supérieur accéléré (ASSEP) visant à rénover les infrastructures scolaires, à moderniser les programmes et à intégrer les technologies d’apprentissage virtuel.

Cette initiative constitue un effort politique majeur pour combler le fossé éducatif dans le pays, en commençant par la région du Nord-Est.

En dévoilant l’initiative dans l’État de Bauchi samedi, le vice-président Kashim Shettima a déclaré que le programme complet et échelonné vise à améliorer rapidement l’enseignement secondaire à travers trois piliers fondamentaux, notamment l’amélioration de l’accès aux établissements d’enseignement supérieur, la transmission de compétences pertinentes pour le marché et la mise à niveau des enseignants pour rester à la pointe des innovations perturbatrices telles que l’intelligence artificielle.

Il a souligné que l’initiative répondait directement à la vision du président Bola Tinubu de faire face aux défis multiformes dans le nord-est.

« Ces défis vont de la crise sécuritaire dans la région à la stagnation des résultats en matière de capital humain », a-t-il déclaré.

Selon lui, la position actuelle de chaque personne est due au privilège de l’éducation rendue possible par quelqu’un qui a fourni un environnement propice à l’apprentissage et des incitations à continuer, une tradition qui, selon lui, ne doit pas être rompue.

Le vice-président Shettima a déclaré qu’ils s’étaient réunis pour entreprendre la noble mission de sauvegarder les opportunités éducatives qui ont permis aux générations successives d’atteindre leur position actuelle.

Disparité

Il a noté que la grande disparité de qualité de vie entre ceux qui embrassent l’éducation et ceux qui ne l’embrassent pas est un rappel flagrant et durable des avantages profonds que procure l’éducation.

Déclarant que des enquêtes sont nécessaires pour mettre en évidence cette différence, car elle est évidente dans toutes les facettes de la société, le vice-président Shettima a souligné que la sous-région du Nord-Est, en particulier, avait été victime de l’échec collectif de la mise en œuvre de politiques uniformes en faveur de la scolarisation.

Culture

Cette situation, a-t-il ajouté, est aggravée par l’aversion culturelle persistante à l’égard de l’éducation formelle au sein des différentes communautés de la région.

« Nous occupons les dernières places dans les indices d’éducation, ce qui reflète notre incapacité à mettre en œuvre des politiques uniformes en matière de scolarisation dans un contexte de réticence culturelle persistante au sein de certaines communautés », a déclaré le vice-président.

Alors que l’enseignement primaire « constitue l’intérêt fondamental de l’éducation occidentale », a déclaré le vice-président, « c’est l’enseignement secondaire qui sert de pont critique entre les étudiants et leur parcours pour devenir autonomes et pertinents dans la société moderne ».

Sous l’égide de l’ASSEP, le gouvernement stimulera un enseignement de haute qualité, encouragera la réussite dans le domaine des STIM, rénovera les salles de classe délabrées pour les adapter aux spécifications modernes et cultivera un environnement académique enrichissant grâce à des innovations telles que des concours de quiz, des camps d’entraînement aux examens et une formation intensive des enseignants.

Une composante technologique essentielle consistera à développer les capacités d’apprentissage virtuel, en s’appuyant sur des modules en ligne pour compléter l’enseignement en personne et réduire la fracture numérique.

« La Commission de développement du Nord-Est (NEDC) reste fidèle à sa mission, qui est de mettre en œuvre la vision de Son Excellence, le président Bola Ahmed Tinubu, pour cette zone géopolitique. M. le président considère nos défis comme des priorités absolues, qu’il s’agisse des lacunes en matière de sécurité dont nous avons hérité ou de ce revers dans nos études”, a déclaré le vice-président Shettima.

La mise en œuvre sera divisée en plusieurs phases : d’abord les besoins urgents, puis les infrastructures nécessaires à l’expansion, avant que l’ASSEP ne s’étende à l’ensemble de la région.

Dans ses remarques, au nom des gouverneurs de la région du Nord-Est, le gouverneur de l’État de Borno, le professeur Babagana Zulum, s’est engagé à soutenir les gouverneurs de la région dans la mise en œuvre réussie du programme dans la région.

Il a déclaré que le programme ASSEP s’alignait sur les priorités des différents gouvernements des États dans le secteur de l’éducation, qui cherchent à améliorer la qualité des enseignants, les résultats de l’apprentissage dans les écoles et l’environnement éducatif en général, en tirant parti de la technologie.

Le gouverneur a assuré qu’ils feraient de leur mieux pour que l’ASSEP devienne le signe de l’engagement de leurs États respectifs en faveur d’un système éducatif fonctionnel, en veillant à ce que les États bénéficient des opportunités offertes par l’ASSEP.

Pour sa part, le gouverneur hôte, Bala Mohammed de Bauchi, a déclaré que l’État accueillait favorablement toutes les opportunités offertes pour améliorer le secteur de l’éducation, après avoir déclaré l’état d’urgence dans ce secteur.

Il a souligné les efforts déployés par le gouvernement de l’État pour réorganiser le secteur de l’éducation dans l’État, en mettant l’accent sur l’enseignement scientifique et la formation des enseignants, tout en assurant que son administration soutiendra le programme ASSEP en fournissant la logistique dans les centres des trois zones sénatoriales de l’État.

 

Par ailleurs, le directeur général de la Commission de développement du Nord-Est, Mohammed Alkali, a déclaré que le programme, qui contribuera à accélérer la formation des enseignants et l’accès à l’enseignement supérieur dans la région, est une priorité pour la Commission.

Le point culminant de l’événement a été la présentation des plates-formes d’apprentissage virtuel par des élèves d’écoles sélectionnées dans la région du Nord-Est, qui sont les premiers bénéficiaires de l’ASSEP.

Inauguration

Lors de son passage dans l’État de Bauchi, le vice-président a également inauguré le nouveau siège du gouvernement de l’État, appelant les gouverneurs des États du Nord-Est à collaborer plus étroitement pour favoriser la croissance économique et améliorer les conditions de vie des habitants de la région.

Cet objectif peut être atteint en adoptant des mesures proactives pour « attirer et soutenir les entreprises et les investissements, en exploitant les ressources inexploitées telles que les terres, les minéraux et le capital humain ».

« Nous devons collaborer pour relever les défis fiscaux, améliorer les pratiques administratives et maintenir un environnement propice aux affaires », a ajouté le vice-président.

Le vice-président, qui s’est dit satisfait de la qualité de la gouvernance dans le Nord-Est, a déclaré : « La mise en service de ce nouveau complexe dans l’État de Bauchi symbolise notre engagement à renforcer les capacités administratives et la gouvernance au niveau de l’État ».

Plus tôt dans son discours, le gouverneur de l’État de Bauchi, Bala Mohammed, a remercié et félicité le vice-président pour sa présence à cette occasion et son leadership visionnaire, le décrivant comme un dirigeant qui donne la priorité au progrès de sa communauté et au bien-être de son peuple plutôt qu’aux considérations partisanes.

Dans des remarques séparées, un ancien gouverneur de l’État, Alhaji Adamu Muazu, et l’ancien administrateur militaire de l’État, le général de division Chris Garuba, ont félicité le gouverneur Mohammed pour son leadership visionnaire et courageux, notamment en donnant la priorité au bien-être de la population dans les projets et les programmes de son administration.

Après de brèves remarques des orateurs, le vice-président, accompagné des gouverneurs et d’autres dignitaires, a effectué une visite guidée du nouveau siège du gouvernement de l’État de Bauchi.

Lors de la 15e édition de la foire commerciale conjointe du Nord-Est, le vice-président Shettima a exhorté les États de la région à tirer parti de leurs avantages comparatifs pour concrétiser les aspirations de la région en matière de développement.

Selon le vice-président, la foire commerciale n’est pas seulement un héritage à préserver, mais un moment pour réfléchir à « notre passé et définir notre orientation future ».

Par ailleurs, le vice-président, accompagné des gouverneurs du Nord-Est, a effectué une visite de courtoisie au palais de l’émir de Bauchi, Alhaji Rilwanu Suleiman Adamu.

Traduit avec DeepL.com (version gratuite)

 

Comments are closed.