Égypte : Les responsables de la Ligue arabe condamnent Israël

Discuter de la guerre à Gaza et de la crise humanitaire qui sévit dans la région

196

Les représentants de la Ligue arabe ont tenu une réunion d’urgence au Caire mercredi pour discuter de la guerre à Gaza et de la crise humanitaire qui sévit dans la région.

Cette réunion intervient après que des frappes aériennes israéliennes sur des travailleurs humanitaires livrant de la nourriture à Gaza ont tué au moins sept personnes – une perte qui a incité de nombreuses organisations caritatives à suspendre les livraisons de nourriture aux Palestiniens au bord de la famine.

Hossam Zaki, secrétaire général adjoint de la Ligue arabe, a déclaré que l’assassinat des travailleurs humanitaires “n’était pas une erreur comme le prétend Israël, mais qu’il s’agissait d’un schéma récurrent”.

La mort des travailleurs de la World Central Kitchen menaçait d’entraver les efforts déployés par les États-Unis et d’autres pays pour ouvrir un corridor maritime pour l’aide en provenance de Chypre afin de soulager les conditions désespérées qui règnent dans le nord de Gaza.

Parmi les victimes des grèves de lundi soir figurent trois citoyens britanniques, des ressortissants polonais et australiens, un Canadien ayant la double nationalité américaine et un Palestinien.

Ces pays ont été les principaux soutiens de l’offensive israélienne à Gaza, qui dure depuis près de six mois, et plusieurs d’entre eux ont dénoncé ces assassinats.

Tout au long de la guerre, Israël a affirmé qu’il cherchait à éviter les pertes civiles et qu’il utilisait des renseignements sophistiqués pour cibler le Hamas et d’autres militants.

Les autorités israéliennes les accusent de tuer des civils parce qu’ils opèrent dans des zones peuplées.

Dans le même temps, Israël a également insisté sur le fait qu’aucune cible n’était interdite.

Les forces israéliennes ont frappé à plusieurs reprises des ambulances et des véhicules transportant de l’aide, ainsi que des bureaux d’organisations humanitaires et des abris de l’ONU, affirmant que des combattants armés s’y trouvaient.

Plus de 32 900 Palestiniens ont été tués au cours de la guerre, dont environ deux tiers de femmes et d’enfants, selon le ministère de la santé de Gaza, qui ne fait pas de distinction entre les civils et les combattants dans son décompte.

La guerre a commencé lorsque des militants du Hamas ont pris d’assaut le sud d’Israël lors d’une attaque surprise le 7 octobre, tuant quelque 1 200 personnes et en prenant environ 250 en otage.

Israël a réagi en lançant l’une des offensives les plus meurtrières et les plus destructrices de l’histoire récente.

Comments are closed.