Les députés demandent des mémorandums sur la révision de la Constitution

Détails avec Gloria Essien, Abuja

80

Le président du comité de révision de la constitution de la Chambre des représentants et vice-président de la Chambre, Benjamin Okezie Kalu, a exhorté les différents groupes d’intérêt, les organisations de la société civile (OSC), les syndicats, les institutions gouvernementales concernées et le grand public à soumettre des mémorandums pour soutenir le travail du comité.

Il a lancé cet appel lors d’une conférence de presse organisée par le comité de la Chambre sur la révision de la Constitution, à Abuja

M. Kalu a indiqué que les domaines thématiques comprenaient la structure fédérale et la dévolution du pouvoir ; le gouvernement local/l’autonomie du gouvernement local ; les recettes publiques, la fédération fiscale et l’allocation des recettes ; la police nigériane et l’architecture de sécurité nigériane ; les réformes judiciaires globales ; les réformes électorales pour renforcer l’INEC afin qu’elle puisse organiser des élections transparentes, crédibles, libres et équitables ; les droits socio-économiques et culturels tels qu’ils sont énoncés au chapitre 2 de la Constitution et les institutions traditionnelles.

D’autres questions concernaient le genre, le renforcement de l’indépendance des institutions et agences de contrôle créées par la Constitution ou en vertu d’une loi de l’Assemblée nationale, les dispositions relatives à la résidence et aux indigènes, l’immunité, l’Assemblée nationale, le processus de création de l’État et l’accès de l’État à l’exploitation minière.

Kalu a déclaré : “Dans l’exercice des pouvoirs conférés à la législature par les sections 4, 8 et 9 de la Constitution de la République fédérale du Nigeria de 1999 (telle qu’amendée) et l’ordre 20, la règle du jeu.
amendée) et l’article 20, règle 30 du règlement intérieur de la Chambre des représentants (11e édition) et le règlement intérieur de la Chambre des représentants (11e édition).
des représentants (11e édition) et l’agenda législatif de la 10e Chambre des représentants, j’ai le plaisir de vous informer que je suis le président de la Chambre des représentants.
En tant que membre de la Chambre des représentants, j’ai le plaisir d’inviter les organes exécutifs et judiciaires, les gouvernements des États, les groupes de femmes, les universitaires, les organisations de la société civile, les syndicats, les organismes professionnels, les nationalités ethniques, les Nigérians de la Diaspora à participer à la Conférence internationale sur la démocratie et le développement.
nationalités ethniques, les Nigérians de la diaspora, les diplomates et le grand public, à soumettre des mémorandums ou des propositions de modification(s) de la Constitution de 1999 (telle qu’amendée) sur les points suivants
(telle qu’amendée) dans les domaines thématiques suivants : La structure fédérale et la dévolution des pouvoirs ; l’autonomie des gouvernements locaux ; les recettes publiques, la fédération fiscale et la répartition des recettes ; la police nigériane et l’architecture de sécurité nigériane ; les réformes judiciaires globales ; les réformes électorales visant à renforcer l’INEC pour qu’elle puisse organiser des élections transparentes, crédibles, libres et équitables ; Droits socio-économiques et culturels tels qu’ils sont énoncés au chapitre 2 de la constitution ; institutions traditionnelles ; questions de genre ; renforcement de l’indépendance des institutions et agences de contrôle créées par la constitution ou en vertu d’une loi de l’assemblée nationale ; dispositions relatives à la résidence et aux indigènes ; immunité ; assemblée nationale ; processus de création d’un État ; accès de l’État à l’exploitation minière. “

La commission a également étendu l’appel aux mémorandums à “toute autre question susceptible de promouvoir la bonne gouvernance et le bien-être de toutes les personnes dans notre pays, sur la base des principes de liberté, d’égalité et de justice”.

Kalu a également déclaré que le premier projet de rapport de la révision en cours de la Constitution de 1999 serait prêt en août 2025, de même que la copie finale pour la sanction présidentielle après le vote sur les questions attendues par les deux chambres de l’Assemblée nationale serait publiée en août 2025.

Le Président a déclaré : “Nous nous efforçons de faire en sorte que, dans le cadre de nos activités, la première version du travail que nous essayons d’accomplir dans le cadre de la Constitution soit prête dans les plus brefs délais.

“Cela dépendra de l’approbation du travail effectué par la sous-commission. Permettez-moi de préciser que notre objectif est de publier la première version de la Constitution en août 2024.

“La deuxième version sera publiée en octobre 2024, nous commencerons à recueillir les contributions des zones à partir d’octobre 2024, nous continuerons à recueillir les contributions des citoyens à partir du 14 octobre 2024 alors que nous nous préparons à la dernière version ou au dernier projet de copie de la constitution.

“Nous espérons qu’il y aura une harmonisation des questions, les 27 et 28 février 2025.

“Nous espérons qu’au cours d’une retraite de travail technique qui aura lieu en février 2025, les documents du Sénat et de la Chambre des représentants seront harmonisés.

“Nous souhaitons que le 17 mars 2025, les documents harmonisés soient examinés par la Chambre. Nous pensons que d’ici avril 2025, nous aurons produit les copies finales des projets d’amendements”, a-t-il expliqué.

M. Kalu a ajouté : “Nous sommes également optimistes et pensons que d’ici le 12 mai 2025, nous aurons la copie finale des projets de loi d’amendement approuvés.

“Et nous prévoyons que le 22 mai 2025, le rapport final sera soumis à l’examen et au vote.

“Cela signifie que les membres voteront sur le travail que nous avons accompli à cette date importante du 22 mai 2025.

“Nous pensons que vers le 29 mai ou le 13 juin, sachant parfaitement ce que ces dates importantes signifient pour les Nigérians, nous attendrons l’approbation finale des assemblées d’État.

Le Président a déclaré : “Si le délai est plus long, il ne dépassera pas le mois d’août 2025, car nous pensons qu’en août 2025, le Président recevra les projets de loi qui lui seront présentés pour avis conforme. Notre objectif est donc que la transmission des projets de loi à M. le président pour avis conforme ait lieu en août 2025.

“Ainsi, nous sommes sûrs que notre objectif d’accomplir ce travail en 24 mois sera atteint si nous le transmettons à M. le Président en août 2025 et nous espérons que d’ici décembre, nous aurons une constitution entièrement amendée. Merci beaucoup à nos invités et à nos honorables collègues.

Lors de son inauguration, lundi, à Abuja, la commission avait fixé un délai de 24 mois pour la conclusion de l’exercice.

Comments are closed.