La police nationale du Canada est la cible d’une cyberattaque “alarmante

La sécurité des informations sensibles

218

La Gendarmerie royale du Canada (GRC), la force de police nationale du Canada, a annoncé que ses systèmes avaient été la cible d’une cyberattaque “alarmante”, mais qu’il n’y avait eu aucun impact sur les opérations et aucune menace connue pour la sécurité des Canadiens.

L’attaque, qui s’est produite le 23 février 2024, a donné lieu à une enquête criminelle et a suscité des inquiétudes quant à la sécurité des informations sensibles.

Bien que la GRC insiste sur le fait qu’il n’y a “aucun impact connu sur les opérations de la GRC et aucune menace connue pour la sécurité des Canadiens”, la nature même de la violation est une source d’inquiétude. L’agence travaille avec diligence pour évaluer la situation, mais l’étendue de l’attaque et les conséquences potentielles restent floues.

“La situation évolue rapidement”, a déclaré la GRC , “mais pour l’instant, il n’y a pas d’impact sur les opérations de la GRC et aucune menace connue pour la sécurité des Canadiens”. La GRC a également souligné que “bien qu’une violation de cette ampleur soit alarmante, le travail rapide et les stratégies d’atténuation mises en place démontrent les mesures importantes prises par la GRC pour détecter et prévenir ce type de menaces”.

La GRC collabore avec d’autres entités du gouvernement canadien pour déterminer l’ampleur de la violation, identifier les auteurs et les tenir pour responsables. Cet incident s’inscrit dans une tendance croissante de cyberattaques visant des infrastructures critiques et des institutions gouvernementales dans le monde entier.

Le département des affaires internationales du gouvernement canadien a lui aussi été récemment victime d’une cyberattaque, ce qui a suscité des inquiétudes quant à la vulnérabilité des données gouvernementales sensibles. Les experts en cybersécurité avertissent que ces attaques constituent une menace importante pour la sécurité nationale et la sécurité publique.

Le département des affaires internationales a déclaré à l’époque qu’il avait activé une panne informatique imprévue le 24 janvier pour “faire face à la découverte d’une cyberactivité malveillante”.

La ministre canadienne de la défense, Anita Anand, a déclaré l’année dernière que les infrastructures essentielles du pays étaient de plus en plus souvent la cible de cyberattaques, ce qui représente une menace importante pour l’économie du quatrième producteur mondial de pétrole brut.

 

Comments are closed.