Le président Tinubu et les dirigeants de la CEDEAO se concertent sur la crise régionale

Détails avec Temitope Mustapha, Abuja

126

Le président du Nigeria, Bola Ahmed Tinubu, s’entretient actuellement avec les chefs d’État des pays membres de la CEDEAO lors du sommet extraordinaire sur la situation politique, la paix et la sécurité dans la région.

Présidant la réunion au siège de l’État nigérian, le président Tinubu, qui est le président de l’autorité des chefs d’État de la CEDEAO, dirige les discussions qui devraient permettre au bloc régional d’assouplir les sanctions imposées aux États membres du Burkina-Faso, du Mali et du Niger, qui sont gouvernés par l’armée.

Cependant, les juntes militaires du Burkina-Faso, du Mali et du Niger ont annoncé, fin janvier, leur retrait en raison des “sanctions illégales” qui affectent négativement leurs citoyens

Ils ont également déclaré que le bloc était tombé sous l’influence de gouvernements étrangers dont les intérêts, selon eux, “sont éloignés des peuples”.

En juillet 2023, le bloc régional a approuvé la suspension de toutes les transactions commerciales et financières entre les États membres de la CEDEAO et le Niger, ainsi que le gel de toutes les transactions de services, y compris les transactions énergétiques.

Lire aussi : Le Conseil de la CEDEAO met en place un comité sur les jugements non exécutoires

Elle a gelé les avoirs de la République du Niger dans Aqua Central Bank, les entreprises d’État et les sociétés parapubliques dans les banques commerciales.

Elle a également pris des mesures similaires lorsque le Mali et le Burkina-Faso sont tombés sous le joug militaire.

Bien que les règles de la CEDEAO prévoient qu’un État membre qui se retire doit donner un préavis d’un an, la junte a déclaré que la sécession était immédiate. Il s’agit du premier retrait en près de 24 ans, après celui de la Mauritanie en décembre 2000.

Le 15 février, les ministres du Burkina Faso, du Mali et de la République du Niger ont annoncé leur intention de créer une confédération.

Cependant, la CEDEAO affirme que le trio ne s’est pas officiellement retiré de la ligue.

Les présidents de la Guinée-Bissau, de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Ghana, de la République du Bénin, du Togo, du Nigeria et de la Sierra Leone sont présents à la cérémonie d’ouverture.

Les présidents de la Gambie et du Liberia sont représentés par le vice-président de leur pays.

Le Cabo Verde est également représenté par des ambassadeurs.

Comments are closed.