Le président palestinien Abbas au Qatar pour des pourparlers sur le cessez-le-feu

entretien avec l'émir du Qatar,

122

Le président palestinien Mahmoud Abbas est arrivé à Doha pour s’entretenir avec l’émir du Qatar, dont le pays a été au cœur des efforts de médiation entre Israël et le Hamas, en vue d’obtenir un cessez-le-feu à Gaza.

L’agence de presse officielle palestinienne Wafa a déclaré que M. Abbas rencontrerait l’émir Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani lundi, mais n’a pas précisé s’il rencontrerait également des dirigeants du Hamas, un groupe qui est depuis longtemps en désaccord avec M. Abbas et son groupe, le Fatah, basé en Cisjordanie.

L’ambassadeur palestinien au Qatar, Munir Ghannam, a déclaré dimanche à la radio Voice of Palestine que M. Abbas et l’émir discuteraient des efforts déployés pour obtenir un cessez-le-feu à Gaza avec Israël et des moyens d’accroître l’aide aux 2,3 millions d’habitants du territoire.

Le Qatar joue un rôle important dans les efforts internationaux et la médiation pour parvenir à un cessez-le-feu. C’est pourquoi la coordination avec le Qatar, ainsi qu’avec l’Égypte, revêt une importance particulière pour mettre fin à cette agression contre notre peuple“, a déclaré M. Ghannam.

Le Qatar accueille le chef du Hamas, Ismail Haniyeh, ainsi qu’un autre haut dirigeant du groupe, Khaled Meshaal, qui s’occupe des affaires de la diaspora au sein du bureau politique du Hamas.

Cette visite intervient alors que le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, promet de faire avancer les plans d’une offensive terrestre sur Rafah, malgré l’inquiétude croissante de la communauté internationale quant aux conséquences potentielles pour les 1,4 million de civils palestiniens entassés dans cette ville du sud de la bande de Gaza.

Les États-Unis, principal allié international d’Israël, ont prévenu qu’une attaque sur Rafah pourrait être un “désastre” et le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a averti que les civils palestiniens de la ville n’avaient “nulle part où aller“.

L’Égypte a mis en garde contre les “conséquences désastreuses” d’un éventuel assaut militaire israélien sur la ville de Rafah, au sud de Gaza, près de sa frontière.

L’Égypte a appelé à la nécessité d’unir tous les efforts internationaux et régionaux pour empêcher que la ville palestinienne de Rafah ne soit prise pour cible“, a déclaré son ministère des affaires étrangères dans un communiqué.

Mohammed Nazzal, un haut responsable du Hamas, a déclaré que M. Netanyahou “veut que la guerre continue pour rester au pouvoir et ne veut pas perdre sa coalition de droite”.

Comments are closed.