Le gouvernement nigérian entend résoudre la pénurie de gaz dans le secteur de l’électricité

Détails avec Chioma Eche, Abuja

88

Les autorités nigérianes ont mis en place un comité chargé de résoudre la pénurie de gaz dans le secteur de l’électricité, afin d’atténuer les perturbations partielles récurrentes du réseau.

Il s’agit également de trouver une solution durable aux problèmes liés à l’approvisionnement en gaz des entreprises de production d’électricité (GENCO) dans le pays et à l’amélioration générale de la chaîne de valeur du secteur de l’électricité au Nigéria.

Le ministre nigérian de l’électricité, Adebayo Adelabu, a révélé cette information lors d’une réunion à Abuja, la capitale du pays, en collaboration avec le ministère des ressources pétrolières et du gaz, soulignant que le comité ministériel a été mis en place pour résoudre la crise dans le secteur de l’électricité du pays.

Selon le ministre, le comité est composé de représentants des deux ministères, de fournisseurs de gaz, de la Commission de régulation de l’électricité du Nigeria (NERC) et de parties prenantes dans le secteur de la chaîne de valeur de l’électricité.

Adelabu, informant le ministre d’État, ministère des ressources pétrolières, du gaz, Ekperipe Ekpo, a reconnu la nécessité d’une réflexion innovante pour résoudre le problème de l’approvisionnement en gaz des GENCOs.

Il a déclaré que les deux ministères devraient travailler ensemble pour trouver une solution durable au problème, se demandant pourquoi la question de l’approvisionnement en gaz du secteur de l’électricité n’était pas prioritaire compte tenu de l’importance du secteur pour le développement économique.

Il a également suggéré que le paiement de l’approvisionnement en gaz domestique soit libellé en nairas plutôt qu’en dollars.

“Si nous prenons au sérieux le développement économique du pays, nous devons résoudre le problème de l’approvisionnement en gaz dès aujourd’hui. Nous devrions envisager la possibilité de mandater les fournisseurs de gaz pour qu’ils fixent leurs prix en nairas.

Accord contractuel

Selon lui, l’approvisionnement national ne représente qu’une fraction de ce que les fournisseurs de gaz fournissent au marché international, de sorte que le paiement en nairas ne devrait pas poser de problème.

Contrairement à ce qui se passait dans le passé, M. Adelabu a déclaré que pour résoudre le problème de l’approvisionnement en gaz, les GENCO doivent conclure un accord contractuel avec les fournisseurs de gaz.

“Avec un tel accord contractuel avec les fournisseurs de gaz, l’exigence minimale qui devrait être fournie aux sociétés de production serait clairement énoncée, éliminant ainsi la situation actuelle où les sociétés de production ne fonctionnent qu’à environ 20 pour cent de leur capacité installée”, a-t-il déclaré.

Concernant l’importance de la liquidité dans la chaîne de valeur du secteur de l’électricité au Nigeria, le ministre a déclaré : “On ne saurait trop insister sur l’importance de la liquidité dans le secteur de l’électricité : “Nous ne saurions trop insister sur l’importance des liquidités dans le secteur. Les sociétés de production doivent couvrir leurs frais généraux, assurer la maintenance et l’entretien de leurs machines et, surtout, payer le gaz, qui est la matière première nécessaire à la production. Le seul moyen de maintenir la production est le paiement”.

Prenant également la parole, le ministre d’État au ministère des ressources pétrolières et du gaz, Ekperipe Ekpo, a déclaré que le principal problème d’approvisionnement en gaz dans le pays était dû à la vandalisation du gazoduc dans le delta du Niger.

“Cela a affecté la production de la société de gaz naturel liquéfié du Nigeria (NLNG) qui produit en dessous de sa capacité.”

Il a toutefois promis que la ligne OB3, qui fournit du gaz à la partie nord du pays, serait bientôt mise en service pour permettre l’approvisionnement de cette partie du pays.

“Connaissant l’importance de l’approvisionnement en gaz des entreprises de production et des industries, nous avons organisé une réunion des parties prenantes le mardi 6 février avec les fournisseurs de gaz afin de savoir pourquoi il n’y a pas eu d’approvisionnement adéquat en gaz des entreprises de production, nous devons travailler ensemble pour résoudre ce problème”, a-t-il déclaré.

M. Ekpo est également d’accord avec la suggestion selon laquelle le paiement de l’approvisionnement en gaz domestique devrait se faire en naira, “mais cela devrait faire l’objet d’une loi”.

“Nous pouvons tous deux rencontrer M. le Président à ce sujet, une fois que nous nous serons mis d’accord sur les modalités, car il est le seul à pouvoir donner des directives”.

Vandalisme

Il s’est dit très préoccupé par la vandalisation de l’oléoduc dans le delta du Niger, ajoutant que sa principale préoccupation était de trouver une solution à ce problème.

Le ministre a également eu une réunion séparée avec les partenaires de développement étrangers opérant dans le pays.

Au cours de la réunion, M. Adelabu a loué le rôle de développement du groupe dans le secteur de l’électricité au fil du temps, les exhortant à ne pas relâcher leur soutien.

Il a également informé les partenaires du plan directeur de transformation du gouvernement fédéral, sous l’égide du ministère de l’énergie, afin d’améliorer l’approvisionnement en électricité dans tous les coins et recoins du pays.

“Lorsque nous avons repris nos activités, nous avons passé les trois premiers mois à diagnostiquer et à étudier les problèmes qui ont affecté le développement du secteur de l’électricité, les raisons pour lesquelles le secteur en est encore là aujourd’hui et les facteurs qui militent contre le redressement envisagé dans le secteur.

“Nous avons consulté et impliqué toutes les parties prenantes. À la fin du diagnostic et de l’enquête, nous avions une compréhension complète de la situation. Nous avons découvert que la plupart des problèmes du secteur ne sont pas tous d’ordre technique ou d’ingénierie, mais qu’il s’agit en fait de problèmes de liquidité, de financement, de structure ou d’exploitation que n’importe qui, s’il en a la volonté, peut résoudre. Bien qu’il s’agisse de problèmes simples, ils sont multiples, compliqués et touchent tous les secteurs de la chaîne de valeur.

“Nous nous sommes réunis en équipe pour apporter des solutions pratiques et avons établi un calendrier pour les questions qui peuvent être résolues à court terme, à moyen terme et à long terme. Nous avons clôturé ces activités en décembre de l’année dernière lors d’une retraite ministérielle à laquelle ont participé les différentes parties prenantes de la chaîne de valeur. Nous avons eu des discussions sérieuses qui ont duré trois jours et qui nous ont permis de définir ce que nous devons faire. Nous nous efforçons d’apporter des solutions réalistes aux différents problèmes”, a-t-il expliqué.

Il a souligné que le principal problème du secteur est la liquidité et le financement, affirmant que le secteur est censé générer des fonds s’il est autorisé à opérer un modèle commercial dans lequel tous les coûts attribués à la production d’énergie, à la transmission et à la distribution de l’énergie sont récupérés par le biais du tarif, tandis que les opérateurs reçoivent une bonne marge.

“Tout cela conduit à un tarif reflétant les coûts, ce qui est la façon dont le secteur est censé fonctionner. Il en résultera une durabilité du secteur. Il y aura une continuité dans la production, la transmission sera sans faille et la distribution sera impeccable”, a-t-il déclaré.

Il a toutefois fait remarquer que le secteur n’était pas autorisé à appliquer des tarifs reflétant les coûts.

“Le gouvernement a promis des subventions, ce qui n’est pas un problème, mais il faut pour cela qu’il joue son rôle en débloquant l’argent en temps voulu.

“Une fois que le secteur souffre d’un problème de liquidité, il n’y aura pas d’investissement dans le secteur et c’est pourquoi les structures sont délabrées. Il est important de résoudre le problème des liquidités”, a-t-il souligné.

M. Adelabu a également évoqué le rôle central des États dans le secteur de l’électricité, ajoutant que les DISCO, telles qu’elles sont actuellement constituées, devraient être dissociées en fonction des États.

“Nous devons encourager les États à avoir leur propre société de production d’électricité et à mettre en place des structures de transmission et de distribution. Chaque gouvernement d’État doit également commencer à s’intéresser aux responsables de la distribution dans son État. Si le gouvernement fédéral peut suivre la production et la transmission, les États devraient être en mesure de suivre les sociétés de distribution.

Amélioration instrumentale

Le ministre, s’exprimant plus en détail sur la stratégie que le ministère adopterait pour garantir une amélioration progressive de l’approvisionnement en électricité dans le pays, a déclaré que ces stratégies incluaient : s’assurer que l’Agence d’électrification rurale (REA) soit à la hauteur des attentes en desservant les communautés rurales mal desservies et non desservies qui peuvent ne pas être commercialement attrayantes pour les sociétés de distribution, se concentrer sur l’énergie distribuée en intensifiant les efforts pour augmenter le volume d’énergie renouvelable à la capacité nationale, en se concentrant sur le développement de petites centrales hydroélectriques le long des 26 petits barrages dans le comté.

“Nous pouvons les hybrider avec l’énergie solaire lorsque le niveau de l’eau baisse”, a-t-il souligné.

En ce qui concerne les énergies renouvelables, le ministre a expliqué que l’option solaire était envisagée pour la partie nord du pays, y compris l’utilisation d’éoliennes pour produire de l’électricité au large des côtes, le long de la partie côtière du pays.

Les partenaires au développement, composés de représentants de l’Union européenne (UE), de l’Agence des États-Unis pour le développement international (USAID), de l’Organisation des Nations unies pour le développement industriel (ONUDI), de la Banque mondiale, du Bureau des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement du Royaume-Uni (FCDO), de l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), de la Banque africaine de développement (BAD), de l’Agence française de développement (AFD) et de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ont répondu à l’invitation de la Commission européenne à participer à la réunion, L’Agence française de développement (AFD), l’ambassade de Norvège au Nigeria et la Deutsche Gesellschaft fur Internationale Zusammenarbeit (GIZ) ont félicité le ministre pour le diagnostic complet des défis dans le secteur, y compris le plan de transformation du gouvernement, affirmant qu’ils devraient s’organiser davantage afin d’éviter le chevauchement des fonctions.

Ils ont également assuré Adelabu d’un soutien continu car son exposé a donné une orientation claire sur la manière de résoudre certains problèmes dans la chaîne de valeur du secteur de l’énergie.

Comments are closed.