Un expert appelle à la promulgation et à la mise en œuvre de lois contre les MGF

90

Un gynécologue consultant, le Dr Nathaniel Adewole, de l’hôpital universitaire d’Abuja, à Gwagwalada, a appelé à la promulgation et à la mise en œuvre de lois visant à lutter contre les mutilations génitales féminines (MGF) dans le pays.

Adewole, qui a lancé cet appel lors d’une interview à Abuja mardi, a déclaré que cet appel était devenu impératif compte tenu du fait qu’il coïncidait avec la célébration de la Journée internationale de tolérance zéro contre les mutilations génitales féminines, le 6 février.

Le thème de cette année est “Sa voix. Son avenir. Investir dans les mouvements dirigés par les survivants pour mettre fin aux mutilations génitales féminines”.

M. Adewole a souligné la nécessité d’adopter des lois pour décourager cette pratique néfaste, citant les complications sanitaires potentielles telles que les infections graves, les douleurs chroniques, la dépression, la stérilité et même la mort.

Il a insisté sur l’intensification de la sensibilisation au niveau local concernant les dangers et les complications liés aux mutilations génitales féminines.

M. Adewole a proposé d’organiser des réunions publiques dans les communautés identifiées, avec la participation des chefs traditionnels et religieux, afin de les informer des effets néfastes des MGF et de l’impératif de renoncer à ces pratiques néfastes.

Il a déclaré que “les mutilations génitales féminines limitent les possibilités offertes aux femmes et aux jeunes filles dans le monde entier, en entravant leurs droits et leur potentiel”.

Il a souligné l’importance de coordonner les efforts en matière de droits de l’homme, d’égalité des sexes, d’éducation sexuelle et de répondre aux besoins des femmes et des filles concernées afin de promouvoir l’élimination des mutilations génitales féminines.

Comments are closed.