Intégralité du texte: message de Nouvel An du leader nigérian

438

C’est avec une immense joie que je souhaite la bienvenue à chacun d’entre vous – jeunes et moins jeunes – en cette toute nouvelle année 2024. Nous devons lever les mains vers le Dieu tout-puissant, en signe de gratitude, pour sa grâce et sa bienveillance à l’égard de notre pays et de nos vies au cours de l’année 2023 qui vient de s’écouler.

Bien que l’année écoulée ait été très difficile, elle a été riche en événements à bien des égards. Pour notre pays, ce fut une année de transition qui a vu une transition pacifique, ordonnée et réussie du pouvoir d’une administration à une autre, marquant une nouvelle étape remarquable dans nos 24 années de démocratie ininterrompue.

Ce fut une année où vous, le peuple bienveillant de cette nation bénie, m’avez fait confiance en me confiant le mandat clair de rendre notre pays meilleur, de réorganiser notre économie, de rétablir la sécurité à l’intérieur de nos frontières, de revitaliser notre secteur industriel en difficulté, de stimuler la production agricole, d’accroître la productivité nationale et d’engager notre pays sur la voie irréversible de la grandeur nationale dont les générations futures et nous-mêmes serons à jamais fiers.

C’est pour construire une nation meilleure et faire en sorte que la société nigériane prenne soin de tous ses citoyens que je me suis porté candidat à la présidentielle. C’était le cœur de mon message de campagne “Un espoir renouvelé” sur la base duquel vous m’avez élu président.

Tout ce que j’ai fait, toutes les décisions que j’ai prises et tous les voyages que j’ai entrepris en dehors des côtes de notre pays, depuis que j’ai pris mes fonctions le 29 mai 2023, l’ont été dans l’intérêt supérieur de notre pays.

Au cours des sept derniers mois de notre administration, j’ai pris des décisions difficiles mais nécessaires pour sauver notre pays d’une catastrophe fiscale. L’une de ces décisions a été la suppression des subventions aux carburants, qui étaient devenues un fardeau financier insoutenable pour notre pays depuis plus de quatre décennies. Une autre a été la suppression de la mainmise d’un petit nombre de personnes sur notre système de change qui ne profitait qu’aux riches et aux plus puissants d’entre nous. Il ne fait aucun doute que ces deux décisions ont entraîné des désagréments pour les individus, les familles et les entreprises.

Je suis bien conscient que depuis un certain temps, les conversations et les débats se concentrent sur l’augmentation du coût de la vie, l’inflation élevée qui dépasse désormais 28 % et le taux inacceptable de sous-emploi.

Des salles de réunion de Broad Street à Lagos aux rues principales de Kano et de Nembe Creeks à Bayelsa, j’entends les gémissements des Nigérians qui travaillent dur chaque jour pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs familles.

Je ne suis pas insensible aux frustrations exprimées et parfois inexprimées de mes concitoyens. Je sais pertinemment que certains de nos compatriotes se demandent même si c’est ainsi que notre administration veut renouveler leur travail.

Chers compatriotes, sachez que la période est peut-être rude et difficile, mais que notre esprit doit rester intact, car les temps difficiles ne durent jamais.

Nous sommes faits pour cette période, pour ne jamais flancher, pour ne jamais faiblir. Les défis socio-économiques d’aujourd’hui doivent dynamiser et raviver notre amour et notre foi dans la promesse du Nigéria.

Notre situation actuelle devrait nous inciter à travailler mieux pour le bien de notre nation bien-aimée. Notre situation devrait nous inciter à prendre la résolution qu’en cette nouvelle année 2024, chacun d’entre nous s’engagera à devenir un meilleur citoyen.

En silence, nous avons œuvré pour libérer les captifs de leurs ravisseurs. Même si nous ne pouvons pas encore nous vanter d’avoir résolu tous les problèmes de sécurité, nous travaillons dur pour garantir la tranquillité d’esprit dans nos foyers, sur nos lieux de travail et sur les routes.

Après avoir jeté les bases de nos plans de relance économique au cours des sept derniers mois de l’année 2023, nous sommes maintenant prêts à accélérer le rythme de nos prestations de services dans tous les secteurs.

En décembre dernier, lors de la COP28 à Dubaï, le chancelier allemand, Olaf Scholz, et moi-même avons convenu d’un nouvel accord pour accélérer la livraison du projet énergétique de Siemens Energy qui assurera un approvisionnement fiable en électricité à nos foyers et à nos entreprises dans le cadre de l’initiative présidentielle pour l’électricité qui a débuté en 2018.

D’autres projets d’installation électrique visant à renforcer la fiabilité de nos lignes de transmission et à optimiser l’intégrité de notre réseau national sont en cours dans tout le pays.

Mon administration reconnaît qu’aucune transformation économique significative ne peut avoir lieu sans un approvisionnement régulier en électricité. En 2024, nous ferons un pas de plus dans notre quête pour relancer le raffinage local des produits pétroliers avec la raffinerie de Port Harcourt et la raffinerie de Dangote qui entrera pleinement en service.

Pour garantir un approvisionnement alimentaire constant, la sécurité et un prix abordable, nous allons intensifier notre plan de mise en culture de 500 000 hectares de terres agricoles à travers le pays pour cultiver du maïs, du riz, du blé, du millet et d’autres cultures de base.

Nous avons lancé l’agriculture de saison sèche sur 120 000 hectares de terres dans l’État de Jigawa en novembre dernier dans le cadre de notre programme national de développement du blé.

Au cours de cette nouvelle année, nous allons nous lancer dans une course contre la montre pour faire en sorte que toutes les réformes des politiques fiscales et budgétaires que nous devons mettre en place soient codifiées et simplifiées afin de garantir que l’environnement des entreprises ne détruise pas la valeur. Lors de chacun de mes voyages à l’étranger, le message que j’ai adressé aux investisseurs et autres hommes d’affaires a été le même. Le Nigéria est prêt et ouvert aux affaires.

Je combattrai tous les obstacles qui entravent la compétitivité des entreprises au Nigéria et je n’hésiterai pas à supprimer tous les obstacles qui nous empêchent de faire du Nigéria une destination de choix pour les investissements locaux et étrangers.

Dans ma présentation du budget 2024 à l’Assemblée nationale, j’ai énuméré les huit domaines prioritaires de mon administration, à savoir la défense nationale et la sécurité intérieure, la création d’emplois, la stabilité macroéconomique, l’optimisation de l’environnement d’investissement, le développement du capital humain, la réduction de la pauvreté et la sécurité sociale. Parce que nous prenons notre programme de développement très au sérieux, notre budget 2024 reflète l’importance que nous accordons à la réalisation de nos objectifs de gouvernance.

Nous travaillerons avec diligence pour faire en sorte que chaque Nigérian ressente l’impact de son gouvernement. Les aspirations économiques et le bien-être matériel des pauvres, des plus vulnérables et des travailleurs ne seront pas négligés. C’est dans cet esprit que nous allons mettre en place un nouveau salaire national de subsistance pour nos travailleurs assidus au cours de cette nouvelle année. Ce n’est pas seulement une bonne décision économique, c’est aussi une décision morale et politiquement correcte.

J’ai prêté serment de servir ce pays et de donner le meilleur de moi-même à tout moment.

Comme je l’ai dit par le passé, aucune excuse ne sera suffisante pour justifier de mauvaises performances de la part de l’une ou l’autre des personnes que j’ai nommées.

C’est la raison pour laquelle j’ai mis en place une unité de coordination, d’évaluation, de suivi et de mise en œuvre des politiques au sein de la présidence, afin de veiller à ce que les résultats de la gouvernance améliorent les conditions de vie de nos concitoyens.

Nous avons défini les paramètres de l’évaluation. Au cours du premier trimestre de cette nouvelle année, les ministres et les chefs d’agence qui ont un avenir dans l’administration que je dirige continueront à se manifester.

Chers compatriotes, ma principale ambition au sein du gouvernement, en tant que sénateur dans la Troisième République avortée, en tant que gouverneur de l’État de Lagos pendant huit ans et maintenant en tant que président de ce pays béni, est de construire une société juste et équitable et de combler les inégalités croissantes. Bien que je pense que les riches doivent jouir de leur richesse légitimement gagnée, notre marché minimum doit être que tout Nigérian qui travaille dur et avec diligence aura une chance d’avancer dans la vie. Je dois ajouter qu’étant donné que Dieu ne nous a pas créés avec les mêmes talents et les mêmes forces, je ne peux pas garantir que nous aurons les mêmes résultats lorsque nous travaillerons dur. Mais mon gouvernement, en cette nouvelle année 2024 et au-delà, s’efforcera de donner à chaque Nigérian des chances égales de s’efforcer et de s’épanouir.

Pour que la nouvelle année nous apporte tous ses bienfaits en tant qu’individus et collectivement en tant que peuple, nous devons être prêts à jouer notre rôle. La construction d’une nation prospère n’incombe pas seulement au président, aux gouverneurs, aux ministres, aux législateurs et aux fonctionnaires.

Nos destins sont liés en tant que membres de cette famille qu’est le Nigéria. Notre langue, nos croyances, notre appartenance ethnique et nos convictions religieuses, même si elles sont différentes, ne devraient jamais nous amener à travailler à contre-courant.

En cette nouvelle année, prenons la résolution, en tant que cohéritiers du Commonwealth nigérian, d’œuvrer pour la paix, le progrès et la stabilité de notre pays.

Je lance cet appel à mes adversaires politiques lors des dernières élections. Les élections sont terminées. Il est temps pour nous tous de travailler ensemble pour le bien de notre pays.

Nous devons laisser la lumière que chacun d’entre nous porte – hommes et femmes, jeunes et vieux – briller de plus en plus fort pour éclairer notre chemin vers une aube glorieuse.

Je nous souhaite à tous une année 2024 heureuse et prospère.

Que Dieu continue de bénir la République fédérale du Nigeria.

 

Bola Ahmed Tinubu, GCFR

Le 01 janvier 2024

Comments are closed.