L’UIT déplore la faible couverture 5G en Afrique

232

L’Union internationale des télécommunications (UIT) a révélé que la grande majorité des pays africains sont encore à la traîne en ce qui concerne le déploiement et l’accessibilité de la technologie 5G, qui est actuellement considérée comme la norme de réseau mobile la plus avancée et la plus rapide qui soit.

Des données récentes publiées par l’UIT montrent qu’en décembre 2023, la couverture actuelle des réseaux 5G en Afrique est la plus faible au monde, avec seulement 6 %.

Selon le rapport “Mobile Network Coverage Facts and Figures 2023” de l’organisme de télécommunications, alors que les réseaux d’ancienne génération, 2G et 3G, sont en train d’être fermés dans de nombreux pays du monde, les pays d’Afrique ont encore la majeure partie de leur population sur les anciennes technologies.

“Depuis le début du déploiement commercial en 2019, la couverture 5G a augmenté pour atteindre 40% de la population mondiale en 2023. La répartition reste toutefois très inégale. Pendant que 89% de la population des pays à revenu élevé est couverte par un réseau 5G, la couverture reste limitée dans les pays à faible revenu.

“L’Europe peut se targuer d’avoir la couverture 5G la plus étendue, avec 68% de la population couverte, suivie par la région des Amériques (59%) et la région Asie-Pacifique (42%). La couverture atteint 12 % de la population dans la région des États arabes et moins de 10 % dans la région de la CEI (8 %) et dans la région Afrique (6 %)”, indique UIT dans son rapport.

Elle a noté que la couverture 3G était de 19 % et la couverture 2G de 10 %, ajoutant que l’Afrique continuait à être à la traîne du monde en matière d’adoption des réseaux, avec la 5G déjà à 38 % et la 4G à 52 %.

Tout en notant que la couverture 5G a augmenté régulièrement au cours des quatre dernières années pour atteindre 40 % de la population mondiale, l’UIT a noté que le développement a été inégal, les pays développés ayant une plus grande couverture.

A lire aussi : L’adoption des technologies émergentes, selon la NITDA, est un atout de la croissance socio-économique 

Elle a ajouté que la 5G permet le développement d’un écosystème numérique en connectant les machines, les objets et les appareils avec une latence ultra-faible et la possibilité d’améliorer l’efficacité énergétique.

Plus précisément, la plupart des opérateurs européens auraient annoncé leur intention d’abandonner les réseaux 3G d’ici à décembre 2025, de même que les opérateurs de la région Asie-Pacifique.

“Toutefois, dans certains pays, la voie est moins claire, principalement parce que les réseaux 2G et 3G restent très présents. C’est le cas notamment dans les pays à faible revenu, où les deux technologies restent un moyen de communication important. Dans ces pays, les principaux obstacles au déploiement et à l’adoption de la 5G sont les coûts élevés des infrastructures, l’accessibilité financière des appareils et les barrières réglementaires”, a révélé l’UIT.

Les données de l’UIT ne sont peut-être pas très éloignées de la réalité si l’on considère qu’au Nigéria, où trois sociétés de télécommunications ont lancé la 5G commerciale, la couverture de la technologie reste extrêmement faible (0,83 % au mois d’août de cette année).

Selon les données publiées par la Commission nigériane des communications (NCC), 60,3 % des abonnés du pays seront encore équipés de la technologie 2G en août 2023. Les opérateurs de télécommunications n’ont pas l’intention d’arrêter la 2G et la 3G, car la plupart de leurs abonnés trouvent encore les appareils 4G et 5G inabordables.

Comments are closed.