”Bientôt, le Nigeria témoignera l’autosuffisance alimentaire et la réduction des prix” (NACGRAB)

152

Le Centre national des ressources génétiques et de la biotechnologie, NACGRAB, affirme que le Nigéria connaîtra bientôt une suffisance et une réduction des prix des produits alimentaires.

Le directeur intérimaire du NACGRAB, Dr Anthony Okere, a fait cette déclaration à l’issue d’une réunion du groupe de travail technique (TWG) sur les semences pour la résilience (SFR) organisée par le NACGRAB en collaboration avec le Global Crop Diversity Trust (Crop Trust) à Ibadan.

Il a précisé que le projet SFR a été créé en 2021 pour améliorer l’efficacité de la banque de gènes du NACGRAB et renforcer l’usage du pool de gènes conservés par les agriculteurs et les autres utilisateurs de ressources génétiques au Nigéria.

M. Okere a ajouté que le projet avait exposé la diversité du sorgho, du niébé et d’autres cultures aux agriculteurs et autres utilisateurs au Nigéria afin d’atténuer les effets du changement climatique, de stimuler la productivité des agriculteurs et d’assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle au pays.

Il a ainsi souligné que le projet était une réussite, d’après les réactions des agriculteurs et d’autres utilisateurs qui ont constaté que les semences de bonne qualité plantées cette saison ont donné des rendements multiples par rapport à l’année 2022.

“Les agriculteurs se sentent désormais libres de venir à la banque de gènes de NACGRAB pour demander une plus grande diversité de matériel qui pourrait les aider à obtenir une production plus élevée, ce qui conduirait à la suffisance alimentaire et à la réduction des prix au Nigéria dans un avenir proche.

“Grâce à la réussite de ce projet, les agriculteurs peuvent planter des semences de qualité dans la banque de gènes NACGRAB et obtenir de bons rendements.

” Ce projet a permis aux agriculteurs de planter une diversité de semences de qualité et de générer de bons rendements qui, à leur tour, conduiront à la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Nigéria”, a informé M. Okere.

Dr Olabisi Alamu, chef de l’équipe chargée de l’engagement des utilisateurs dans le cadre du projet, a évoqué que la NACGRAB et d’autres parties prenantes s’étaient engagées auprès des agriculteurs dans le cadre du projet au cours des trois dernières années.

M. Alamu a précisé que les agriculteurs des États d’Oyo, du Niger et de Kano avaient été exposés à la diversité des graines de niébé, aux accessions de sorgho et à d’autres graines conservées dans la banque de gènes

Il a ainsi noté que la plupart des agriculteurs avaient désormais accès aux semences et les utilisaient pour améliorer leur production, augmenter leurs rendements et générer des revenus.

” Dans les trois États, nous avons 49 groupes de regroupement ; le projet Seed for Resilience (SFR) a eu un impact sur plus de 1 000 agriculteurs au cours des trois dernières années.

“Certains d’entre eux l’ont adopté en raison de la bonne qualité, des caractéristiques, des variétés à maturité précoce, des rendements élevés parmi les semences qu’ils ont sélectionnées en 2023 et l’ont également diffusé à d’autres agriculteurs afin d’améliorer l’utilisation du matériel de la banque de gènes.

Le président de l’État d’Oyo de l’All Farmers Association of Nigeria, AFAN, M. Abass Adewumi, a intimé que le projet leur avait permis de découvrir de nombreuses choses qu’ils devaient connaître et appliquer dans leurs fermes pour que les cultures germent bien.

Adewumi a enfin conclu que le projet de recherche leur avait également permis de connaître les semences appropriées à planter dans certains environnements, ce qui pourrait donner de meilleurs rendements, maximiser les profits et éviter les anciennes méthodes de plantation des semences.

Comments are closed.