Nigéria: le budget de l’année 2024 en hausse de 1,2 mille milliards de naira

Propos recueillis par Gloria Essien, Abuja

140

La Chambre basse a augmenté le budget 2024 présenté par le président Bola Ahmed Tinubu d’environ 1,2 mille milliards de naira.

Les législateurs qui ont tenu une session extraordinaire pour adopter le budget ont augmenté l’estimation de 27,5 mille milliards de nairas présentée par le président à environ 28,777 mille milliards de nairas.

Le rapport de la commission des crédits de la Chambre a été présenté à la Chambre en séance plénière ce samedi par le président de la commission des crédits de la Chambre, l’honorable Abubakar Kabir Bichi.

Le total du budget approuvé de 28 777 mille milliards de nairas montre que 1 743 mille milliards de nairas sont destinés aux transferts statutaires, 8 271 mille milliards de nairas au service de la dette, 8 769 mille milliards de nairas aux dépenses récurrentes (non liées à la dette) et 9 995 mille milliards de nairas aux dépenses en capital pour l’année qui s’achève le 31 décembre 2024.

Le déficit fiscal de 9 179 mille milliards de nairas pour l’année en cours doit être financé par la vente d’actifs/privatisation – 298 486 421 740 nairas ; des prêts multilatéraux/bilatéraux liés à des projets – 1 051 914 486 314 nairas et le financement de la dette – 7 828 529 477 860 nairas.

Pour le service de la dette total de 8 271  mille milliards de nairas approuvé pour l’année 2024, la somme de 5 300 mille milliards de nairas doit être encourue par la dette intérieure – y compris les voies et moyens -, 2 748 mille milliards de nairas par la dette extérieure, tandis que le fonds d’amortissement pour le remboursement des billets à ordre arrivant à échéance s’élève à 223 662 milliards de nairas.

Dans le cadre du transfert statutaire, le Conseil national de la magistrature (NJC) a reçu l’allocation la plus élevée, soit 341,626 milliards de nairas, suivi de la Commission de développement du delta du Niger (NDDC) avec 338,925 milliards de nairas, de la Commission de l’éducation de base universelle (UBEC) avec 263,044 milliards de nairas, de la Commission de développement du Nord-est (NEDC) avec 131,836 milliards ; Basic Healthcare Provision Fund (BHPF) – 131,522 milliards ; National Agency for Science and Engineering Infrastructure (NASENI) – 131,522 milliards ; Public Complaint Commission (PPC) – 14,460 milliards ; et 5 milliards pour la National Human Rights Commission (NHRC), respectivement.

Sur la somme totale de 50,451 mille milliards de nairas approuvée pour les dépenses récurrentes (non liées à la dette), le ministère de la défense a reçu l’allocation la plus élevée, soit 1,308 mille milliards de nairas, suivi du ministère des affaires policières (869 121 milliards de nairas), du ministère de l’éducation (857 134 milliards de nairas), du ministère de la santé et de la protection sociale (667 577 milliards de nairas), du ministère de l’intérieur (362 552 milliards de nairas) et du ministère de la jeunesse (4 888 milliards de nairas). 552 milliards ; ministère de la jeunesse – N201,467 milliards ; conseiller à la sécurité nationale (NSA) – N199,763 milliards ; ministère des affaires étrangères – N140,456 milliards ; ministère de l’agriculture et de la sécurité alimentaire – N110,248 milliards ; secrétaire du gouvernement de la Fédération (SGF) – N100,248 milliards et présidence – N97,913 milliards.

Le budget d’investissement, qui s’élevait à N8,7 mille milliards dans le budget présenté par le Président à l’Assemblée a été augmenté à N9,995 mille milliards, tandis que le budget récurrent a été réduit de N9,92 mille milliards à N8,76 mille milliards.

Le service de la dette s’élève à 8,270 milliards de nairas, tandis que les transferts statutaires atteignent 1,742 mille milliards de nairas.

S’exprimant avant l’adoption du budget, le président de la Chambre des représentants a déclaré que les budgets seraient présentés aux citoyens au niveau des circonscriptions afin de leur permettre d’apporter leur contribution.

Ses mots: “En tant que représentants du peuple, il est essentiel que nous impliquions les citoyens dans nos processus clés et nos prises de décision. C’est dans cette optique que la Chambre a organisé une réunion publique sur le projet de loi de finances 2024, où le public a eu l’occasion d’exprimer son point de vue sur la façon dont le budget peut mieux répondre aux besoins spécifiques de tous les Nigérians, en particulier ceux qui sont à la base.

“La Chambre reste déterminée à faire participer les citoyens à ses activités et à veiller à ce que le processus législatif soit ouvert et inclusif. Dans les années à venir, le budget sera présenté aux citoyens au niveau des circonscriptions pour leur permettre d’apporter leur contribution”.

Le président de la commission des crédits de la Chambre des représentants, M. Abubakar Bichi, a qualifié le budget de brillant.

Il a ajouté que la légère augmentation était due au taux de change qui était fixé à 700 nairas, mais qui a été porté à 800 nairas à la suite des différences de marché.

Comments are closed.