Le gouvernement nigérian apte à mettre fin à l’insécurité dans le Sud-est

Détails avec Timothy Choji, Abuja

129

Le vice-président Kashim Shettima a laissé entendre que le président Bola Tinubu était fermement décidé à mettre fin au règne de la terreur dans la région du Sud-est du Nigéria.

Selon lui, les actes illégaux sont perpétrés par ceux qu’il décrit comme étant des criminels égoïstes et certaines personnes qui profitent de la situation sécuritaire pour promouvoir leur dangereux agenda politique.

D’après lui, le président est préoccupé par la dévastation économique infligée à la zone géopolitique du Sud-est par des acteurs non étatiques depuis son entrée en fonction et il est déterminé à déployer toutes les ressources disponibles pour éliminer les pourvoyeurs de mensonges et de propagande qui sont devenus des armes contre l’unité du Nigéria.

Le sénateur Shettima a révélé cela à Bende, dans l’État d’Abia, ce vendredi, lors de l’inauguration du projet de paix dans le Sud-est (PISE-P) par le vice-président de la Chambre des représentants, Benjamin Kalu.

Avant la cérémonie d’inauguration, le président Tinubu a reçu le titre traditionnel d’Omeziri Igbo 1 lors de la grande réception civique organisée en l’honneur du vice-président de la Chambre des représentants.

Le vice-président Shettima, qui a reçu le titre au nom du président, s’est également vu conférer le titre traditionnel d’Enyioma Ndigbo par le président du Conseil des chefs traditionnels de l’État d’Abia, Eze Linus Mbah.

Le vice-président Shettima a déclaré : “Son Excellence, le président Bola Ahmed Tinubu, s’est inquiété de l’ampleur des dégâts économiques infligés par des acteurs non étatiques à cette belle région depuis notre arrivée au pouvoir.

“Il est parfaitement conscient que notre engagement en faveur de l’avenir du Nigeria reste incomplet tant que nous sommes confrontés aux sinistres opérations des saboteurs économiques qui se font passer pour des défenseurs des Ndi-Igbo.

“C’est pourquoi il est déterminé à utiliser toutes les ressources disponibles pour veiller à ce que la paix que nous instaurons dans cette région ne soit pas superficielle, et nous ne pourrons la garantir que si chacun d’entre nous fait la lumière sur les mensonges et la propagande qui sont devenus des armes contre notre unité”.

Le vice-président a fait remarquer que les activités sanglantes des criminels qui tiennent le Sud-est en captivité sont intéressées et ne représentent en aucun cas les intérêts des Ndi-Igbo et de l’ensemble du pays.

Il a précisé que les groupes terroristes qui tiennent le Sud-est en otage ne sont pas une création des habitants de la région ou des Nigérians d’autres régions du pays.

“Le défi que nous sommes venus résoudre en tant que communauté, en tant qu’Umunna, est une création de criminels intéressés qui ne représentent pas les intérêts des Ndi-Igbo et des Nigérians. M. le Président le sait mieux que nous tous, et c’est pourquoi il n’a jamais tenu aucun groupe pour responsable des infractions commises par les individus qui enfreignent la loi et qui s’identifient comme leurs membres. C’est, je crois, la démocratie que nous avons tous choisie”, a-t-il souligné.

Connivence

Soulignant que les criminels qui perturbent la paix dans le Sud-est le font de connivence avec des “forces qui exploitent la situation à des fins politiques dangereuses”, le vice-président a rappelé que les tentatives visant à réduire à néant le dur labeur des héros de la nation dans le passé échoueront.

Il a cependant maintenu que la situation catastrophique ne peut être inversée que si le gouvernement implique la population qui, selon lui, est l’oreille, la jambe et la bouche de la région.

“Aujourd’hui, nous sommes unis pour déclarer fermement : trop c’est trop”, a déclaré le vice-président Shettima, soulignant la nécessité d’une intervention coordonnée pour lutter contre l’insécurité dans la région, tout en assurant les habitants du Sud-est que l’administration Tinubu “ne se reposera pas tant qu’elle n’aura pas rempli sa promesse d’atténuer la crise” dont elle a hérité.

Programme de développement

Notant qu’aucun meilleur visionnaire que le président Tinubu ne peut sauver la nation de l’implosion, il a évoqué que le programme de développement du gouvernement fédéral dans le Sud-est continuerait à échapper à la région si “le réseau complexe de défis sécuritaires” dont a hérité le gouvernement fédéral dirigé par M. Tinubu n’était pas maîtrisé.

“Les graines du progrès ne peuvent germer que dans le sol fertile de la paix et de la sécurité. C’est pourquoi nous sommes extrêmement fiers de la collaboration de toutes les parties prenantes et d’initiatives telles que le projet de paix dans le Sud-est, afin de garantir que le bouclier de sécurité dans la région ne soit pas un mirage lointain dans le paysage des aspirations”, a ajouté le vice-président.

Il a félicité le vice-président de la Chambre des représentants et cerveau de l’initiative de paix, M. Kalu, pour ses efforts visant à rétablir une paix durable dans ladite région, tout comme il a déclaré que l’événement témoigne “de la profonde compréhension du fait que personne ne comprend mieux l’expérience d’une communauté que les personnes elles-mêmes”.

Auparavant, le vice-président de la Chambre des représentants, Benjamin Kalu, avait déclaré que son objectif en lançant le projet de paix dans le Sud-est (PISE-P) était de favoriser la paix, l’unité et le développement dans la région. Il a ajouté que le projet visait également à promouvoir la réconciliation entre les communautés et les individus affectés par les conflits passés.

“Lorsque je me suis lancé dans le projet du Sud-est, ma vision était claire : favoriser la paix, l’unité et le développement dans notre région grâce à une approche non cinétique. Le Sud-est est connu depuis longtemps pour son riche patrimoine culturel, ses communautés dynamiques et ses habitants entreprenants. Pourtant, nous avons dû faire face à notre part de défis, notamment les disparités socio-économiques, l’insécurité, les tensions politiques et les conflits occasionnels.

“Nos objectifs dans le cadre du projet Sud-est sont clairs. Nous visons à promouvoir la réconciliation entre les communautés et les personnes touchées par les conflits passés. Nous reconnaissons la nécessité de s’attaquer aux causes profondes des conflits, notamment les disparités socio-économiques et les tensions politiques. L’autonomisation des communautés est un autre objectif crucial du projet, en leur fournissant les ressources, les compétences et les opportunités nécessaires au développement durable”, a lancé le vice-président.

Bonne volonté

S’exprimant également lors de l’événement, le président du Forum des gouverneurs du Sud-est, le gouverneur Hope Uzodimma de l’État d’Imo, a félicité le vice-président pour la bonne volonté dont il a fait preuve à l’égard des habitants du Sud-est.

M. Uzodimma, qui est également président du Forum des gouverneurs progressistes (PGF), a réitéré: “Notre vice-président a suffisamment fait preuve de bonne volonté à l’égard des habitants du Sud-est. Depuis cette partie du pays, nous continuerons à travailler avec le reste du Nigéria pour faire du pays une nation prospère dans l’intérêt de chacun d’entre nous, au service de Dieu et de l’humanité”.

Pour sa part, le gouverneur de l’État d’Abia, Alex Otti, a renchéri: “Nous, les habitants du Sud-est, déclarons par la présente que la paix est ce que nous défendons en tant que région.

“Nous déclarons la paix et la prospérité, nous déclarons la paix pour le progrès, nous déclarons la paix dans le Sud-est comme étant un catalyseur qui stimulera la croissance dans tous les secteurs de l’économie et ravivera la confiance des générations futures. Nous déclarons que la paix est meilleure”, a fait valoir le gouverneur d’Abia.

Parmi les autres personnalités présentes à l’événement figurent le vice-président du Sénat, Barau Jibrin, le président de la Chambre des représentants, Hon. Tajudeen Abbas, et le président national de la mouvance All Progressives Congress (APC), Dr. Abdullahi Umar Ganduje, entre autres.

Comments are closed.