Le président du Venezuela dénonce le déploiement d’un navire de guerre britannique en Guyane

128

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a déclaré que le déploiement d’un navire de guerre britannique au large des côtes de la Guyane violait “l’esprit” d’un accord conclu entre les autorités vénézuéliennes et guyanaises.

La Guyane et le Venezuela ont convenu au début du mois d’éviter de recourir à la force et d’éviter d’accroître les tensions dans le long conflit frontalier concernant le territoire de l’Essequibo, riche en pétrole.

Le rapport indique que la région d’Essequibo, d’une superficie de 160 000 km², est généralement reconnue comme faisant partie de la Guyane, mais ces dernières années, le Venezuela a ravivé ses revendications sur le territoire et les zones offshore après d’importantes découvertes de pétrole et de gaz.

Le navire de patrouille HMS Trent de la Royal Navy se rend en Guyane, alliée britannique et ancienne colonie, dans le cadre d’une série d’engagements dans la région, a déclaré le ministère britannique de la défense dans un communiqué au début du mois, sans faire référence au Venezuela ou au différend frontalier.

“Il s’agit d’une rupture de l’esprit de dialogue, de diplomatie et de paix des accords”, a déclaré M. Maduro.

Il a ajouté que ce déploiement était “pratiquement une menace militaire de la part de Londres”.

Entre-temps, M. Maduro a ordonné “l’activation d’une action défensive conjointe des forces armées nationales bolivariennes” au large de la côte d’Essequibo, a-t-il déclaré lors d’une émission diffusée par la télévision d’État, sans donner plus d’informations.

Les chefs militaires de l’est du Venezuela ont déclaré lors de l’émission que 5 600 personnes en uniforme étaient prêtes pour l’opération.

Dans un communiqué, le ministère vénézuélien des affaires étrangères a déclaré que le pays “se réserve toutes les actions, dans le cadre de la Constitution et du droit international, pour défendre son intégrité maritime et territoriale”.

Comments are closed.