”La politique étrangère du Nigéria vise la diplomatie proactive” (Ministre des affaires étrangères)

Propos recueillis par Adoba Echono

149

Le ministre nigérian des affaires étrangères, Yusuf Tuggar, a affirmé que la politique étrangère du pays était axée sur l’usage d’une diplomatie proactive pour inverser la tendance des coups d’État en Afrique de l’Ouest et sur le continent africain.

Il a fait cette déclaration lors d’une conférence intitulée “The Foreign Policy Agenda under the Tinubu Administration” (Le programme de politique étrangère sous l’administration Tinubu), à l’occasion de la conférence annuelle sur la politique étrangère de l’Association des ambassadeurs de carrière retraités du Nigéria (ARCAN), à Abuja, au Nigéria.

Programme de politique étrangère en 4 D

Selon le ministre, le programme de politique étrangère des 4 D du Nigéria (démocratie, diaspora, démographie et développement) vise également à ce que le pays obtienne un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies et dans d’autres organisations et institutions mondiales.

Il a expliqué que la démocratie dans les 4 D appelle à la démocratie dans les organisations et institutions mondiales qui restent des clubs exclusifs selon des “critères sommaires”.

“Les 4 D exigent de travailler pour que le Nigéria devienne membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies, du G20 et de tous les autres groupements pertinents où les normes démocratiques, la taille de la population et la taille de l’économie devraient être les critères d’adhésion.

“L’agitation du Nigéria pour obtenir un siège permanent au Conseil de sécurité des Nations unies est historique ; le président (Bola) Tinubu a demandé sans équivoque l’adhésion au G20 lors de son 80e sommet en Inde ; malgré l’admission de l’UA, la doctrine des 4 D de Tinubu est à l’œuvre.

M. Tuggar a également révélé que les 4 D du président Tinubu amplifieraient la décision du pays de rester neutre sur la scène politique internationale.

En ce qui concerne les réformes du ministère des affaires étrangères du Nigéria, il a précisé que le gouvernement prévoyait de réintroduire des sous-secrétaires dans le but de réaliser l’agenda de politique étrangère défini sous l’administration du président Bola Tinubu.

Le ministre a souligné que la politique étrangère des 4D du président Tinubu (démocratie, diaspora, démographie et développement) pouvait être réalisée dans un ministère des affaires étrangères axé sur la technologie et doté d’une bureaucratie appropriée.

“Aucun de ces 4D ne sera possible sans une réforme de notre lieu de travail – le ministère – pour en faire un environnement axé sur la technologie et doté d’une bureaucratie adéquate pour atteindre nos objectifs intelligents.

“La réforme est déjà en place et nous améliorons les conditions de travail du personnel du ministère.

“Nous avons également l’intention de rétablir le système des sous-secrétaires au cours de la nouvelle année, avec le retour de plusieurs ambassadeurs de haut rang.

Le ministre a ajouté que les objectifs de la politique étrangère du Nigéria existent toujours et sont inscrits dans la constitution du pays.

“En ce qui concerne les objectifs de la politique étrangère du Nigéria, ils existent et restent immuables car ils sont inscrits dans notre constitution.

“Ils sont les suivants : promouvoir et protéger les intérêts nationaux du Nigéria, promouvoir l’intégration africaine et soutenir l’unité africaine, promouvoir la coopération internationale pour la consolidation de la paix universelle et le respect mutuel entre toutes les nations et l’élimination de la discrimination dans toutes ses manifestations”.

M. Tuggar a également expliqué que le Nigeria, en tant que plus grande démocratie d’Afrique, pèserait de tout son poids pour s’allier à d’autres démocraties et gouvernements constitutionnels afin d’inverser la tendance aux changements anticonstitutionnels de gouvernement dans les pays de la région et du continent africain.

“L’effet domino apparent des coups d’État militaires et des changements anticonstitutionnels de gouvernement dans la sous-région et au-delà appelle à une diplomatie proactive afin d’inverser la tendance et de rétablir la paix.

“La menace que font peser sur la paix le terrorisme et l’irrédentisme au Sahel ne peut être contrée que par une base solide de gouvernance constitutionnelle, des institutions démocratiques fortes et une alliance des pays démocratiques de la région.

Il a renchéri que le Nigéria, en tant que plus grande démocratie d’Afrique, pèserait de tout son poids pour s’allier à d’autres démocraties et gouvernements constitutionnels afin d’inverser la tendance.

Dans son allocution de bienvenue, le président de l’ARCAN, l’ambassadeur John Shinkaiye, a révélé que le Nigéria était confronté à d’importants défis en matière de sécurité, notamment le terrorisme, l’insurrection et les conflits internes, ajoutant que la résolution de ces problèmes nécessiterait une collaboration avec des partenaires régionaux, continentaux et mondiaux.

L’ambassadeur Shinkaye, qui a souligné l’importance de la politique étrangère dans la gouvernance nationale, a expliqué que la politique étrangère du Nigéria serait façonnée par des facteurs nationaux, des dynamiques régionales et des réalités mondiales, soulignant l’importance de comprendre comment ces facteurs influencent la position du pays sur des questions clés telles que la sécurité, la coopération économique et les relations internationales.

Dans ses remarques, le président de la Société de sensibilisation aux relations internationales(SIRA), M. Owei Lakemfa, qui préside la conférence ARCAN 2023, a intimé que “la politique étrangère est le reflet de la politique intérieure car, selon lui, aucun pays ne peut être grand si sa politique intérieure est chancelante et bancale”.

“Si nous voulons avoir une politique étrangère nigériane efficace, quatre choses sont importantes. Premièrement, nous devons assurer le bien-être des Nigérians ordinaires. Deuxièmement, nous devons assurer la sécurité du Nigéria et des Nigérians. Troisièmement, nous devons construire une économie et une monnaie fortes, et quatrièmement, nous devons défendre et promouvoir les trois premières choses”.

Comments are closed.