RDC : Les Etats-Unis appellent à la transparence des élections

98

Les États-Unis ont appelé les autorités électorales de la République démocratique du Congo (RDC) à faire preuve de transparence lors de l’annonce des résultats des élections de mercredi, après les délais non respectés en 2019.

Si la diplomatie américaine a salué le travail de la commission électorale de la RDC, “des mesures supplémentaires pour assurer la transparence du processus électoral, y compris des informations claires sur la date et la manière dont les résultats seront publiés, contribueraient à renforcer la confiance”, a déclaré à la presse le porte-parole du département d’État américain, Matthew Miller.

“Nous exhortons tous les candidats et les partis à faire leur part pour promouvoir des élections justes et libres, dans le cadre d’un processus pacifique et crédible”, a-t-il déclaré, appelant également le gouvernement à “maintenir la liberté d’expression”.

Dans un climat tendu, quelque 44 millions d’électeurs en RDC, sur une population totale d’environ 100 millions d’habitants, sont appelés mercredi à élire leur président, leurs députés nationaux et provinciaux et, pour la première fois, leurs conseillers communaux.

Quelque 75.000 bureaux de vote doivent ouvrir dans cet immense pays d’Afrique centrale, quasiment dépourvu d’infrastructures routières.

Après les élections de décembre 2018, la commission électorale avait déclaré qu’elle annoncerait les résultats le 6 janvier, mais a déclaré Félix Tshisekedi vainqueur le 10 janvier.

Son adversaire Martin Fayulu a alors dénoncé des fraudes.

Cependant, compte tenu du passé politique violent de la RDC, ces élections ont marqué la première alternance pacifique du pays.

Cette année, la campagne s’est déroulée dans un calme relatif.

Comments are closed.