La FCTA va déplacer la communauté de Nuwalege pour le développement de la flotte présidentielle

Détails avec Hudu Yakubu,Abuja

147

Afin d’assurer une reprise et un développement sans heurts du projet d’expansion de la flotte présidentielle, l’Administration du Territoire de la Capitale Fédérale (FCTA) a entamé le processus de relocalisation de la communauté de Nuwalege, le long de l’aéroport Nnamdi Azikiwe, à Abuja,
le long de l’aéroport Nnamdi Azikiwe, à Abuja.
À cet effet, le ministre du FCT, Barr. Nyesom Wike a demandé au directeur du département du contrôle du développement (DDC) d’engager les dirigeants de ladite communauté, où pas moins de 200 maisons seront touchées.
S’exprimant lors d’un engagement communautaire et citoyen hier, le directeur du DDC, Tpl Mukhtar Galadima, a déclaré que cette mesure faisait suite à la demande de l’armée de l’air nigériane, il y a environ un mois.
Galadinma a déclaré : “Il y a environ un mois, les autorités de l’armée de l’air nigériane ont écrit à l’honorable ministre pour lui faire part de leurs besoins et de leur souhait de relocaliser ce village, car il fait partie des terrains de la flotte présidentielle.
“Le ministre, dans sa sagesse, leur a demandé de laisser l’administration du FCT s’en occuper, car c’est sa responsabilité. L’armée de l’air nigériane a fait part de son souhait au département du contrôle du développement.
” C’est pourquoi nous sommes ici aujourd’hui pour discuter avec la communauté et lui faire part de notre intention, car il serait injuste d’amener la machine ici et de commencer à démolir leurs maisons.

“Nous avons donc rendu visite au chef dans son palais pour le rencontrer et nous lui avons expliqué la raison de notre venue dans cet endroit.
Galadima a également laissé entendre qu’environ 150 à 200 maisons avec les magasins commerciaux qui y sont attachés seront affectées par le développement.
Répondant aux questions des journalistes sur la question de l’indemnisation des personnes concernées, le directeur a déclaré : “Nous allons discuter avec l’armée de l’air de la question de l’indemnisation des personnes concernées : “Nous allons discuter avec l’armée de l’air, car il est évident que les discussions en coulisses indiquent que certaines formes de compensation ont été payées.”Mais nous devons nous assurer que ces compensations ont bien été versées et que les personnes qui les ont reçues l’ont bien été aussi.
“Nous allons mener une enquête plus approfondie en faisant appel au département de la réinstallation et de l’indemnisation du FCT ainsi qu’à l’armée de l’air nigériane, afin de déterminer si des indemnités ont été versées, à qui et quand.”Ensuite, nous discuterons avec nos collègues du département de la réinstallation et de l’indemnisation pour savoir si, à un moment ou à un autre, une indemnisation a été versée pour répondre à leurs demandes en ce qui concerne le nombre de structures et de personnes qui seront affectées par ce projet d’expansion.Il poursuit :”Il y a certaines choses que nous devons prendre en considération, comme la sécurité, parce qu’il est évident que cette partie de certaines de ces colonies est l’endroit où certains de ces gens de la pègre essaient de se déguiser et de se cacher.”En outre, la formation de l’armée de l’air, qui est la flotte présidentielle, est trop proche pour qu’elle puisse cohabiter.Nous verrons donc si

“Mais nous devons nous assurer que ces indemnités ont bien été payées, ainsi que les personnes qui les ont reçues.
“Nous allons mener une enquête plus approfondie en faisant appel au département de la réinstallation et de l’indemnisation du FCT ainsi qu’à l’armée de l’air nigériane, afin de déterminer si des indemnités ont été versées, à qui et quand.
“Ensuite, nous discuterons avec nos collègues du département de la réinstallation et de l’indemnisation pour savoir si, à un moment ou à un autre, une indemnisation a été versée pour répondre à leurs demandes concernant le nombre de structures et de personnes qui vont être affectées par ce projet d’expansion”.

Il a poursuivi : “Il y a certaines choses que nous devons prendre en considération, comme la sécurité, parce qu’il est évident que cette partie de certaines de ces colonies est l’endroit où certains de ces gens de la pègre essaient de se déguiser et de se cacher.
“En outre, la formation de l’armée de l’air, qui est la flotte présidentielle, est trop proche pour que cette chose puisse cohabiter. Nous verrons donc s’il y a un désir urgent d’éliminer une partie de cette communauté, et nous le ferons.
“Nous devons donc nous engager auprès de la communauté. Il ne s’agit pas de l’ensemble de la communauté, car nous avons fait le tour et nous avons vu les zones affectées par le terrain de la flotte présidentielle et les zones qui se trouvent en dehors de ce terrain.
“Au moins, nous lui avons témoigné du respect en tant que personne de haut rang. Nous avons discuté avec lui et l’avons informé de la raison de notre présence et nous reviendrons pour une consultation plus large, impliquant l’armée de l’air nigériane, nos collègues et les chefs des communautés.Je pense donc que nous avons fait ce qu’il fallait en les impliquant de manière adéquate.

Comments are closed.