La ministre préconise un programme de mentorat pour les jeunes

Programme de mentorat pour les jeunes

178

La ministre nigériane du Développement de la jeunesse, Jamila Bio-Ibrahim, a appelé à un programme de mentorat pour les jeunes afin de leur permettre de contribuer au développement du pays

La ministre a lancé cet appel à Abuja lors d’une visite de courtoisie de l’Association des étudiants en fiscalité du Nigéria (ANTAS) et de l’Institut agréé de fiscalité du Nigéria (CITN), dirigé par le président, M. Samuel Agbeluyi.

Elle a déclaré que l’une des principales composantes de la société est le mentorat, car les jeunes ont besoin d’être guidés et orientés dans leurs efforts pour apporter une contribution positive à la vie.

Mme Bio-Ibrahim, qui a exprimé son souhait de voir davantage de jeunes occuper des postes de direction, a remercié le président Ahmed Tinubu d’avoir nommé des jeunes, en particulier des femmes, au sein de son cabinet et dans des comités qui stimuleront l’économie de la nation.

S’exprimant sur la collaboration proposée entre le ministère et ANTAS-CITN pour réduire la fuite des cerveaux parmi les jeunes, le Dr. Bio-Ibrahim a souligné la nécessité de trouver un domaine élaboré pour une telle collaboration.

Dans quelques semaines, nous devrions être en mesure de consolider cette relation et de trouver un domaine de collaboration élaboré“, a-t-elle déclaré.

La ministre a exprimé sa gratitude pour avoir été nommée conseillère technique de l’ANTAS par son président, M. Opeyemi Babatunde.

Merci de m’avoir choisie comme conseillère. C’est un privilège que je ne considère pas comme acquis.  Je suis prête à faire tout ce qu’il faut pour participer au processus, dans la mesure où mon emploi du temps le permet“, a-t-elle ajouté.

Auparavant, le chef de la délégation, le 16e président du CITN, M. Samuel Agbeluyi, a déclaré que les jeunes sont inspirés lorsqu’ils voient un jeune leader avec lequel ils peuvent s’identifier.

Il a révélé que l’Institut forme les jeunes à être confiants en leur donnant l’opportunité de parler pour eux-mêmes, ajoutant que grâce aux efforts de l’Institut, la nation compte 32 institutions tertiaires qui proposent la fiscalité comme cours principal à différents niveaux tels que ND, HND, BSC, Masters et PhD.

Cela montre que la fiscalité est impérative et que nous avons besoin d’une main-d’œuvre capable de gérer les choses, que ce soit en tant qu’agents du fisc, en tant qu’acteurs de la fiscalité ou même en tant que contribuables” a-t-il déclaré.

Pour sa part, le président du comité CITN sur les affaires étudiantes et les relations avec l’enseignement supérieur, Abiola Adimula, a déclaré que l’association avait proposé trois domaines de collaboration et de partenariat avec le ministère, parmi lesquels une table ronde des parties prenantes de haut niveau intitulée “Youth Convening : Exploration des possibilités d’autonomisation des jeunes au Nigeria en vue de réduire le syndrome JAPA“, au cours de laquelle les parties prenantes concernées seront invitées à discuter des plans et des possibilités offertes aux jeunes, afin de réduire l’ampleur de la fuite des cerveaux qui sévit actuellement dans le pays.

Adimula a également déclaré qu’ANTAS-CITN, par le biais de son réseau, peut faciliter la présentation des activités du ministère au siège des Nations unies afin d’améliorer la visibilité et le partenariat avec les agences internationales des Nations unies et d’autres organisations de financement.

Le président de l’ANTAS, M. Opeyemi Babatunde, a ensuite décoré le ministre en tant que conseiller technique de l’association, ce qui, selon lui, était basé sur les dispositions constitutionnelles de l’association.

Comments are closed.