Les taxes multiples nuisent à l’industrie des télécommunications au Nigéria – NCC

la taxation multiple comme un défi majeur

174

La Commission nigériane des communications (NCC) a identifié la taxation multiple comme un défi majeur qui entrave la croissance et le développement durables de l’industrie des télécommunications dans le pays.

La commission a fait cette observation lorsque son commissaire exécutif pour la gestion des parties prenantes, Adewolu Adeleke, a abordé la question de la taxation multiple et des réglementations lors de l’atelier régional des parties prenantes à Kano mercredi.

La conférence avait pour thème “Naviguer dans le paysage de la fiscalité et des réglementations multiples, favoriser la croissance durable par la collaboration“.

M. Adeleke, représenté par Efosa Idehen, directeur de la conformité, du contrôle et de l’application de la Commission, a souligné que la croissance de l’infrastructure des télécommunications, essentielle pour l’ensemble de l’économie numérique, est entravée par la multiplicité des taxes et des réglementations.

Il ne s’agit pas des taxes légitimes imposées par les autorités compétentes à l’issue des procédures nécessaires, mais des nombreuses taxes et redevances irrégulières, souvent dupliquées et parfois imposées à la hâte, que certaines agences cherchent à obtenir des revenus à court terme, négligeant les impacts à long terme plus importants de leurs actions sur la confiance des investisseurs, le bien-être socio-économique de notre peuple et la croissance économique nationale en général“, a-t-il déclaré.

M. Adeleke a fait remarquer que certaines agences gouvernementales locales et d’État appliquaient des taxes et des réglementations sans autorisation légale appropriée. Cette imposition injustifiée a un impact négatif sur l’industrie des télécommunications, entraînant un effet d’entraînement sur sa production globale.

Selon lui, l’absence de soutien juridique approprié pour ces taxes et réglementations soulève des inquiétudes quant à leur légitimité et souligne la nécessité d’une approche plus structurée et plus solide sur le plan juridique pour régir ces questions aux niveaux régional et local.

Les multiples taxes et réglementations imposées sur l’entretien des infrastructures, les redevances d’impact sur l’environnement, les redevances de collecte des déchets, en plus de la taxe sur la valeur ajoutée et de la taxe sur les ventes payées simultanément, augmentent le coût des services dont bénéficient les consommateurs“, a-t-il ajouté.

S’exprimant plus avant, le commissaire de la NCC a fortement plaidé en faveur de mesures proactives pour relever le défi persistant de la fiscalité et des réglementations multiples.

Exprimant le besoin d’une action immédiate, le commissaire a souligné l’importance de trouver des solutions durables à ce problème, reconnaissant qu’il s’agit d’un obstacle important au bon fonctionnement de l’industrie des télécommunications.

Il a déclaré que ces mesures proactives permettraient non seulement d’alléger le fardeau des multiples taxes et réglementations, mais aussi d’ouvrir la voie à un environnement plus stable et plus propice au secteur des télécommunications.

Je suis donc heureux de constater que l’une des mesures les plus importantes prises par le président Bola Tinubu lors de son entrée en fonction a été la création du comité présidentiel de réforme fiscale.

“Nous avons présenté nos recommandations au comité et nous sommes convaincus qu’il fera les recommandations nécessaires pour traiter de manière concluante les différentes dimensions du problème de la multiplicité des taxations et des réglementations.

“Nous pensons qu’en donnant la priorité à une réforme fiscale globale, nous pourrons libérer tout le potentiel de l’économie nigériane. Ces réformes devraient viser à simplifier le système fiscal, à éliminer les redondances et à promouvoir la transparence.

“Le gouvernement à tous les niveaux doit collaborer pour créer une structure fiscale harmonisée qui favorise la croissance économique au lieu de l’étouffer“, a-t-il déclaré.

En outre, le commissaire de la NCC a souligné la nécessité d’un déploiement rapide de nouvelles infrastructures et d’un fonctionnement sans faille des infrastructures existantes afin d’atteindre un taux de pénétration de la large bande de 90 % d’ici 2027 dans le pays.

Pour illustrer, l’industrie a connu plus de 35 000 coupures de fibre en 2022 et plus de 24 000 coupures de fibre jusqu’à présent en 2023. De même, plus de 14 milliards de nairas ont été dépensés pour réparer les fibres endommagées.

“Dans le même ordre d’idées, plus de 18 000 cas de refus d’accès ont été enregistrés en 2022 et plus de 6 000 cas jusqu’à présent en 2023. Des statistiques de cette nature ne peuvent encourager personne à investir. Nous avons donc tous le devoir de nous attaquer à cette menace une fois pour toutes“, a-t-il ajouté.

Adeleke a noté que plus de 18 000 cas de refus d’accès ont été enregistrés en 2022 et plus de 6 000 cas jusqu’à présent en 2023, ajoutant que des mesures doivent être prises pour s’attaquer à ce problème car il décourage les investisseurs.

Comments are closed.