Endiguer la migration des jeunes pour développer l’expertise de la prochaine génération au Nigéria

Article de Ifeoma Orji

0 320

Ces dernières années, le Nigéria a connu une migration massive de ses jeunes. Cette situation a créé des failles dans la hiérarchie sociale du pays. L’exode est illustré par un argot connu sous le nom de ”japa” en yoruba, une langue parlée dans le Sud-ouest du Nigeria, qui signifie fuir une situation difficile pour en trouver une autre plus agréable.

La migration à tout prix a commencé pour les jeunes Nigérians vers 2015 et le nombre n’a depuis pas diminué.

Le haut-commissaire britannique au Nigéria, Richard Montgomery, a révélé que le nombre d’étudiants nigérians dans les universités du Royaume-Uni est passé de vingt mille à cent vingt-sept mille en trois ans.

Montgomery a également révélé que le Nigéria a reçu à lui seul trois cent trente-cinq mille visas sur les trois millions délivrés aux étudiants internationaux et autres immigrants en 2022.

Selon les rapports, entre 2019 et 2022, plus de cinquante mille Nigérians qualifiés ont émigré au Canada. Par ailleurs, le Nigéria a perdu plus de neuf mille médecins au profit du Royaume-Uni, du Canada et des États-Unis entre 2016 et 2018.

Ngozi Okonjo-Iweala, directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), estime que les jeunes ne seront pas enclins à s’installer à l’étranger s’ils peuvent s’épanouir dans leur pays. Mme Iweala s’inquiète également du fait que la phrase la plus populaire au Nigeria est désormais “Je vais effectuer le japa”.

On estime que 60 % de la population nigériane a moins de 25 ans, ce qui en fait l’un des pays les plus jeunes d’Afrique.

L’exubérance attendue qui aurait dû être, est en train d’être réduite par le chômage des jeunes qui est estimé à cinquante-trois virgule quatre zéro pour cent, selon les estimations du Bureau national des statistiques en 2022.

Un rapport de mars 2023 de la Fondation pour le journalisme d’investigation a révélé que le taux de chômage des jeunes de 53 % fait du Nigeria le deuxième pays le plus touché au monde après l’Afrique du Sud, dont le taux de chômage des jeunes est de 61 %.

Cependant, tout n’est pas rose à l’étranger, car les rêves d’un avenir meilleur de certains migrants se sont transformés en cauchemar.

De nombreux demandeurs d’emploi nigérians se sont retrouvés démunis, affamés et sans travail au Royaume-Uni, aux États-Unis et au Canada, après avoir payé des milliers de livres et de dollars à des agences de voyage pour obtenir un visa de travailleur qualifié, pour finalement se rendre compte que les emplois n’existaient pas.

La plupart des pays considérés comme des destinations de choix pour les Nigérians ont mis en place des politiques migratoires hostiles. Mais à chaque fois, la génération japa franchit l’obstacle, soit par la route, soit par la mer, soit même par l’intermédiaire de passeurs.

De nombreux jeunes sont morts en tentant d’atteindre l’Europe par la mer Méditerranée. Cette route est désormais considérée comme un cimetière, avec environ neuf cents personnes qui se sont noyées en six mois.

Néanmoins, le gouvernement du président Bola Ahmed Tinubu a mis en place des politiques soigneusement conçues pour faire face à la migration des jeunes. L’une d’entre elles est le programme de prêts aux étudiants, qui consiste en un prêt sans intérêt accordé aux étudiants nigérians des établissements d’enseignement supérieur pour leur permettre de financer facilement leurs études supérieures.

Le président s’est également engagé à créer un million d’emplois dans l’économie numérique, un domaine dans lequel les jeunes Nigérians se sont révélés compétents. L’administration Tinubu s’est également engagée à supprimer tous les obstacles à l’investissement, en particulier pour les start-ups, en repositionnant l’économie en faveur des jeunes.

Les jeunes Nigérians doivent être responsabilisés en tant qu’acteurs de la construction d’un Nigéria prospère. Cette démarche doit être soutenue par des politiques de développement du bien-être humain.

Assainir la société nigériane en récompensant le travail et l’excellence pourrait donner naissance à une nouvelle génération qui repenserait la hiérarchie sociétale.

Un réformateur social indien, Kailash Satyarthi, a déclaré un jour: “Le pouvoir de la jeunesse repose sur la richesse commune du monde entier. Les visages des jeunes sont les visages de notre passé, de notre présent et de notre avenir. Aucun segment de la société ne peut rivaliser avec le pouvoir, l’idéalisme, l’enthousiasme et le courage des jeunes”.

Si le Nigéria investit dans la formation de sa jeunesse aujourd’hui, il a une chance d’écrire une belle histoire que tout le monde sera ravi de lire un jour.

 

Article de Ifeoma Orji; Traduction de Mourtada Nanzif Adékounlé

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *