L’IA menace les salaires, pas les emplois selon le rapport de la BCE

0 155

Une recherche publiée par la Banque centrale européenne indique que l’adoption rapide de l’intelligence artificielle (IA) a le potentiel de réduire les salaires, mais jusqu’à présent, elle crée, et non détruit, des emplois, en particulier pour les jeunes et les personnes hautement qualifiées.

Selon l’étude, malgré les inquiétudes concernant l’impact futur sur l’emploi, les entreprises qui investissent massivement dans l’IA connaissent une pénurie de travailleurs qualifiés, contrairement aux tendances habituelles du marché du travail en période de récession.

L’étude montre que dans 16 pays européens, la part de l’emploi dans les secteurs exposés à l’IA a augmenté, les emplois peu ou moyennement qualifiés n’étant pas affectés, tandis que les postes hautement qualifiés connaissent l’augmentation la plus significative, comme l’indique le Bulletin de recherche de la BCE.

Voici des extraits du rapport:

“En utilisant les données relatives aux professions au niveau à trois chiffres en Europe, nous constatons qu’en moyenne, les parts d’emploi ont augmenté dans les professions les plus exposées à l’IA. C’est particulièrement le cas pour les professions qui comptent une proportion relativement plus élevée de travailleurs jeunes et qualifiés.

“Ces données sont conformes à la théorie du changement technologique fondé sur les compétences. Bien qu’il existe une hétérogénéité entre les pays, seuls quelques pays affichent une baisse de la part de l’emploi dans les professions les plus exposées à l’automatisation par l’IA. 

“L’hétérogénéité des pays pour ce résultat semble être liée au rythme de diffusion de la technologie et à l’éducation, mais aussi au niveau de réglementation du marché des produits (concurrence) et aux lois de protection de l’emploi. Contrairement aux résultats concernant l’emploi, nous trouvons peu de preuves d’une relation entre les salaires et les expositions potentielles aux nouvelles technologies.”

A lire aussi : Le Nigéria lance ine initiative de recherche sur l’intelligence artificielle

Toutefois, l’étude fait également état d’“incidences neutres à légèrement négatives” sur les revenus, qui pourraient s’aggraver au fil du temps.

Ces résultats contrastent avec les précédentes “vagues technologiques”, qui ont vu l’informatisation réduire la part relative de l’emploi des travailleurs moyennement qualifiés, ce qui a entraîné une “polarisation”.

Le rapport note que les résultats obtenus jusqu’à présent ne constituent pas un acquittement. Il ajoute qu’étant donné que les technologies basées sur l’IA sont encore en cours de développement et d’adoption, leur impact total sur l’emploi, les salaires, la croissance et l’égalité n’est pas encore connu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *