Fuite des cerveaux: le gouvernement nigérian s’engage à renforcer la main-d’œuvre

0 153

Le ministre de la santé et de la protection sociale, le professeur Ali Pate, a déclaré que le gouvernement fédéral renforcerait la main-d’œuvre et réduirait la fuite des cerveaux dans le secteur de la santé.

A lire aussi: Lutte contre le tourisme médical et la fuite des cerveaux au Nigéria

Le ministre, représenté par le directeur de la division des organismes de réglementation et des écoles professionnelles, Dr Okpikpi Okpako, a fait cette déclaration lors d’une réunion de deux jours des parties prenantes, ce mercredi à Abuja.

La réunion a été organisée par le Conseil des thérapeutes en réadaptation médicale (adhésion au Nigéria) sur le thème : “Mise en œuvre de l’agenda 2030 de la réadaptation au Nigeria: Formation, pratique et réglementation”.

Il a déclaré que l’intégration de l’Agenda 2030 pour la réadaptation de l’Organisation mondiale de la santé permettrait de relever les défis de la fuite des cerveaux et d’améliorer l’accès aux services de réadaptation, permettant ainsi d’atteindre l’objectif de santé publique universelle.

“Le gouvernement n’est pas sans savoir que ce phénomène affecte l’ensemble du personnel de santé. Le syndrome du japa a pris une tournure alarmante dans le domaine de la physiothérapie, où les Nigérians possédant les qualifications requises sont constamment attirés à l’étranger.

“De nombreux touristes médicaux sont venus rendre compte des services de rééducation qu’ils ont reçus à l’étranger à des coûts exorbitants.

“Vous pouvez être assurés que le système de soins de santé du Nigéria sera bouleversé dans les plus brefs délais grâce à ce que le gouvernement actuel a entrepris.

“Ce rassemblement représente une étape importante dans la mise en œuvre de l’initiative de l’Agenda 2030 pour la réadaptation, qui prévoit que chaque citoyen devrait être en mesure de répondre à ses besoins en matière de réadaptation.

Votre rassemblement d’aujourd’hui est une étape importante pour le Nigéria dans l’accomplissement de son mandat de transformation de la prestation des services de soins de santé pour assumer la couverture universelle de la santé”, a-t-il informé.

Le registraire et directeur général du MRTB, le professeur Rufai Ahmad, a évoqué: “Nous sommes venus ici pour rencontrer les parties prenantes afin de discuter de la manière d’initier le processus de réadaptation du point de vue de la pratique, de la réglementation et de la formation.

“Toutefois, la présence de ces parties prenantes donnera également l’occasion de discuter des questions qui nécessiteront l’attention des parties prenantes pour pouvoir mettre en œuvre l’agenda 2030 de la réadaptation.

Le président du Comité national de normalisation des établissements de santé tertiaires a quant à lui souligné qu’ils soutiendraient la pleine mise en œuvre des politiques qui renforceraient les services de réadaptation.

Pour sa part, le professeur King David, représentant M. Chris Maiyaki, secrétaire exécutif de la Commission nationale des universités, les a assurés de leur engagement à former des travailleurs de la réadaptation pour renforcer leurs capacités.

“La NUC a la capacité de réglementer, de recycler et de vous assurer que nous nous associerons pour développer un aspect stratégique dans les domaines du contenu académique, de la réadaptation en médecine, de l’accréditation et du développement et de la révision des programmes d’études pour le premier diplôme et les diplômes supérieurs.

“Cela comprendra également le suivi et l’évaluation des programmes. Je tiens donc à vous assurer que nous sommes prêts à vous soutenir et à travailler en partenariat avec vous”, a-t-il conclu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *