Le gouvernement dévoile un partenariat public-privé pour lutter contre la tuberculose

0 110

Le ministère de coordination de la santé et de la protection sociale a déclaré qu’il avait dévoilé le projet de partenariat public-privé (PPP) pour la lutte contre la tuberculose, marquant une étape importante dans la lutte incessante contre la tuberculose dans le pays.

Le Dr Anyaike Chukwuma, directeur de la santé publique au ministère, a fait cette déclaration mardi à Abuja, lors d’un événement organisé par les Consultations nationales sur le partenariat public-privé et après la réunion de haut niveau des Nations unies (UNHLM).

L’événement a pour thème “Stop TB Partnership Nigeria”, en collaboration avec le programme national de lutte contre la tuberculose et la lèpre (National Tuberculosis and Leprosy Control Programme – NTBLCP).
La déclaration politique de l’UNHLM sur la tuberculose contient plusieurs objectifs mondiaux approuvés par les chefs d’État, dont celui de traiter 40 millions de personnes atteintes de tuberculose entre 2018 et 2022.

Ces objectifs comprennent le traitement de 3,5 millions d’enfants atteints de tuberculose, de 1,5 million de personnes atteintes de tuberculose résistante aux médicaments et d’au moins 30 millions de personnes sous traitement préventif contre la tuberculose.

M. Chukwuma a déclaré que la création de l’équipe de plaidoyer pour les PPP témoignait d’une profonde reconnaissance du rôle essentiel joué par les partenariats public-privé pour relever les défis posés par la tuberculose à l’échelle mondiale.

“Cette décision stratégique reflète un engagement collectif à encourager la collaboration et les solutions innovantes dans la lutte actuelle contre cette formidable menace pour la santé publique”, a-t-il déclaré.

Selon lui, bien que l’intervention précédente ait probablement contribué à la bonne connaissance de la tuberculose et aux attitudes de recherche de soins affichées par les Nigérians, le maintien d’une recherche active de cas par le biais du PPP peut contribuer grandement à réduire le fardeau de la tuberculose, en particulier dans les communautés rurales où les systèmes de soins de santé sont généralement faibles ou inadéquats.

Le Dr Stella Makpu, personne de contact PPM, NTBLCP, a déclaré que le pays était confronté à un lourd fardeau de tuberculose et que pour relever le défi, il fallait des approches et des partenariats novateurs.

“Le secteur privé, y compris les prestataires de soins de santé, les entreprises et les organisations de la société civile, a joué un rôle essentiel dans l’élargissement de l’accès à des services de lutte contre la tuberculose de qualité dans le pays.

En ce qui concerne la manière dont le pays peut s’attaquer à la tuberculose ultrarésistante, elle a déclaré qu’il était important d’investir dans des technologies de diagnostic précises, de rechercher et de développer de nouveaux médicaments et d’éduquer le public au sujet de la tuberculose, du diagnostic précoce et du traitement.

Elle a ajouté qu’il était nécessaire d’améliorer les systèmes de soins de santé pour assurer un traitement opportun et adéquat, de collaborer à l’échelle mondiale pour partager les ressources et l’expertise et de mettre en œuvre des programmes de soutien pour favoriser l’adhésion des patients.

Auparavant, M. Mayowa Joel, représentant du partenariat Stop TB Nigeria, a déclaré que la consultation faciliterait la discussion sur la promotion des partenariats entre les secteurs public et privé afin d’améliorer l’accès aux services et aux ressources liés à la tuberculose.

M. Joel a ajouté que la consultation se concentrerait sur l’exploration de pistes pour un plaidoyer soutenu afin de mobiliser les ressources nationales pour mettre fin à la tuberculose dans le pays.

“Elle permettra également d’orienter les partenaires vers le projet et de mettre en place l’équipe de plaidoyer PPM, de sensibiliser les principales parties prenantes, notamment les décideurs politiques, les prestataires de soins de santé et les entités du secteur privé, à l’importance de la PPM dans la lutte contre la tuberculose.

Il a ajouté qu’il était nécessaire de renforcer les capacités des membres de l’équipe en matière de plaidoyer, d’analyse politique et de communication.

“Cela leur permettra de plaider en faveur de politiques, de réglementations et d’incitations favorables pour encourager l’engagement du secteur privé dans la lutte contre la tuberculose.

“Cela facilitera également la collaboration entre les secteurs public et privé et encouragera les partenariats qui améliorent l’accès aux services et aux ressources de lutte contre la tuberculose”, a-t-il déclaré.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *