Libération d’un prêtre allemand enlevé au Mali

0 83

Un prêtre catholique allemand, le père Hans-Joachim Lohre, qui avait disparu au Mali en novembre 2022 et dont on pensait qu’il avait été enlevé, a été libéré, ont déclaré deux responsables de l’archevêché et du gouvernement.

“Le prêtre Hans-Joachim Lohre, qui avait été enlevé le 20 novembre 2022, a été libéré dimanche. Il est dans un avion pour son pays”, a déclaré un responsable de l’archevêché, sous couvert d’anonymat, comme il est d’usage dans les cas de prise d’otages.

Un fonctionnaire du gouvernement a confirmé l’information, également sous le couvert de l’anonymat.

Aucune précision n’a été donnée sur l’état de santé du prêtre ni sur les conditions de sa détention et de sa libération.

Le père Hans-Joachim Lohre a disparu alors qu’il devait célébrer une messe dans un quartier de Bamako.

Il a depuis été considéré comme ayant été victime d’un enlèvement, ce qui est courant au Mali mais exceptionnel dans la capitale.

Cependant, il n’est pas clair si son enlèvement a été revendiqué.

Ce prêtre allemand, surnommé “Ha-Jo”, membre de la Société des Missionnaires d’Afrique, connue sous le nom de Pères Blancs, vivait au Mali depuis une trentaine d’années.

Il était également secrétaire national d’une commission pour le dialogue interreligieux.

Il s’agit du deuxième Allemand libéré en moins d’un an au Sahel, après la libération en décembre 2022 de l’humanitaire allemand Jörg Lange, enlevé le 11 avril 2018 dans l’ouest du Niger, dans une région frontalière du Mali en proie aux activités djihadistes.

Plusieurs otages étrangers, dont un Sud-Africain et un couple d’Italiens et leur fils, sont toujours détenus au Sahel, selon un décompte ne couvrant que les cas rendus publics par leur entourage ou leur gouvernement.

Depuis 2012, le Mali est en proie à la propagation du terrorisme et des violences de toutes sortes, dont les enlèvements constituent un aspect, qu’il s’agisse d’étrangers ou de Maliens.

Les motifs, idéologiques ou criminels, vont de la demande de rançon aux représailles en passant par le marchandage.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *