Le programme nigérian de zones agro-industrielles est en bonne voie, selon le ministre

Détails avec Timothy Choji, Abuja

0 139

Le gouvernement nigérian affirme que son programme de création de zones spéciales de transformation agro-industrielle à travers le pays a atteint un stade avancé.

Le ministre de l’Agriculture et de la Sécurité alimentaire, Abubakar Kyari, l’a révélé en informant les correspondants de la Chambre d’État à la fin de la réunion du Conseil économique national présidée par le vice-président, Kashim Shettima, à Abuja, la capitale du pays.

Il a indiqué que les zones de transformation ont été créées dans le cadre d’un programme spécial du ministère, en collaboration avec la Banque africaine de développement, le Fonds international pour le développement agricole, la Banque islamique de développement, les gouvernements des États et les investisseurs privés.

 

 

 

 

 

 

“Lors du Conseil économique national, le ministère fédéral de l’agriculture et de la sécurité alimentaire a présenté au Conseil un programme spécial de zones de transformation agro-industrielles, en collaboration avec certaines organisations financières internationales, les gouvernements des États et le secteur privé.

“Ce programme a démarré en 2022 avec sept États et le Territoire de la capitale fédérale (FCT) pour la première phase. Ces États sont Kano, Kaduna, Kwara, Ogun, Oyo, Imo et Cross River, le FCT étant le 8e partenaire.”

Selon lui, le programme contribuera grandement à stimuler les activités agricoles ainsi que la transformation des produits agricoles.

 

 

 

 

“Il s’agit d’un guichet unique qui sera situé dans des zones très urbaines et où l’on trouvera la production alimentaire, l’agrégation et la transformation des produits agricoles. Il s’agit d’une initiative qui attirera les investissements du secteur privé qui ajouteront de la valeur à notre agro-transformation et débloqueront de nombreuses opportunités qui amélioreront la sécurité alimentaire et la création d’emplois”, a-t-il ajouté.

Le ministre de l’agriculture a en outre indiqué que les centres de transformation agroalimentaire ont la capacité de créer entre 3 000 et 5 000 emplois chacun.

“Les gains rapides sont que même au stade de la construction, chacun de ces centres a une opportunité pour 3000 emplois et à la fin de la construction, il y aura des opportunités pour 5000 emplois dans chaque zone et aussi pour soutenir environ 100 000 agriculteurs”. Il a expliqué.

M. Kyari a souligné que les centres de transformation des produits agricoles contribueraient également à relever le défi des pertes liées au manque d’installations de transformation et de stockage.

 

 

 

 

 

Il a indiqué que la première phase, qui a débuté en 2022, durera cinq ans, mais que les préparatifs sont déjà bien avancés pour le lancement de la deuxième phase.

En outre, le ministre a annoncé que la deuxième phase du programme serait introduite l’année prochaine, 26 États ayant déjà manifesté leur intérêt pour participer au programme.

Il a ajouté que la Banque africaine de développement s’était déjà engagée à apporter un soutien d’un milliard de dollars pour la mise en œuvre de la deuxième phase du programme.

“En ce qui concerne la prochaine phase, nous avons déjà reçu des manifestations d’intérêt de la part de 26 États. La deuxième phase est censée démarrer l’année prochaine, en commençant par la documentation. Il ne reste que trois États, Abia, Adamawa et Yobe”, a-t-il déclaré.

Le ministre de l’agriculture a révélé que le Conseil économique national avait approuvé la transmission accélérée des documents relatifs à la zone spéciale de procession agroalimentaire aux bailleurs de fonds par le ministère des finances.

Le ministre a également révélé que le Conseil a approuvé l’octroi d’une dérogation par le ministère des finances pour le paiement de l’allocation de performance au personnel du projet par les bailleurs de fonds, à la demande de l’agence d’exécution du projet, afin d’éviter les risques liés à la mise en œuvre.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *