Le Sénat nigérian examine le projet de loi sur le droit de vote de la diaspora

Détails avec Lekan Sowande, Abuja

0 89

Le Sénat nigérian déclare qu’il réexaminera le projet de loi sur le vote de la diaspora cette semaine, dans le but de permettre aux Nigérians vivant à l’étranger de voter et d’être élus.

Le leader du Sénat, le sénateur Opeyemi Bamidele (APC-Ekiti), l’a fait savoir lors d’un dialogue virtuel organisé par Engage Diaspora Foundation en collaboration avec la Direction de la diaspora et des affaires internationales dans son bureau.

Le dialogue avait pour thème “Une étape décisive vers l’obtention du droit de vote de la diaspora”.

En mars 2022, le 9e Sénat avait rejeté le projet de loi sur le vote de la diaspora.

Le projet de loi visait à modifier la Constitution de 1999 pour permettre aux Nigérians vivant à l’extérieur du pays de participer au processus électoral et d’être élus.

“Les citoyens nigérians de la diaspora ont montré un grand intérêt pour la participation au processus électoral ; ils apportent des contributions considérables à l’économie par le biais d’énormes transferts de fonds vers le pays. Le vote de la diaspora est conforme aux meilleures pratiques mondiales”, a-t-il déclaré.

La population de la diaspora nigériane a été estimée à 1,7 million de personnes en 2020 par le Département des affaires économiques et sociales des Nations unies.

Dans sa présentation, M. Bamidele, qui était l’hôte principal et l’orateur principal de l’événement, a assuré les Nigérians de la diaspora que le 10ème Sénat ferait plus d’efforts pour faire passer le projet de loi cette fois-ci.

“Nous ferons de notre mieux pour nous assurer que cette fois-ci, nous répondrons à vos souhaits à cet égard. Lorsque vous parlez du vote de la diaspora, c’est un droit ; si quelqu’un vous accorde ce droit, ce n’est pas comme s’il vous accordait une quelconque faveur. C’est votre droit. L’essence de ce combat est de s’assurer que ce droit est reconnu dans notre constitution, car la constitution est la base sur laquelle reposent toutes les autres choses.

La constitution est le manuel opérationnel du gouvernement et des gouvernés dans notre pays. C’est un droit qui doit être reconnu par notre loi, tel qu’il est inscrit dans la constitution. Ce que je fais avec vous n’est pas nouveau. J’essaie de m’appuyer sur les efforts, les véritables efforts, que les gens ont déployés dans le passé et qu’ils continuent de déployer”, a-t-il précisé.

Le législateur a ajouté que le projet de loi était déjà sur le bureau du Sénat, “et il y a exactement deux mardis, nous avons eu une première lecture du projet de loi sur le vote de la diaspora”.

“Il a été adopté en première lecture et il était prévu qu’il soit examiné en deuxième lecture. Je peux vous assurer, en tant que leader du Sénat, que nous examinerons la deuxième lecture du projet de loi cette semaine”, a affirmé le sénateur Bamidele.

Selon lui, une fois cette étape franchie, le projet de loi sera renvoyé au comité de révision de la Constitution, car ce comité est présidé par le vice-président du Sénat et le vice-président est le leader du Sénat.

“Nous faisons partie de votre mouvement à cet égard et vous pouvez être sûrs que toute personne essayant de me convaincre de la nécessité d’adopter ce projet de loi devra être convertie. Je suis tout à fait d’accord avec vous dans cet effort parce que je considère que ce combat est un combat de génération. Il ne s’agit pas seulement de reconnaître dans la constitution votre droit de vote dans la diaspora, mais aussi celui de vos enfants et petits-enfants et des générations qui nous suivront.

“Il s’agit également de garantir une plus grande inclusion dans notre processus. Nous ne pouvons pas nous intéresser aux avantages de la communauté de la diaspora nigériane tout en refusant ce qui est censé être votre propre droit constitutionnel”, a-t-il expliqué.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *