Elections de gouverneur dans l’Etat de Kogi: les partis politiques signent un accord de paix

Propos recueillis par Oluwakemi Jonah depuis la capitale Lokoja, État de Kogi.

0 174

Les principaux partis politiques ont signé un accord de paix à Lokoja, la capitale de l’État de Kogi, initiative du Comité National pour la Paix (NPC) dirigé par l’ancien président le Général Abdulsalam Abubakar.

Cela arrive au moment où les autochtones de Kogi comptent à rebours jusqu’aux élections hors cycle des gouverneurs prévues le samedi 11, où le destin des candidats du parti au poste de gouverneur sera déterminé.

L’accord de paix a été signé par les candidats des parties All Progressives Congress(APC), Peoples Democratic Party(PDP) Labour Party (LP) Action Democratic Congress (ADC), Action Alliance (AA) Social Democratic Party(SDP) parmi tant d’autres.

Alors que certains candidats étaient présents, dont Ahmed Usman Ododo de l’APC, d’autres ont envoyé des représentants qui ont signé en leur nom. L’évènement s’est déroulé en présence du chef traditionnel Khalid Ali Bukar, du Cardinal John Onaiyekan, du professeur Sanni Mohammed, représentant le président national de la CENI, des organisateurs de l’accord de paix,
des médias, des organisations de la société civile, des agents de sécurité, du personnel militaire et para-militaire.

A mesure que cet accord a été signé mutuellement, il est censé être contraignant pour les candidats et s’il y a une action contraire à ce qui est contenu dans l’accord de paix, les candidats seront tenus responsables. Selon l’évêque John Onaiyekan du Committée pour la Paix, chaque candidat doit embrasser la paix et c’est l’objectif de la signature de l’accord de paix.

”Cette cérémonie consiste pour les candidats à signer un accord selon lequel ils se comporteront bien et participeront selon les règles bien connues avec les droits et de leurs devoirs, mais cela ne suffit pas, toutes les autres parties prenantes au processus électoral doivent faire preuve d’engagement sincère à œuvrer pour des élections libres, équitables et crédibles.”

La CENI est-elle prête?

En fait, la CENI se déclare prête à garantir des élections libres et crédibles dans l’État. Ceci est contenu dans le discours du professeur Sanni Mohammed représentant le président national de la CENI: ”La CENI a fait tout son possible pour fournir des documents sensibles et insensibles. Nous disposons d’un corps de personnel ad hoc bien formé et bien géré. Nous savons que l’État de Kogi est instable en termes de sécurité, mais nous avons l’assurance des chefs de sécurité que la paix prévaudra’’.

Enfin, les parties prenantes ont exprimé leur optimisme quant au fait que les élections de samedi seront pacifiques, libres et crédibles, en espérant que la CENI ne laissera une pièrre oubliée pour assurer un processus fluide.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *