Paludisme : Les députés demandent des subventions pour les médicaments face à la recrudescence des infections

0 181

La Chambre des représentants a appelé à subventionner les médicaments contre le paludisme au Nigeria et à les rendre disponibles gratuitement dans tous les centres de santé du gouvernement.

Le représentant Amobi Ogar, président de la commission de lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme (ATM), a souligné l’urgence de cette action lors de la réunion inaugurale de la commission à Abuja, jeudi.

Cet appel, a-t-il dit, vise à lutter contre le problème généralisé de l’accès limité aux médicaments vitaux, souvent entravé par leur coût exorbitant.

Il a souligné qu’une grande majorité de Nigérians étaient touchés par le paludisme, mais que l’accès à des médicaments abordables restait difficile.

M. Ogar a également souligné l’engagement de la commission à freiner la prolifération des faux médicaments et des médicaments de qualité inférieure dans le pays et à imposer des sanctions aux responsables.

Il a déclaré que la mission de la commission ne se limitait pas à plaider en faveur de médicaments antipaludiques subventionnés ou gratuits.

Il a ajouté qu’elle comprenait également un examen complet des opérations et des processus du Fonds mondial concernant le mécanisme d’intervention dans la lutte contre le SIDA.

M. Ogar a exprimé sa vision d’un Nigeria où les médicaments contre le paludisme seraient accessibles au public gratuitement ou à des prix fortement subventionnés, répondant ainsi à un problème de santé important dans le pays.

Il a déclaré : “Après ma nomination en tant que président de la commission, j’ai effectué des recherches approfondies dans le domaine du SIDA, de la tuberculose et du paludisme. J’ai également participé à des réunions interactives avec les principaux acteurs concernés et je dois vous dire à tous qu’il y a du pain sur la planche. Nous allons concevoir de nouveaux mécanismes et de nouvelles approches dans nos engagements et notre lutte contre le SIDA, la tuberculose et le paludisme dans notre pays, afin de faire la différence et d’éviter les échecs du passé”.

M. Ogar a souligné l’importance de rechercher de nouvelles collaborations et de nouveaux partenariats pour renforcer et revigorer la lutte contre ces maladies.

Il a réitéré l’engagement de la commission à protéger la population et à tenir pour responsables les producteurs et les distributeurs de médicaments contre le paludisme contrefaits ou de qualité inférieure.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *