Le ministre demande à l’Afrique d’assurer la transition énergétique dans le secteur minier

Investissements dans les ressources naturelles et l'énergie en Afrique

0 214

Le ministre nigérian du développement des minéraux solides, le Dr Oladele Alake, a déclaré que les abondantes ressources minérales du continent africain doivent être exploitées efficacement pour la transition énergétique dans le secteur minier.

M. Alake a fait cette déclaration dans son discours d’ouverture lors de la deuxième édition du Sommet sur les investissements dans les ressources naturelles et l’énergie en Afrique, organisé par le ministère du Développement des minéraux solides, à Abuja, la capitale du Nigéria.

Le ministre a également déclaré que l’Afrique, un continent riche en ressources naturelles, se trouve à un moment charnière de son parcours de développement.

 

Sur la transition énergétique

 

“Le continent africain est depuis longtemps la source de richesses minérales inestimables qui ont contribué au développement mondial, mais il est temps pour nous de redéfinir l’histoire et de façonner l’avenir.

“Nos ressources doivent devenir le moteur de notre propre prospérité et du bien-être de nos populations. Nous devons jeter les bases d’une transition juste qui favorise une croissance inclusive et minimise l’impact sur l’environnement”, a expliqué le ministre.

Selon M. Alake, le Nigeria s’est engagé à développer les ressources minérales afin de favoriser la croissance économique et d’attirer les investissements dans le secteur.

En ce qui concerne la transformation du secteur minier, il a déclaré ;

“Le Nigeria a été témoin du potentiel de transformation de son secteur des minéraux solides et des vastes opportunités qu’il recèle. Nous nous sommes engagés à exploiter ces ressources de manière efficace, efficiente et durable afin de stimuler la croissance économique et de créer de la prospérité pour nos citoyens. Nos efforts dans ce sens ont déjà donné des résultats positifs, avec une augmentation de l’exploration, des investissements et des pratiques minières responsables qui occupent le devant de la scène.

“Le paysage énergétique mondial subit également une profonde transformation. L’impératif de la lutte contre le changement climatique nous oriente vers des sources d’énergie plus propres et plus durables, ce qui pousse nos activités industrielles à réduire leur empreinte carbone”.

“Nous devons nous engager dans cette transition et saisir les opportunités qu’elle offre en matière d’innovation, de création d’emplois et d’amélioration de la santé de la planète. Le Nigeria, avec son vaste potentiel énergétique, est prêt à jouer un rôle central dans cette évolution.

“Nous devons collaborer pour diversifier nos sources d’énergie, promouvoir les énergies renouvelables et mettre en œuvre des mesures d’efficacité énergétique“, a souligné M. Alake.

Politiques de transition énergétique

Le ministre a appelé les gouvernements africains à adopter des politiques et des programmes visant à réaliser la transition énergétique dans le secteur minier.

Il a déclaré : “La transition juste exige que nous relevions les défis sociaux et économiques qui peuvent découler de l’abandon des sources d’énergie traditionnelles. Nous devons investir dans la reconversion de la main-d’œuvre, créer d’autres possibilités d’emploi et soutenir les communautés touchées.

“L’Afrique doit adopter des politiques qui prévoient un filet de sécurité pour les personnes susceptibles d’être affectées par cette transition.

“Notre engagement en faveur d’une transition juste n’est pas seulement une obligation morale, c’est un impératif économique. L’Afrique a la possibilité de devenir un leader mondial en matière de gestion durable et responsable des ressources. En adoptant les principes d’une transition juste, nous pouvons attirer des investissements responsables, développer des industries durables et créer des emplois pour notre population croissante”.

Dans son discours, le président nigérian Bola Tinubu a déclaré que le Nigeria faisait tout son possible pour créer un environnement propice aux investisseurs en relevant les défis associés au secteur minier.

Le président Tinubu a noté : “Les défis du secteur sont suffisants pour décourager les investisseurs. L’exploitation minière aveugle et illégale de régions richement dotées prive notre pays de revenus considérables ; la menace des bandits qui oppriment les villageois et exploitent les mines pour collecter de l’argent à des fins d’insurrection est une urgence nationale ; le manque de données complètes et certifiées pour guider le financement des investissements prive le secteur de fonds essentiels ; les allégations de pratiques douteuses dans le processus d’octroi de licences sapent notre engagement en faveur de la transparence.

“Permettez-moi de vous assurer que notre administration s’attaque à ces difficultés qui empêchent de faire des affaires dans ce secteur. un nouveau shérif est en ville et le statu quo ne sera plus le même. permettez-moi de déclarer qu’il est conseillé aux responsables de cet état de fait de changer ou ils seront changés. les sanctions pour ces actes de sabotage économique sont dans les lois et nous les appliquerons jusqu’à la dernière lettre”, a déclaré le président.

 

Il a déclaré : “Nos politiques pour tracer la nouvelle direction comprennent une nouvelle société nationale des minéraux solides, l’investissement dans le big data, la formalisation des mineurs artisanaux en coopératives, l’amélioration de l’architecture de sécurité, la coordination efficace des relations interministérielles et intergouvernementales pour résoudre les défis opérationnels, et une plus grande transparence dans le processus d’octroi de licences. ce sont les résultats que le ministère a été mandaté pour atteindre. nous ferons tout pour soutenir le ministère afin de réaliser nos objectifs.”

Le président Tinubu a affirmé : “Toutefois, nous ne tolérerons plus les aventuriers criminels et leurs collaborateurs locaux qui exploitent notre environnement socio-économique pour saboter notre nation, sous prétexte d’apporter des affaires.

Il était représenté par le secrétaire du gouvernement de la Fédération, le sénateur George Akume.

Le directeur général de Mosra Energy, M. Olokayode Raymos, a appelé le gouvernement nigérian à développer le secteur de l’énergie pour que les industries se développent.

Le thème de l’événement est “Vers une transition juste”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *