Une association plaide en faveur de l’amélioration du système de soins de santé pour le traitement du cancer

Anesthésie et soins du cancer

0 227

La Société nigériane des anesthésistes (NSA) a plaidé pour l’amélioration des systèmes de santé, le bien-être des travailleurs et la sécurité afin d’améliorer les résultats des patients atteints de cancer dans le pays et de réduire la fuite des cerveaux.

L’association a lancé cet appel lors d’un briefing à Abuja, en amont de la Journée mondiale de l’anesthésie 2023, dont le thème est “Anesthésie et soins du cancer” : “Anesthésie et soins du cancer”, commémorée dans le monde entier le 16 octobre.

Le Dr Busola Alagbe-Briggs, président de la NSA, a déclaré que le thème visait à souligner le rôle des anesthésistes et à attirer davantage l’attention sur le cancer, qui a été négligé en raison de la pandémie de COVID-19 et d’autres maladies.

Il a ajouté que le cancer nécessite une intervention chirurgicale et que les anesthésistes jouent donc un rôle majeur en veillant à ce que les patients soient aptes à subir l’intervention et en collaborant avec les chirurgiens et les infirmières pour en assurer le succès.

“Nous connaissons tous le syndrome Japa. Il y a une diminution de la main-d’œuvre. L’OMS estime que le nombre de cancers passera de 19,8 millions aujourd’hui à environ 30 millions d’ici à 2040.

“Nous sommes ici pour faire campagne sur la nécessité d’une anesthésie sûre, ce qui passe par la formation et l’amélioration de la main-d’œuvre.

“Nous devons augmenter le nombre de personnes formées à l’anesthésie et nous devons également veiller à ce qu’il y ait suffisamment de fonds pour fournir l’équipement nécessaire à la prise en charge du cancer.

“Nous devons augmenter le nombre de personnes formées à l’anesthésie et nous devons également nous assurer qu’il y a suffisamment de fonds pour fournir l’équipement nécessaire à la prise en charge du cancer.

“C’est pourquoi nous sommes ici pour dire que la Journée mondiale de l’anesthésie se concentre sur la manière dont l’anesthésie peut améliorer les soins aux cancéreux.

“De même, certains médicaments ne conviennent pas à certains patients atteints de cancer et qui viennent pour une anesthésie. Nous sommes donc responsables de leur prise en charge avant, pendant et après l’opération, en collaboration avec les chirurgiens qui vont l’enlever.

“Le cancer doit faire l’objet d’une meilleure attention, au niveau national et mondial”, a-t-elle ajouté.

Iniabasi Ilori, président et examinateur en chef de la faculté d’anesthésie du Collège ouest-africain des chirurgiens, a également pris la parole pour dénoncer la diminution de la main-d’œuvre et l’insécurité qui, selon elle, affecte l’accès aux services de santé dans le pays.

“Ils ne se sentent pas en sécurité parce qu’ils pensent que les médecins sont la cible. C’est pourquoi beaucoup d’entre eux partent.

“Si le gouvernement peut améliorer les installations sanitaires, les soins du personnel de santé et la sécurité, je pense que les gens voudront rester. Je pense que les gens voudront rester“, a-t-elle déclaré.

Le Dr Maryrose Osazuwa, vice-présidente de l’association, a dénoncé la négligence et l’absence de soutien aux enfants souffrant de divers types de cancer.

Les enfants doivent faire l’objet d’une attention particulière. L’Autorité nationale d’assurance maladie doit faire plus, car la couverture est très mauvaise.

“Il y a beaucoup de gens qui ne sont pas couverts par une assurance et qui ne peuvent donc pas se payer des soins de santé, ce qui fait que nous perdons ces patients ou qu’ils arrivent très tard et que tout devient très compliqué.

“Nous perdons donc ces patients ou ils arrivent très tard, ce qui complique les choses. Le gouvernement doit trouver un moyen d’atteindre les populations mal desservies et de les faire bénéficier d’une forme d’assurance.

“Il y a eu un appel en faveur d’une forme de chirurgie gratuite pour un certain groupe d’enfants, comme c’est le cas dans de nombreux autres pays africains.

“Nous pouvons le faire au Nigeria. C’est juste une question d’efficacité et de volonté de faire ces choses”, a-t-elle déclaré.

Le professeur Tonia Onyeka, président national de l’Association des soins palliatifs (HPCAN), a déclaré : “Nous demandons au gouvernement de prendre note de la pénurie de main-d’œuvre dans toutes les spécialités.

“Mais surtout pour l’anesthésie, afin que nous puissions disposer d’un statut suffisant pour répondre aux besoins particuliers des patients atteints de cancer en ce qui concerne la gestion de la douleur et des symptômes”.

Sotonye Fyneface-Ogan, ancien président de la Society of Obstetric Anaesthetists of Nigeria (SOAN), a également souligné la nécessité pour le gouvernement de relever les défis afin de réduire les chiffres élevés de la mortalité maternelle.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *