Une Commission rejette la conversion du brevet national supérieur en diplôme universitaire

Détails Jack Acheme, Abuja

0 99

La Commission nationale des universités (NUC) a désavoué un programme qui prétendait combler le fossé entre les diplômes polytechniques et universitaires au Nigeria.

On se souvient que le National Board for Technical Education (NBTE), qui réglemente l’enseignement technique et professionnel, avait dévoilé ce qu’il décrivait comme un programme complémentaire d’un an offrant aux titulaires d’un HND une plate-forme leur permettant d’obtenir un diplôme de licence.

Toutefois, dans un communiqué publié samedi, la NUC a désavoué le programme de la NBTE, prenant ses distances par rapport à celui-ci.

Le secrétaire exécutif par intérim de la NUC, Chris Maiyaki, a déclaré dans ce communiqué, mis à la disposition des journalistes à Abuja samedi, que la dichotomie existante entre le premier diplôme et le HND n’a pas été abolie par la loi, même si les universités et les instituts polytechniques ont leurs propres programmes uniques, ce qui poserait un défi à un tel programme de conversion.

“Ainsi, même si l’agitation continue de croître en faveur de l’abolition de la dichotomie au Nigeria, il n’existe, à l’heure actuelle, aucune loi qui ait supprimé la dichotomie entre un diplôme universitaire et un HND”, a-t-il déclaré.

La déclaration se lit dans son intégralité,

“L’attention de la Commission nationale des universités (NUC) a été attirée par la nouvelle (en ligne) selon laquelle le Conseil national de l’enseignement technique (NBTE) a officiellement introduit un programme de diplôme complémentaire d’un an dans les écoles polytechniques nigérianes afin de permettre aux titulaires du diplôme national supérieur (HND) de convertir leurs certificats en premier diplôme auprès d’universités étrangères accréditées.

La nouvelle en ligne, attribuée au secrétaire exécutif du NBTE, le professeur Idirs Bugaje, et à la responsable de l’unité médias du conseil, Mme Fatima Abubakar, a révélé que cette action s’inscrivait dans le cadre du plaidoyer en faveur de la suppression de la dichotomie existante entre les titulaires d’un diplôme et les titulaires d’un HND sur leurs différents lieux de travail, et de l’amélioration des possibilités de poursuite d’études pour les bénéficiaires.

La NUC souhaite informer la direction du NBTE et le grand public que le “projet de loi visant à abolir et à interdire la dichotomie et la discrimination entre le premier diplôme et le diplôme national supérieur dans la même profession/domaine à des fins d’emploi, et pour des questions connexes”, qui a été adopté par la 9e Assemblée nationale en 2021, doit encore être approuvé par M. le président et commandant en chef de la République fédérale du Nigéria.

La loi sur l’établissement de la NUC (CAP N81, LFN, 2004) et sa loi opérationnelle : Education (National Minimum Standards and Establishment of Institutions) Act, CAP E3 LFN, 2004) confèrent à la Commission le pouvoir de superviser et de réglementer l’enseignement universitaire au Nigeria, de fixer des normes académiques minimales dans les universités et autres établissements délivrant des diplômes, et d’accréditer leurs programmes. La Commission est donc la seule agence de régulation de l’enseignement universitaire au Nigeria qui soit habilitée par la Constitution.

Conformément à l’engagement soutenu de la NUC en faveur du développement d’un système universitaire équilibré, bien coordonné et productif qui garantisse la fourniture d’une éducation de qualité pertinente pour le développement national, et face à la compétitivité mondiale, la Commission souhaite affirmer catégoriquement que:

La place de l’enseignement technique dans le monde est unique. Ainsi, dans la plupart des systèmes d’enseignement supérieur, les écoles polytechniques coexistent avec les universités dans le but de produire des ressources humaines essentielles, en fonction de leurs spécificités et conformément aux objectifs pour lesquels elles ont été créées, abinitio;

Le diplôme universitaire délivré par le système universitaire nigérian ou toute autre institution apparentée n’est pas le même que le HND délivré par les écoles polytechniques au Nigeria. Dans l’espace nigérian de l’enseignement supérieur, les processus, les contenus et les méthodes nécessaires à l’obtention d’un diplôme universitaire sont sensiblement différents de ceux requis pour les programmes HND;

Au niveau du troisième cycle, les conditions d’admission à un programme de master dans les universités nigérianes pour les candidats titulaires d’un HND sont, entre autres, l’obtention d’un diplôme de troisième cycle (PGD) d’une université reconnue dans un domaine en rapport avec celui pour lequel l’admission au master est demandée. À cette fin, il est implicite que les bénéficiaires du programme Top-Up du NBTE seront soumis aux conditions d’admission en vigueur dans les universités nigérianes, s’ils souhaitent poursuivre leurs études au NUS.

Le grand public non averti et tous les ministères, départements et agences concernés (MDA) doivent noter que la NUC n’est pas partie prenante au soi-disant programme de complément concocté par le NBTE et qu’elle le désavoue.

À la lumière de ce qui précède, la NUC conseille à l’ETNB de se concentrer sur son mandat principal et de renoncer à introduire des programmes qui ne relèvent pas de sa compétence et qui ne sont soutenus par aucune loi au Nigeria. La Commission ne tolère aucune intrusion dans le mandat qui lui a été légalement confié”.

Leave A Reply

Your email address will not be published.