Le ministre de l’information promet de se consacrer à la transition vers le numérique

Détails avec Samuel Okocha, Abuja

0 172

Le ministre nigérian de l’Information a promis l’engagement du gouvernement nigérian en faveur du passage au numérique, DSO, dans l’industrie de la radiodiffusion du Nigéria.

Le ministre s’exprimait lors de la 78e Assemblée générale et de la 22e Assemblée générale annuelle de la Broadcasting Organisation of Nigeria, BON, qui se sont tenues dans la capitale nigériane, Abuja.

Le ministre s’est engagé à travailler avec la Commission de radiodiffusion du Nigeria et les parties prenantes concernées pour accélérer le processus de passage au numérique à partir de l’analogique dans l’industrie de la radiodiffusion du Nigeria, qui, selon lui, traîne depuis trop longtemps.

“Je serai probablement le premier à admettre que le DSO ne s’est pas tout à fait déroulé comme prévu”, a déclaré le ministre à Abuja.

Depuis le début du déploiement progressif du DSO en 2018, seuls huit des trente-six États du Nigéria ont été partiellement couverts. Il s’agit de Lagos, Kano, Rivers, Kwara, Enugu, Osun, Plateau et du territoire fédéral d’Abuja.

“Il est tout à fait regrettable qu’en tant que pays, nous n’ayons réalisé que des progrès minimes dans cette migration importante et inévitable”, a noté le ministre de l’information et de l’orientation nationale dans son allocution lors de la réunion de la BON à Abuja, ajoutant que la question serait traitée avec toute l’urgence qu’elle mérite.

“Je veux saisir cette occasion pour dire sans équivoque que le DSO doit fonctionner et que l’administration du président Bola Ahmed est totalement engagée dans sa réussite.

Naviguer dans le paysage audiovisuel nigérian

Le thème de l’assemblée générale et de la réunion générale annuelle de la BON de cette année était “Les médias audiovisuels dans le bourbier : Quelles sont les options ?”

Ce thème mettait en lumière les défis actuels auxquels est confrontée l’industrie des médias audiovisuels. Avec l’avènement de la transformation numérique, l’évolution des préférences du public et des politiques réglementaires, ainsi qu’une période économique difficile, le secteur se trouve dans un bourbier.

La réunion visait à explorer des options viables pour relever ces défis. La transformation numérique, la création de contenu et les politiques de régulation ont été les principales questions abordées. Les discussions ont été marquées par l’engagement de tous les participants à œuvrer en faveur d’un secteur de la radiodiffusion vivant et dynamique.

La réunion a rassemblé des acteurs clés de tout le pays, notamment des radiodiffuseurs, des créateurs de contenu et des autorités de régulation. Elle a servi de plateforme pour des discussions approfondies sur les défis auxquels est confrontée l’industrie de la radiodiffusion et les solutions potentielles.

Leave A Reply

Your email address will not be published.