Grève : le gouvernement nigérian exhorte les syndicats à respecter l’ordonnance du tribunal

Détails avec Salihu Ali, Abuja

0 79

Le gouvernement nigérian a appelé les syndicats à ne pas se lancer dans leur grève planifiée, mais à respecter l’ordonnance du 5 juin émise par le Tribunal industriel national.

Le tribunal a interdit au Syndicat Nigérian du Travail (NLC) et au Congrès des Syndicats (TUC) de s’engager dans une action industrielle concernant, entre autres, la suppression de la subvention sur le carburant.

M. Fagbemi a déclaré que “le projet de grève illimitée qui devrait commencer le 3 octobre 2023 constitue une violation de l’ordre existant et un mépris différent de la dignité et de l’intégrité de la Cour”.

Le procureur général a conseillé à l’avocat principal du Nigeria, M. Femi Falana, de faire pression sur ses clients pour qu’ils respectent l’ordonnance de la Cour et laissent la place aux négociations en cours entre les parties sur la manière de relever les défis liés à la suppression de la subvention sur les carburants.

M. Fagbemi a souligné que, d’après le communiqué publié par le NLC après la réunion de son Conseil exécutif national le 31 août et le communiqué conjoint du 26 septembre des présidents du NLC et du TUC, “il est évident que l’action de grève proposée est principalement motivée par la poursuite des questions liées à la suppression de la subvention sur les carburants, à l’augmentation du prix des carburants et aux questions qui en découlent concernant la prise de dispositions pour les palliatifs et le bien-être des travailleurs”.

Il a ajouté qu’“une décision de justice, quelle que soit l’opinion de l’une ou l’autre partie à son sujet, reste contraignante et exécutoire jusqu’à ce qu’elle soit annulée”.

“Ce qui précède permettra aux parties de s’engager mutuellement, pour une résolution holistique et durable de toutes les questions en suspens sur ce sujet, dans l’intérêt général du pays.

Les présidents du Nigeria Labour Congress (NLC), Joe Ajaero, et du Trade Union Congress (TUC), Festus Osifo, avaient annoncé mardi 26 une action de grève nationale illimitée débutant le 3 octobre 2023.

Ils ont déclaré que cette action était devenue nécessaire après avoir épuisé toutes les possibilités d’amener le gouvernement à la table des négociations pour répondre aux demandes des travailleurs.

Un communiqué en cinq points publié à l’issue de leurs réunions avec leurs différents organes indique que “les conseils exécutifs nationaux (NEC) du Nigeria Labour Congress (NLC) et du Trade Union Congress of Nigeria (TUC) ont, lors de leurs différentes réunions, analysé en profondeur la situation actuelle du pays, en prenant en compte les difficultés et les privations considérables qui affligent nos citoyens dans tous les États de la fédération, et ont condamné à l’unanimité l’apparente léthargie consciente et le retard dans la gestion des conséquences de la hausse du prix de l’essence sur les Nigérians”.

Leave A Reply

Your email address will not be published.