Nigeria: le gouvernement prévoit de mettre fin à des projets routiers en raison d’un manque de financement

Détails avec Temitope Mustapha, Abuja

0 201

Le gouvernement nigérian a déclaré qu’en raison du manque de financement pour les projets routiers abandonnés dont il a hérité, d’une valeur de 6 milliards de nairas, il pourrait mettre fin aux projets qui durent depuis 10 à 20 ans.

Le gouvernement explique que la plupart des projets n’ont pas de source de financement définie.

Le ministre des travaux publics, David Umahi, a révélé ces informations lors d’un briefing avec les correspondants de la maison d’État après avoir rencontré le président Bola Tinubu à la Villa présidentielle, à Abuja.

Le gouvernement a également déclaré qu’il engagerait les membres de l’Assemblée nationale à donner la priorité aux projets routiers afin de mettre fin à l’appropriation malsaine de l’infrastructure routière.

Umahi a également fait savoir que le ministère fédéral des travaux publics sous l’administration actuelle a hérité d’un nombre total de 2 604 projets d’une valeur de 14 billions de nairas pour 18 000 kilomètres de routes.

Il a ajouté qu’entre sa prise de fonction en tant que ministre des travaux publics et aujourd’hui, une somme de 4 billions de nairas a été payée, tandis qu’un solde de 10 billions de nairas reste à payer.

Selon lui, “le ministère a hérité d’un total de 2604 projets d’une valeur de 14 milliards de nairas pour 18 000 kilomètres de routes et, entre le moment où nous sommes entrés en fonction et aujourd’hui, environ 4 milliards de nairas ont été payés et il reste un solde de 10 milliards de nairas. Ce même solde, nous avons défini des sources qui pourraient le financer à hauteur de 4 billions de nairas, de sorte que nous avons un déficit de financement de 6 billions de nairas qui est disponible aujourd’hui.

“Nous avons beaucoup de programmes pour le développement des routes sous l’administration précédente, nous avons hérité de tous les projets et nous n’en avons abandonné aucun, mais certains de ces projets durent depuis 20 ans et d’autres depuis 10 ans”, a expliqué le ministre.

M. Umahi a également révélé que, dans la plupart des cas, certains projets n’ont jamais été financés par les gouvernements successifs, d’où la consultation avec le président pour mettre fin à certains d’entre eux.

“Dans la plupart des cas, ils n’ont jamais été financés au cours de chaque mandat. J’ai donc cherché à obtenir l’accord de M. le Président pour pouvoir mettre fin à certains projets qui sont restés pendant des années sans aucune source de financement définie.

Il a laissé entendre que le président Tinubu avait approuvé certains projets de construction de routes, tandis que le ministère a également proposé au président d’approuver 17 routes pour de nouveaux processus de concessions.

Umahi a souligné que la seule façon de faire avancer l’infrastructure routière au Nigeria est de construire les routes sur des chaussées en béton et de faire en sorte que le secteur privé s’engage dans les ceintures vertes.

Le ministre a indiqué que le gouvernement engagerait les membres de l’Assemblée nationale à donner la priorité à l’infrastructure routière, tandis que l’administration du président Tinubu garantit l’optimisation des ressources.

“J’ai également noté et partagé avec le président que la manière dont les crédits sont alloués n’est pas saine pour le développement de notre infrastructure routière. Par exemple, pour une route qui peut coûter 10 milliards de nairas, un crédit de 150 millions de nairas est alloué à l’entrepreneur pour qu’il le mette dans sa poche parce que le coût moyen du projet dont nous avons hérité est d’environ 700 millions de nairas par kilomètre et que vous donnez 150 millions de nairas pour toute l’année, c’est comme si vous ne faisiez qu’enrichir la poche de l’entrepreneur”.

“J’ai donc discuté avec le président de la nécessité d’impliquer les membres de l’Assemblée nationale afin qu’ils soient en mesure d’établir des priorités pour les projets. projets.

“Avec 2 604 projets, 18 000 kilomètres de routes et 14 000 milliards de nairas, c’est énorme et ce qui est inquiétant, c’est que même ceux qui sont financés correctement ne durent pas plus de cinq ans.

Le ministre des travaux publics a également fait savoir que le président Tinubu avait soutenu l’introduction de la technologie du béton armé pour la construction des routes au Nigeria.

“J’ai donc informé le président de ce que nous faisions en introduisant la technologie du béton armé pour la construction de nos routes, et il se trouve que M. le président est un gourou de l’infrastructure et qu’il est tout à fait d’accord. Le président Tinubu me soutient donc dans l’idée que nous devrions redessiner nos routes en béton armé”.

Il a félicité le président Tinubu pour avoir assuré la continuité des projets, affirmant que l’administration actuelle n’a encore lancé aucun projet, mais a plutôt poursuivi le financement des projets hérités.

Leave A Reply

Your email address will not be published.