100 jours au pouvoir, le Nigéria sur la voie du redressement: un soleil d’été radieux

Article de Olusegun Dada

0 580

Dans l’univers dramatique du climat politique nigérian, où les gens veulent des solutions rapides à des problèmes vieux de plusieurs décennies, les 100 premiers jours d’un nouveau gouvernement font souvent l’objet d’un examen minutieux, et c’est ainsi que des hommes amers se sont assis et ont écrit des choses amères sur les 100 premiers jours du président Bola Ahmed Tinubu au pouvoir. Ce serait se rendre complice de cette amertume que de ne pas attirer leur attention sur les progrès décisifs accomplis par le président. Le président Tinubu est largement considéré comme le jour ensoleillé d’un nouvel été qui succède à un hiver froid d’hibernation. Deux paramètres principaux doivent être utilisés pour évaluer le mandat du Jagaban: la formulation des politiques et les nominations administratives.

Le président Tinubu avait promis de démarrer sur les chapeaux de roue, et il l’a fait. En annonçant une double politique de suppression de la subvention au carburant et d’unification des taux de change, il a retiré le sparadrap d’une plaie qui s’envenimait et qui compromettait la santé économique du Nigéria. Une vérité que de nombreux Nigérians ne sont peut-être pas prêts à admettre est que la subvention des carburants a encouragé un certain degré de gaspillage dans les dépenses en raison du caractère bon marché du carburant, et qu’elle a ralenti le passage du Nigéria à des sources d’énergie plus renouvelables. En effet, les taux de change multiples que le pays pratiquait également signifiaient que certaines personnes puissantes paralysaient le naira par l’acquisition sournoise de devises. Malheureusement, des marchands de fortune ont profité de ces politiques pour attiser les sentiments et encourager les troubles dans le pays à la suite de l’adoption de ces politiques.

Les politiques économiques du président Tinubu ont montré une vision claire pour reconstruire l’économie d’une manière qui renouvelle l’espoir de tous les Nigérians, mais les groupes de pression doivent faire attention à ne pas agir de manière irrationnelle et d’une manière qui les ferait passer du mauvais côté de l’histoire. La nomination d’un économiste chevronné au poste de ministre des finances et l’accent mis sur la stimulation de la monnaie par la déréglementation ont jeté les bases d’une reprise économique vigoureuse, malgré les difficultés initiales de l’accouchement, dénoncées par des acteurs servant leurs intérêts privés. Nous avons économisé près de deux mille milliards de nairas qui auraient été jetés à l’eau au nom des subventions, et la confiance des investisseurs n’a jamais été aussi élevée. L’engagement de l’administration à créer des emplois, à augmenter le salaire minimum et à investir dans les infrastructures témoigne de sa volonté de s’attaquer aux disparités économiques et de garantir la prospérité pour tous.

Le fait que le président n’ait même pas envisagé de restreindre la liberté d’expression dans le pays témoigne de ses dispositions démocratiques. Au contraire, il a encouragé le dialogue et, en adoptant une attitude d’écoute, il a dû ajuster ces politiques pour en atténuer l’influence sur la société. Par exemple, l’approvisionnement en électricité a été au premier plan de l’administration du président. Le lancement de la centrale thermique indépendante de Gwagwalada (phase 1), qui ajoutera 350 MW à l’approvisionnement en électricité du pays, et l’encouragement du président à la décentralisation de l’électricité, comme en témoigne sa signature rapide de la loi sur l’électricité de 2023, montrent sa capacité à relever les défis émergents.

Son remaniement de la hiérarchie des forces armées du pays a également inspiré confiance et renforcé le moral des troupes. Le président Tinubu semble en mesure d’améliorer sensiblement la situation sécuritaire au Nigeria, notamment grâce à ses nominations clés dans le domaine de la sécurité et à sa promesse de fournir à l’armée toute l’aide dont elle a besoin pour lutter contre l’insécurité. L’armée a largement réussi dans ses offensives coordonnées contre les bandits qui ont pris l’habitude de rôder dans les forêts du nord du Nigéria.

Au-delà de la dimension économique de l’administration du président Tinubu, il y a les nominations stratégiques qu’il a effectuées au cours des 100 derniers jours. L’un des principaux indicateurs du fort leadership du président, pour lequel les gens l’ont élu, est sa capacité à s’entourer de personnes talentueuses venant d’horizons divers. Le président Tinubu a excellé dans ce domaine en constituant un cabinet qui reflète la richesse de notre nation. Leurs nominations ont été caractérisées par un engagement en faveur de l’expertise, de l’expérience et de l’inclusion.

Les jeunes Nigérians, qui se sentaient largement marginalisés en politique, ont bénéficié d’une meilleure représentation sous l’administration Tinubu. L’administration Buhari, bien qu’elle ait mis en place des infrastructures essentielles, a été critiquée en raison de l’exclusion des jeunes de la gouvernance. Sous Tinubu, l’âge moyen des personnes nommées par l’administration se situait entre 46 et 50 ans. Le président s’est entouré de jeunes, même parmi les ministres de son cabinet. Il s’agit de spécialistes et de jeunes gens brillants. Il a également nommé des conseillers spéciaux qui sont au fait des meilleures pratiques internationales et qui peuvent aider le président à tenir sa promesse de rééquiper le Nigeria pour qu’il passe à la vitesse supérieure.

Les 100 premiers jours du président Tinubu ont été marqués par des nominations astucieuses et des formulations politiques visionnaires qui augurent bien de l’avenir de notre nation. Avec un cabinet diversifié et compétent, un accent mis sur le développement de la jeunesse et l’autonomisation des femmes, un plan de relance économique inclusif, un engagement en faveur du développement durable et une approche diplomatique des relations internationales, l’administration a montré qu’elle avait le potentiel nécessaire pour mener le Nigeria vers un avenir plus brillant et plus prometteur. Tout porte à croire que le président Tinubu continuera à progresser dans la résolution des problèmes urgents de notre époque et à œuvrer en faveur d’un État-nation plus prospère et plus inclusif.

Article de Olusegun Dada; Traduction de Nanzif Mourtada Adékounlé

Leave A Reply

Your email address will not be published.