100 jours de l’initiative Renewed Hope du président Tinubu

Article de Temitope Mustapha

0 320

Cela fait 100 jours que le président Bola Tinubu a été investi président du Nigéria. Il a prêté serment en tant que 16e président de la République fédérale du Nigéria le 29 mai 2023, ce qui fait de lui le cinquième président depuis que le pays a retrouvé un régime démocratique en 1999.

Dans son discours d’investiture, le président Tinubu s’est fait l’écho de sa mission dans le cadre de son Agenda Renewed Hope. Réaffirmant son engagement à l’égard de ce programme, le président a déclaré que son administration améliorerait la vie de la population, renforcerait les liens de collaboration économique, favoriserait la cohésion sociale et la compréhension culturelle et développerait un sens de la justice et de l’équité.

Pour atteindre ces objectifs, l’administration s’est fixé pour but d’augmenter la croissance du produit intérieur brut et de réduire le chômage de manière significative. L’administration Tinubu a notamment commencé à formuler et à mettre en œuvre des politiques industrielles et des mesures fiscales visant à promouvoir l’industrie manufacturière et à réduire la dépendance à l’égard des importations. Le nouveau gouvernement a également décidé de se concentrer sur la réorientation de l’économie nigériane et sur l’élimination des obstacles à la productivité et à la croissance.

Pour illustrer son orientation politique, le président Tinubu a mis fin à l’ère des subventions à l’essence au Nigéria. L’annonce de cette politique a suscité un mécontentement généralisé en raison de l’augmentation des coûts de transport et de la hausse des prix des denrées alimentaires.

La fin des subventions est une démonstration de la volonté politique et du désir de relever les défis du Nigéria. L’action du président a marqué le début de la mise en œuvre d’une politique qui permettra au pays d’économiser des ressources qui, en 2022, s’élevaient à environ 3 000 milliards de nairas. Ce montant considérable, que l’administration a économisé, sera déployé pour la mise en place d’infrastructures essentielles dans le pays, la fourniture de soins de santé et d’éducation, et la garantie d’un environnement durable. Le gouvernement ayant déclaré avoir économisé plus de 1 000 milliards de nairas grâce au retrait des subventions pétrolières entre juin et juillet 2023, il est évident que cette politique donne les résultats escomptés.

Cette politique a également permis de réduire, voire d’éliminer, la contrebande d’essence du Nigeria vers les pays voisins. Selon un rapport de Chapel Hill Denham, la quantité estimée de carburant passée en contrebande du Nigéria vers les pays voisins était d’environ 15,64 millions de litres par jour. Le rapport a également montré que le prix de l’essence était 3,7 fois moins cher au Nigéria que dans ces autres pays, ce qui rendait la contrebande d’essence du Nigeria vers ces pays attrayante pour les hommes d’affaires peu scrupuleux du Nigeria et de ces pays. La suppression des subventions sur l’essence au Nigeria a mis un frein à ce phénomène.

L’autre politique de l’administration Tinubu visant à renforcer l’économie est le flottement du naira, qui permet aux forces du marché de déterminer le taux de la monnaie nigériane. Jusqu’à présent, c’était la Banque centrale du Nigeria qui déterminait le taux de change. La nouvelle politique vise à attirer davantage d’investissements et à accroître les activités économiques dans le pays.

Comme on pouvait s’y attendre, ces politiques, comme les douleurs de l’accouchement, ont entraîné certains défis, tels que la hausse du coût de la vie, l’augmentation des coûts de transport et l’inflation. L’administration Tinubu n’ignore pas que les Nigérians gémissent sous le joug de ces politiques.

L’administration a réagi en prenant des mesures pour atténuer les effets imprévus des nouvelles politiques. Elle a approuvé le versement de 5 milliards de nairas à chacun des 36 États du pays afin de fournir des palliatifs à la population.

Pour atténuer les difficultés du secteur des transports, le président Tinubu a approuvé la création de l’initiative présidentielle sur le gaz naturel comprimé (Presidential Compressed Natural Gas Initiative PCNGI). Cette initiative vise à atténuer l’impact de la suppression des subventions aux carburants sur les Nigérians en réduisant les coûts de l’énergie. Les autres composantes de cette initiative comprennent des usines d’assemblage locales pour les véhicules au GNC, un programme d’autonomisation des ateliers, la création d’emplois, la sécurisation des systèmes de transport en commun et des pôles d’étudiants, entre autres.

En réponse à cette initiative, les Nigérians se convertissent en masse à l’utilisation du gaz. De nombreux ménages utilisent désormais le gaz pour alimenter leurs générateurs d’électricité, tandis que d’autres convertissent leurs voitures au gaz plutôt qu’à l’essence.

Outre les palliatifs, les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont également été pris en compte dans les 100 premiers jours de cette administration lorsque, le 6 juillet, le président Tinubu a signé des décrets exécutifs annulant les augmentations de taxes sur les fabricants et suspendant la taxe d’accise imposée sur les plastiques à usage unique.

L’intervention de l’administration actuelle dans les réformes fiscales est également remarquable, en particulier lorsque le président a approuvé la création d’un comité présidentiel sur la politique fiscale et les réformes fiscales, composé d’éminents Nigérians qui n’auraient pas seulement un rôle consultatif, mais qui soutiendraient également la mise en œuvre des réformes.

L’inactivation de la politique fiscale aurait affecté principalement les PME et aurait peut-être déclenché une inflation supplémentaire.

La nomination de neuf femmes comme ministres dans l’administration du président Tinubu, représentant 25 % du Conseil exécutif fédéral, et l’inclusion de jeunes dans son gouvernement, sont désormais considérées comme des mesures délibérées visant à créer une visibilité pour les jeunes et les femmes dans le domaine de la gouvernance.

Le président Tinubu a également fait des efforts délibérés pour attirer les investissements étrangers au Nigeria. Dans le cadre des stratégies définies pour mobiliser des accords internationaux afin d’améliorer les infrastructures et de développer l’économie dans les secteurs de l’agriculture, des minéraux solides, de l’acier et de l’électricité, le président s’efforce de garantir un environnement commercial qui donnerait confiance aux investisseurs dans le pays et permettrait au Nigéria de sortir de sa situation de mono-économie.

Les mesures prises par le président Tinubu au cours des 100 derniers jours témoignent de la détermination de son administration à assurer la prospérité économique du pays grâce à son programme en huit points: sécurité alimentaire, éradication de la pauvreté, croissance économique, création d’emplois, accès aux capitaux, amélioration de la sécurité des personnes et des biens, État de droit et lutte contre la corruption. Le sommet du G20, auquel le président Tinubu participe à New Delhi, en Inde, et la prochaine Assemblée générale des Nations unies à New York, qui doit débuter le 19 septembre 2023, devraient donc galvaniser davantage le soutien international aux réformes courageuses engagées par l’administration du président Bola Ahmed Tinubu.

Article de Temitope Mustapha; Traduction de Nanzif Mourtada Adékounlé

Leave A Reply

Your email address will not be published.