L’armée nigériane se disculpe des allégations de confiscation de terres

0 148

L’armée nigériane s’est dégagée de l’allégation de confiscation de terres communautaires pour un projet d’intervention civilo-militaire dans la communauté d’Orolu, dans l’État d’Osun.

Ceci est contenu dans une déclaration du directeur des relations publiques de l’armée, Générale de brigade Onyema Nwachukwu, ce mercredi à Abuja.

Nwachukwu a noté qu’un certain chef Babatunde Oyetunji, Eesa d’Ifon, avait affirmé dans un communiqué que l’armée nigériane avait décidé d’acquérir par la force des terres pour un projet proposé dans la communauté d’Orolu.

Il a déclaré que ces allégations étaient entièrement fausses et malveillantes et qu’il s’agissait d’un effort de la part de certains intérêts pour ternir la bonne réputation du chef d’état-major de l’armée (COAS) et traîner le nom de l’institution dans la boue.

“Le fait est que l’une des lignes d’opération de l’armée nigériane pour relever les défis sécuritaires dans le pays est la ligne d’opération non cinétique.

“Il s’agit d’une approche douce, visant à gagner les cœurs et les esprits du public par le biais d’activités ou de programmes de coopération civilo-militaire de l’armée nigériane.

“Cet effort est fondamentalement destiné à favoriser la coopération et à galvaniser le soutien de la population civile aux diverses opérations de l’armée visant à atténuer les problèmes de sécurité dans tout le pays.

Ainsi, l’armée nigériane exécute généralement des projets spéciaux d’intervention communautaire, tels que des hôpitaux, des puits, l’électrification, entre autres, sur la base d’une évaluation des besoins, après consultation des dirigeants de ces communautés, à la demande des officiers supérieurs, qui sont originaires de la communauté bénéficiaire”, a-t-il précisé.

Dans ce cas particulier, Nwachukwu a intimé qu’un officier supérieur à la retraite avait conceptualisé un projet d’intervention, à savoir un centre médical dans l’État.

Selon lui, la proposition n’avait même pas été officiellement transmise au chef d’état-major de l’armée pour approbation, ajoutant que le département des affaires civiles et militaires du quartier général de l’armée n’avait pas encore reçu les informations nécessaires pour lui permettre d’initier une proposition complète pour le projet.

Il a expliqué que l’armée n’aurait en aucun cas su quel terrain appartenait à qui, puisqu’elle n’était pas encore impliquée dans le processus.

D’après lui, ce n’est que si la demande de l’officier supérieur à la retraite est transmise au chef d’état-major de l’armée et approuvée, que l’armée pourra envoyer une équipe pour effectuer une vérification préalable sur le site du projet et entraîner toutes les parties prenantes dans le processus.

“Il est surprenant de constater que si le projet pour lequel le COAS et l’armée nigériane sont décriés est approuvé, il s’agit d’un projet qui bénéficiera à la population civile et servira l’humanité, indépendamment de l’appartenance à une communauté.

“L’armée nigériane se dégage par la présente de toute implication dans une tentative de confiscation de terres communautaires.

“L’armée nigériane est une institution professionnelle et respectueuse de la loi qui a toujours respecté les procédures dans tous les projets d’intervention qu’elle a entrepris jusqu’à présent.

“Par conséquent, les membres du public sont invités à ne pas tenir compte de ces allégations et à continuer à soutenir l’armée nigériane et ses opérations cinétiques et non cinétiques dans tout le pays”, a déclaré M. Nwachukwu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *