Sommet des BRICS: ”Le Nigéria vise des partenariats à travers de réformes économiques et d’alliances diplomatiques” (VP Shettima)

0 362

D’après le vice-président du Nigéria, Kashim Shettima, les réformes économiques et les alliances diplomatiques du président Bola Ahmed Tinubu visent à attirer des investissements et des partenariats dans le pays tout en s’alignant sur la coopération internationale et régionale.

Le vice-président a fait cette déclaration dans son discours aux dirigeants mondiaux lors de la troisième rencontre BRICS-Afrique et du dialogue BRICS Plus, en marge du 15e sommet des BRICS qui se tient actuellement au Sandton Convention Centre de Johannesburg, en Afrique du Sud, où il représentait le président.

“Le nouveau gouvernement, qui est entré en fonction il y a moins de trois mois, examine les variables et évalue la portée et le niveau de la coopération régionale et mondiale à poursuivre afin d’établir le Nigéria comme l’allié et le partenaire souhaité”, a noté le vice-président.

Il s’est adressé à un large public comprenant les présidents de la Chine, de l’Inde, du Brésil et de l’Afrique du Sud, ainsi que le ministre russe des affaires étrangères, sur le thème “Les BRICS et l’Afrique : Partenariat pour une croissance mutuellement accélérée, un développement durable et un multilatéralisme inclusif”.

Le vice-président Shettima a révélé que le thème “souligne la profonde prise de conscience que la pierre angulaire de la stabilité dans notre paysage multipolaire complexe réside dans la promotion de partenariats de développement”.

Il a salué les efforts des organisateurs qui se sont concentrés sur les points de l’ordre du jour centrés sur les BRICS et l’Afrique, déclarant que l’ordre du jour s’aligne sur “l’aspiration des personnes que nous représentons, les futurs citoyens d’un monde qui peut assurer notre prospérité collective”.

Le vice-président a exprimé la gratitude du Nigéria au gouvernement et au peuple de la République d’Afrique du Sud pour avoir organisé le 15e sommet des BRICS.

Ses explications: “L’ouverture BRICS-Afrique et le dialogue BRICS-Plus offrent une plateforme unique pour les délibérations, la comparaison des notes et l’exploration d’un partenariat mutuellement bénéfique qui pourrait se transformer en une nouvelle force motrice pour le développement.

“La structure internationale de gouvernance mondiale à laquelle nous adhérons actuellement a été établie avant l’indépendance du continent africain et de nombreux pays du Sud.

“Il est donc impératif de réformer la gouvernance mondiale pour l’adapter aux réalités du monde d’aujourd’hui et reconnaître la nécessité de partenariats qui garantissent une prospérité partagée, l’inclusion et le développement durable.

Le responsable nigérian a assuré que le Nigéria, sous la présidence de Bola Tinubu, “s’engage à façonner et à renforcer le cadre mondial et la gouvernance concernant toutes les grandes questions internationales, en particulier dans les domaines de la finance, du changement climatique, de la réduction de la fracture numérique, de l’adoption d’une stratégie globale de réduction de la dette, de la lutte contre l’insécurité alimentaire et énergétique, de la mise en place de mesures de redressement post-pandémique et de la promotion de l’inclusion financière au sein des pays en développement”.

Soulignant la nécessité d’une coopération internationale revitalisée qui soit efficace, représentative et inclusive pour relever les défis auxquels le monde est confronté, le vice-président Shettima a souligné que le Nigéria était prêt à collaborer et à établir un “partenariat qui garantisse un monde régi par des règles et des normes acceptables”.

“Nous recherchons un partenariat qui offre à tous la possibilité de s’engager dans le commerce, la prospérité et le progrès partagé sans aucune marginalisation fondée sur la géographie, la race et les affiliations souveraines légitimes”, a-t-il affirmé.

En ce qui concerne l’agenda 2030 pour les Objectifs de Développement Durable (ODD), le leader nigérian a observé que la réalité de la réalisation des ODD reste sombre pour de nombreux pays en développement.

Il a détaillé: “Ces nations sont confrontées à des vulnérabilités historiques en matière de développement et à des défis qui échappent à leur contrôle. Il est donc impératif que nous nous unissions au sein de groupes régionaux et que nous forgions une nouvelle forme de coopération internationale. Cette initiative vise à encourager la réforme de la gouvernance économique mondiale tout en renforçant la représentation et la voix des économies de marché émergentes ou des pays en développement”.

Le responsable Shettima, tout en soulignant que le partenariat est un élément clé pour relever les défis mondiaux actuels, recherche des partenariats mondiaux formidables en exploitant le potentiel agricole des nations, en exploitant les énergies renouvelables pour révolutionner l’Afrique, en encourageant la technologie, l’innovation et les perspectives d’emploi pour un progrès holistique et équitable, en collaborant sur le changement climatique et en adoptant des approches du développement centrées sur la nature;

Il s’agit également de renforcer la participation dynamique du secteur privé dans les pays du Sud, de favoriser l’emploi des jeunes et le développement des compétences afin de dissuader le terrorisme, le crime organisé et les problèmes connexes, de prévenir les crises de manière proactive et d’accroître la résilience, ainsi que de promouvoir l’implication proactive des dirigeants d’entreprise dans l’élaboration d’un paysage amélioré et idéal pour le commerce et les échanges économiques dans le Sud.

Auparavant, dans son discours prononcé le troisième jour du sommet, le président des BRICS et président de l’Afrique du Sud, Cyril Ramaphosa, a exprimé l’engagement de l’Afrique du Sud à promouvoir les intérêts du Sud mondial.

Il a également annoncé, dans le cadre des résultats du sommet visant à élargir ses objectifs, l’adhésion de six nouveaux membres à part entière, à savoir l’Argentine, l’Égypte, l’Iran, l’Arabie saoudite, l’Éthiopie et les Émirats arabes unis. La délégation du vice-président au sommet était composée du haut-commissaire du Nigéria en Afrique du Sud, l’ambassadeur Mohammed Haruna Mantra, du consul général, l’ambassadeur Andrew Idi, et d’autres hauts fonctionnaires.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *