Les gouvernements africains exhortés à lutter contre les maladies du bétail

Propos recueillis par Angela Agbegir, Abuja

0 255

L’Institut national de recherche vétérinaire (NVRI) au Nigeria a appelé les gouvernements à travers l’Afrique à s’attaquer aux cas croissants de maladies du bétail ou à risquer des conséquences économiques dévastatrices.

Cette position a résonné lors d’un atelier de plaidoyer et de sensibilisation sur la fièvre aphteuse au Nigéria qui s’est tenu à Abuja, la capitale du Nigéria.

En tête de l’ordre du jour figuraient les efforts mondiaux et nationaux de lutte contre la maladie et les possibilités d’investissement pour combler les lacunes dans la fourniture de vaccins sur le “dernier kilomètre”.

Maryam Muhammed, directrice exécutive de l’Institut national de recherche vétérinaire (NVRI), a noté que la fièvre aphteuse avait eu un impact sur le sous-secteur de l’élevage au Nigéria

Elle a déclaré que les autorités nigérianes devaient trouver des solutions durables pour éradiquer ce fléau.

“La fièvre aphteuse provoque des lésions dans la bouche des animaux, qui ne peuvent plus se nourrir. Ils ne peuvent pas produire de lait. C’est pourquoi, si cette maladie touche des animaux que nous utilisons pour la viande – chèvres, moutons, porcs – cela signifie qu’ils ne peuvent pas produire”, a-t-elle informé.

“Il est très important que nous contrôlions cette maladie afin de garantir notre production de viande et de lait. Près de 90 % du lait que nous consommons (au Nigeria) est importé.

La voie à suivre
Le professeur Andy Peters, vétérinaire consultant au Royaume-Uni, a révélé que le Nigéria devrait se préoccuper de l’absence de fièvre aphteuse afin de cibler les exportations.

Le professeur Andy Peters, vétérinaire consultant britannique, a précisé que la lutte contre la fièvre aphteuse est un domaine dans lequel le Nigéria devrait se pencher pour viser l’exportation.

Il a également ajouté qu’une solution rapide consistait à produire des vaccins très efficaces pour le dernier kilomètre.

“Il y a beaucoup d’étapes compliquées à franchir pour y parvenir. Tout d’abord, le Nigéria devrait produire ou acquérir un vaccin qui soit à la fois efficace et sûr, car certains de ces vaccins posent des défis sécuritaires, mais aussi le faire parvenir à ce que l’on appelle le dernier kilomètre”, a-t-il souligné.

“C’est d’autant plus important, en particulier pour les populations rurales, que cela peut s’avérer assez difficile. C’est un problème que nous devons résoudre pour être en mesure de le faire également”.

Selon l’Organisation mondiale de la santé animale (OMS), la fièvre aphteuse est une maladie grave et hautement contagieuse du bétail qui a un impact économique important.

On estime qu’elle touche 77 % du cheptel mondial en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie.

Solutions
La nature transfrontalière de la fièvre aphteuse et son impact socio-économique exigent une vision large et une coopération régionale.

Les experts présents à l’atelier ont insisté sur le fait que le fléau de la fièvre aphteuse dans le secteur de l’élevage au Nigéria et en Afrique subsaharienne nécessitait une réponse urgente et qu’un contrôle durable de la maladie nécessitait des avis techniques et scientifiques pour délibérer sur les dernières données de recherche, les modèles et les options de contrôle de la fièvre aphteuse, y compris la vaccination.

L’impact annuel de la fièvre aphteuse en termes de pertes de production visibles et de vaccination dans les seules régions endémiques a été estimé à des milliards de dollars.

Leave A Reply

Your email address will not be published.