La Cour reporte l’audience sur les requêtes d’Emefiele et du gouvernement nigérian

Propos recueillis par Cynthia Okere depuis Lagos

0 380

Une Haute Cour fédérale siégeant à Lagos a ajourné jeudi, jusqu’au 15 août, l’audition d’une requête visant à mettre fin aux poursuites engagées contre le gouverneur suspendu de la Banque centrale du Nigéria (CBN), Godwin Emefiele.

La Cour examinera également, le même jour, une demande du gouvernement fédéral visant à faire appel de la libération sous caution accordée à M. Emefiele par la justice le 25 juillet dernier.

Le juge Nicholas Oweibo a fixé cette date pour permettre à la défense de répondre au contre-affidavit de l’accusation.

Le contre-affidavit a été signifié à la défense juste avant les débats de jeudi.

Se prononçant sur la question de savoir si les demandes sont tangibles pour être entendues, le juge a révélé que la demande de l’accusation avait été conclue et était mûre pour être entendue, mais que puisque la défense n’avait pas répondu au contre-affidavit qui lui avait été signifié à la Cour, il serait préférable que les demandes soient traitées conjointement en un seul jour.

Plus tôt, lorsque l’affaire a été appelée, l’avocat de l’accusation, Mme Kemi Fagbemi, qui est l’assistante de l’avocat en chef de l’Etat, a noté à la Cour qu’elle avait déposé une motion sur l’avis datée et déposée le 3 août 2023, et qu’elle avait signifié le défendeur/répondant et que la défense avait également répondu.

Dans sa réponse, l’avocat de la défense, Victor Opara SAN, a soutenu que la demande de l’accusation n’était pas mûre pour être entendue.

Opara a déclaré que le contre-affidavit de la défense contestait la demande du plaignant.

Dans sa contre-réponse, Mme Fagbemi a intimé que la défense n’avait pas de droit de réponse, ajoutant qu’en vertu du principe de priorité, la requête de l’accusation passait en premier et qu’elle était mûre pour être entendue. Elle a également demandé à la Cour d’entendre leur requête.

Cependant, Opara a demandé à la Cour de lui donner du temps pour répondre à la demande.

Après avoir écouté les arguments des deux avocats, le juge Oweibo a estimé que la justice serait respectée si les deux requêtes étaient traitées le même jour.

Le tribunal a ensuite ajourné l’audience au 15 août pour l’examen des deux requêtes.

Leave A Reply

Your email address will not be published.