Coup d’Etat au Niger : Le président de la CEDEAO cherche une solution durable à la crise politique

Détails avec Timothy Choji, Abuja

0 224

Le président de la CEDEAO et président du Nigeria, Bola Tinubu, affirme qu’une solution doit être proposée pour la crise politique en République du Niger afin de maintenir une paix durable en Afrique de l’Ouest et sur l’ensemble du continent africain.

Il a donc appelé ses homologues à soutenir les principes de la démocratie, de la bonne gouvernance et de l’État de droit.

Le président Tinubu a lancé cet appel dans ses remarques à l’ouverture d’un sommet extraordinaire de l’Autorité des chefs d’État et de gouvernement de la CEDEAO à Abuja.

“Le sommet d’aujourd’hui constitue une étape importante dans le développement de la CEDEAO : “Le sommet d’aujourd’hui offre une occasion importante d’examiner et d’évaluer méticuleusement les progrès réalisés depuis notre dernière réunion. Il est essentiel d’évaluer l’efficacité de nos interventions et d’identifier les lacunes ou les défis qui ont pu entraver les progrès. Ce n’est que grâce à cette évaluation globale que nous pourrons collectivement tracer une voie durable vers une paix, une stabilité et une prospérité durables au Niger.

“En outre, en réaffirmant notre engagement sans faille en faveur de la démocratie, des droits de l’homme et du bien-être du peuple nigérien, il est essentiel que nous donnions la priorité aux négociations diplomatiques et au dialogue, qui constituent le fondement de notre approche. Nous devons engager toutes les parties concernées, y compris les putschistes, dans des discussions sérieuses afin de les convaincre de renoncer au pouvoir et de rétablir le président Bazoum. Nous devons épuiser toutes les possibilités d’engagement pour assurer un retour rapide à la gouvernance constitutionnelle au Niger”.

“Plus spécifiquement, en tant que dirigeants de nos nations respectives, nous devons reconnaître que la crise politique au Niger ne constitue pas seulement une menace pour la stabilité de la nation, mais qu’elle a également des implications considérables pour toute la région de l’Afrique de l’Ouest. En restant fidèles aux principes de la démocratie, de la bonne gouvernance et de l’État de droit, nous pouvons rétablir la paix, la stabilité et la prospérité dans la République du Niger, favorisant ainsi un environnement propice à la croissance et au développement pour tous”, a déclaré le président Tinubu.

Le président de la CEDEAO a exprimé son optimisme quant au fait que le sommet de jeudi trouverait une solution durable à la crise politique au Niger.

Il a déclaré : “Je suis convaincu que ce deuxième sommet extraordinaire de la CEDEAO sur la situation sociopolitique en République du Niger sera un moment décisif dans notre voyage vers une Afrique de l’Ouest plus forte, plus résiliente et plus intégrée. Saisissons cette opportunité pour avoir un impact durable sur la vie de nos compatriotes africains alors que nous nous efforçons de construire un avenir défini par la paix, le progrès et la prospérité”.

Il a remercié ses collègues d’avoir répondu à l’invitation à court terme pour ce sommet extraordinaire.

Le président Tinubu a déclaré : “J’exprime ma gratitude à chacun d’entre vous pour l’attention que vous portez à cette question cruciale. Je suis convaincu que nos délibérations seront productives et fructueuses et qu’elles nous permettront de trouver une solution à l’amiable à la crise politique au Niger. En continuant à travailler ensemble dans la solidarité et l’harmonie, nous pouvons assurer un avenir prospère à toute la région de l’Afrique de l’Ouest.

Le sommet de jeudi marque la deuxième fois que les dirigeants de la CEDEAO se réunissent à Abuja pour trouver une solution à l’impasse dans laquelle se trouve la République du Niger, à la suite d’un coup d’État dans ce pays, où le dirigeant démocratiquement élu du pays, Mohammed Bazoum, a été évincé par la garde présidentielle.

La CEDEAO a imposé des sanctions à la République du Niger pour forcer le rétablissement d’une gouvernance démocratique, mais aucune trêve n’a encore été conclue avec les putschistes.

Un communiqué est attendu à la fin de la réunion, dans lequel les décisions prises lors du sommet seront rendues publiques, les dirigeants régionaux se réunissant à huis clos.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *