Une législatrice déplore la faible représentation des femmes en politique

0 283

Une législatrice, l’honorable Tolulope Akande-Sadipe (All Progressives Congress-Oyo State), qui représente la circonscription fédérale d’Oluyole au Parlement, a décrié la faible représentation actuelle des femmes dans la politique nigériane.

Mme Akande-Sadipe a fait part de ses préoccupations lors d’une table ronde d’une journée organisée par l’organisation non gouvernementale: Women Advocates Research and Documentation Centre (WARDC), à Lagos, dans le Sud-ouest du Nigéria.

La rencontre avait pour thème “Le rôle des parlementaires dans la garantie de l’égalité des sexes et de l’inclusion sociale pour la croissance et le développement”.

Dans son discours d’ouverture, Mme Akande-Sadipe a fait remarquer que les femmes n’occupent qu’un faible pourcentage des sièges à l’Assemblée nationale et dans les parlements étatiques.

Elle s’est en outre inquiétée du déclin de la représentation des femmes et des obstacles auxquels elles sont confrontées dans la compétition politique au Nigéria.

Mme Akande-Sadipe, qui est la seule femme législatrice fédéral de l’État d’Oyo, a fait remarquer que le chemin vers l’inclusion sociale et l’égalité entre les hommes et les femmes est parsemé d’embûches.

Elle a persuadé les gouvernements aux niveaux fédéral, étatique et local de s’attaquer aux normes culturelles profondément enracinées, aux pratiques discriminatoires et aux préjugés qui entravent les progrès vers une société plus juste.

Mme Akande-Sadipe a noté qu’en tant que parlementaire, elle avait la lourde responsabilité de représenter et de défendre les divers besoins et aspirations de ses électeurs, y compris les femmes.

“Nous devons également reconnaître que la réalisation de l’égalité des sexes et de l’inclusion sociale nécessite une approche intersectionnelle qui reconnaît et aborde les systèmes interconnectés de désavantages auxquels sont confrontées les femmes de différentes origines”, a-t-elle précisé.

Lors du symposium organisé conjointement avec le gouvernement canadien et les Nations unies, Mme Akande-Sadipe a déclaré qu’à l’Assemblée nationale, qui se compose du Sénat et de la Chambre des représentants, les femmes n’occupent qu’un faible pourcentage des sièges.

“Au Sénat, les femmes occupent 3 % des sièges: 3 sièges, et à la Chambre basse, elles occupent 4 % des sièges: 15 sièges.

“Ce déclin de la représentation des femmes est inquiétant et met en évidence les défis et les obstacles auxquels sont confrontées les femmes dans la compétition politique au Nigéria.

“Cela signifie que les politiques ou les questions concernant les femmes peuvent être facilement balayées sous le tapis.

“La situation n’est guère différente au Parlement de l’État.

“Sur les 1 019 femmes qui se sont présentées aux élections législatives de 2023, seules 48 ont été élues, soit un taux de réussite de 4,7 %.

“Ce chiffre a légèrement augmenté par rapport aux élections de 2019, mais il est encore loin d’une représentation adéquate.

“Les élections de 2023 ont vu un total de 1 553 femmes se présenter à divers postes, y compris les sièges présidentiels, gubernatoriaux et législatifs.

“Cependant, seules 72 femmes ont été élues au niveau fédéral et au niveau des États, ce qui représente un faible pourcentage de candidates élues.

“Nous conviendrons que ces deux chiffres sont faibles et que les femmes représentent actuellement moins de 10 % des postes clés de la politique nigériane, d’où la nécessité d’activer notre esprit de super-héroïne.”

Pour améliorer la représentation féminine en politique, Mme Akande-Sadipe a plaidé pour que tout le monde soit sur le pont, exhortant les femmes à prendre des mesures concrètes pour combler ces lacunes, compléter les chiffres et veiller à ce qu’elles aient des chances égales de participer et de diriger dans les structures décisionnelles du pays.

Ce faisant, le Nigéria peut exploiter le potentiel de sa population féminine et favoriser une gouvernance plus inclusive et plus efficace.

Selon elle, le Nigéria s’inspire d’un autre pays africain, le Rwanda, qui possède probablement l’un des pourcentages les plus élevés de femmes au parlement dans le monde.

Les politiques du pays en matière de violence sexiste, de droits fonciers et d’éducation témoignent d’un engagement fort en faveur de l’émancipation des femmes.

Elle a remercié les organisateurs de la réunion, notant qu’elle reflétait l’engagement collectif des femmes à faire progresser leur émancipation politique au Nigéria.

“Pour parvenir à une société plus équitable et plus juste, il faut donner la priorité à l’égalité des sexes et à l’inclusion sociale.

“Lorsque nous autonomisons les femmes et encourageons leur participation active à la vie politique, nous libérons le potentiel de la moitié de notre population, ce qui conduit à une croissance et à un développement durables”, a-t-elle conclu.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *