La NCC prévient les revendeurs d’appareils de communication contre la vente d’appareils non approuvés

0 323

La Commission nigériane des communications (NCC) prévient les vendeurs d’appareils de communication contre l’achat ou la vente d’appareils non homologués.

La Commission a donné cet avertissement lors d’un programme de sensibilisation au GSM Village Abuja, la capitale nigériane.

Emilia Nwokolo, qui représentait le directeur de la consommation, M. Alkassim Umar, a noté qu’il était nécessaire de sensibiliser les vendeurs sur le marché afin qu’ils ne soient pas arrêtés pour avoir vendu des appareils non homologués.

“Comme vous le savez, c’est le village GSM et ils vendent tous ces appareils, téléphones, ordinateurs portables et autres. Nous sommes venus ici pour les sensibiliser au danger que représente la vente d’appareils non homologués. Normalement, à la NCC, nous approuvons les appareils qui peuvent être vendus sur le marché nigérian parce que certains d’entre eux ne sont pas conformes aux normes, et nous ne voulons pas que des appareils non conformes aux normes soient en circulation sur le marché.

“Nous ne voulons donc pas que des appareils non conformes aux normes soient en circulation sur le marché. Nous devons donc les sensibiliser au danger que représente la vente d’appareils non homologués”, a-t-il expliqué.

Sur la manière dont ils peuvent identifier les produits non homologués et éviter les sanctions de la NCC, elle a déclaré : “Tout d’abord, avant d’introduire des appareils de télécommunications, vous devez demander l’approbation de la NCC, nous devons donc les vérifier et s’ils sont corrects, nous allons de l’avant et nous les homologuons. Une amende est déjà prévue si vous êtes surpris en train de vendre des appareils non homologués”.

Interrogée sur la fréquence des arrestations des contrevenants à la norme et sur le volume de produits non homologués sur le marché, elle a répondu : “Nous faisons notre travail de manière régulière. Elle a répondu: “Nous faisons notre possible pour les sensibiliser, mais d’autres départements de la NCC sont responsables du contrôle et de l’application de la loi”.

“En 2001, la Commission a créé le Bureau des affaires des consommateurs (CAB) ayant pour mandat de protéger, d’informer et d’éduquer les consommateurs de télécommunications sur leurs droits et privilèges. Le Bureau est l’interface entre les consommateurs de télécommunications et les fournisseurs de services.

“Le mandat du PIE est d’assurer la protection des droits et des intérêts des consommateurs de télécommunications, y compris les personnes vivant avec un handicap et les personnes âgées, par la diffusion d’informations adéquates : des programmes, la mise à disposition de différents canaux permettant aux consommateurs de demander réparation pour les plaintes non résolues par leurs fournisseurs de services, ainsi que des politiques et des stratégies efficaces qui favorisent la fourniture de services de télécommunications efficaces”, a-t-elle expliqué.

Le président du GSM Village (Market) Abuja, M. Macdonald Ugochukwu Ajuogu, au cours d’une interview avec le journaliste, a précisé que le syndicat du marché dispose d’un groupe de travail qui surveille le type et la norme des appareils vendus sur le marché et qu’il a également mis en place des mesures pour traiter tout membre qui manque à ses obligations.

“Normalement, nous avons une plateforme sur le marché où toute personne qui s’occupe d’un téléphone ou d’un ordinateur sur le marché est enregistrée auprès du syndicat et nous avons également un groupe de travail qui vérifie toujours tout ce qui se fait sur le marché.

”Nous avons également une équipe spéciale qui vérifie toujours tout ce qui se fait sur le marché.

“Ainsi, si quelqu’un est pris en défaut, l’équipe spéciale confisque toujours ses marchandises. Bien que certains de nos membres prennent parfois des raccourcis, en essayant de faire une ou deux choses, nous leur conseillons toujours de ne pas vendre de téléphones ou d’ordinateurs portables non homologués sur le marché”, a prévenu M. Ajuogu.

Il a ajouté que “nous avons une constitution qui stipule que lorsque vous violez la norme, vous êtes soit condamné à une amende, soit suspendu”.

Leave A Reply

Your email address will not be published.