Le Nigéria investit 520 millions de dollars pour appuyer les systèmes alimentaires nationaux

Envoyé spécial: Cyril Okonkwo à Rome.

0 378

Le Nigeria a investi environ 521 millions de dollars pour soutenir la transformation des systèmes alimentaires nationaux du pays en un système alimentaire plus performant, plus durable et plus équitable.

Le vice-président Kashim Shettima l’a déclaré lors de la réunion de haut niveau qu’il a présidée le premier jour du Sommet des Nations unies sur les systèmes alimentaires à Rome, en Italie.

Il a précisé que les fonds ont été mobilisés auprès de la Banque islamique de développement (BID), de la Banque africaine de développement (BAD) et du Fonds international de développement agricole (FIDA).

Selon le vice-président, l’administration du président Bola Tinubu est “orientée vers une trinité d’objectifs, mettre fin à la faim au Nigéria en assurant la sécurité alimentaire et la nutrition”.

S’exprimant plus avant, M. Shettima a révélé : “Nous avons l’obligation morale de mettre un terme à la faim dans notre pays.

“Honnêtement, nous n’avons rien à faire de la pauvreté, mais à l’heure actuelle, plus de 133 millions de Nigérians souffrent d’une pauvreté multidimensionnelle.

“Deuxièmement, en fournissant un revenu décent à nos agriculteurs et en catalysant ainsi l’augmentation des rendements et la croissance économique.

“Troisièmement, et c’est le plus important, en garantissant la durabilité environnementale, les systèmes alimentaires représentent un risque majeur pour le climat et l’environnement, contribuant à un tiers des émissions de gaz à effet de serre, à 70 %, 80 % de la perte de biodiversité et utilisant jusqu’à 70 % de l’eau douce.

Partenariat avec le FIDA

Qualifiant le FIDA de “faiseur de magie”, le vice-président Shettima a intimé que le partenariat entre le Nigéria et l’institution avait permis au pays de mettre en œuvre le programme de développement de la chaîne de valeur.

“L’histoire de cette réussite parle d’elle-même : elle a permis à 100 000 petits exploitants agricoles de sortir du piège de la pauvreté, et 100 000 n’est pas un chiffre négligeable.

“En les mettant en relation avec de grandes sociétés internationales de commercialisation comme OLAM, qui réalise un chiffre d’affaires annuel de 14,4 milliards de dollars, ils ont réussi à sortir eux-mêmes et leurs familles de la pauvreté”.

Le vice-président Shettima a ajouté que le programme de développement de la chaîne de valeur (VCDP) et les zones agricoles spéciales (SAPZ) représentent un modèle unique et concret de mobilisation d’investissements transformateurs pour développer les systèmes alimentaires du Nigéria.

“Il s’agit véritablement d’un changement de paradigme dans le financement de l’agriculture, qui mérite d’être imité par toutes les nations en développement du monde.

“Je tiens à remercier la Banque islamique de développement, le FIDA et la BAD pour leur soutien et, comme Oliver Twist, nous ne sommes que six et nous avons 36 unités fédératives.

“Nous voulons reproduire leur réussite dans chacun des 36 États de la fédération nigériane. Si le Nigeria fonctionne, l’Afrique fonctionne”.

Alvaro Lario, président du FIDA, S.E. Muhammad Suleiman Al Jasser, président de la Banque islamique de développement (BID), Mme Hassatau N’Sele, vice-présidente de la BAD, M. Reji George, vice-président d’OLAM International, et Mme Ejim Lovelyn, vice-présidente du Commodity Alliance Forum (représentante des agriculteurs), étaient également présents.

En déclarant l’ouverture du Sommet, le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a félicité les pays participants pour leur engagement à résoudre les défis de la faim et de la malnutrition.

“Il s’agit d’un rassemblement sur le système alimentaire. Il s’agit essentiellement de réaliser ces droits de l’homme fondamentaux – le droit à l’alimentation. Il est scandaleux que des personnes continuent à souffrir dans un monde d’abondance”, a déclaré le secrétaire général des Nations unies.

Le vice-président a également tenu une réunion bilatérale avec le premier ministre italien, Giorgia Meloni. Les deux dirigeants ont discuté de questions relatives au développement des deux pays.

Leave A Reply

Your email address will not be published.