Accusée de conflits d’intérêts, l’Américaine Scott Morton renonce à un poste clé de l’UE

0 241

L’économiste américaine Fiona Scott Morton a finalement renoncé, mercredi, à entrer au sein de la Direction européenne de la concurrence. La nomination de cette ex-consultante pour Amazon, Apple et Microsoft, a provoqué une vive polémique à Bruxelles. Emmanuel Macron avait exprimé ses doutes sur ce recrutement.

C’est l’épilogue d’une polémique qui dure depuis près d’une semaine. L’économiste Fiona Scott Morton a annoncé qu’elle renonçait à briguer un poste clé de l’Union européenne pour la régulation des géants de la tech après une polémique centrée sur sa nationalité américaine, dans une lettre publiée, mercredi 19 juillet, par la commissaire européenne Margrethe Vestager.

“Fiona Scott Morton m’a informée de sa décision de ne pas accepter le poste d’économiste en chef de la concurrence. Je l’accepte avec regret”, a déclaré Margrethe Vestager sur Twitter.

La nomination de cette ancienne de l’Administration Obama, ex-consultante pour Amazon, Apple et Microsoft, a provoqué une vive émotion à Bruxelles. Le président français, Emmanuel Macron, avait exprimé, mardi, ses doutes sur ce recrutement.

Un risque d’ingérence, selon plusieurs États membres

“Étant donné la controverse politique provoquée par la sélection d’une non Européenne pour occuper ce poste, et l’importance pour la Direction générale (de la concurrence) d’avoir le plein soutien de l’Union européenne (…) j’ai estimé que la meilleure chose était pour moi de me retirer”, a écrit Fiona Scott Morton, dans sa lettre adressée à Margrethe Vestager.

Des responsables politiques, essentiellement en France, ont épinglé ses anciennes fonctions de responsable de l’analyse économique à la division antitrust du ministère américain de la Justice, entre 2011 et 2012, ou de consultante pour des grands groupes de la tech.

Ils ont dénoncé de possibles conflits d’intérêts et le risque d’une ingérence de Washington dans des décisions de l’UE.

La Commission européenne avait adressé, vendredi, une fin de non-recevoir au gouvernement français, qui réclamait l’annulation du recrutement de cette professeure d’économie à la prestigieuse université de Yale.

 

Avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *