Le gouvernement nigérian s’engage à soutenir davantage les agriculteurs

Par Timothy Choji, Abuja

0 365

Le gouvernement nigérian s’apprête à soutenir les agriculteurs en leur fournissant des intrants qui contribueront à accroître l’offre alimentaire dans le pays.

Cela fait partie des interventions immédiates du gouvernement alors que le pays déclare une situation d’urgence en matière de sécurité alimentaire.

A lire aussi : L’état d’urgence décrété par le président Tinubu en matière de sécurité alimentaire

Le conseiller spécial du président nigérian pour les tâches spéciales, la communication et la stratégie, Dele Alake, a déclaré cela lors d’un briefing avec les correspondants de la Maison d’État jeudi.

Il a ajouté que “la décision de déclarer l’urgence sur la sécurité alimentaire a été prise par le Président Bola Tinubu suite à une réunion avec les parties prenantes du secteur agricole à Abuja le jeudi 13 juillet 2023”.

M. Alake a indiqué que les économies réalisées grâce à la fin des subventions sur l’essence seraient utilisées pour offrir des incitations aux agriculteurs et aux autres groupes vulnérables.

Il a ajouté : “En tant que dirigeant qui suit chaque jour l’évolution de la situation dans le pays, M. le Président n’ignore pas l’augmentation du coût des denrées alimentaires et la manière dont elle affecte les citoyens. Si la disponibilité n’est pas un problème, l’accessibilité financière est un problème majeur pour de nombreux Nigérians dans toutes les régions du pays. Cette situation a entraîné une baisse significative de la demande, compromettant ainsi la viabilité de l’ensemble de la chaîne de valeur agricole et alimentaire.

“En conséquence, conformément à la position de cette administration qui consiste à veiller à ce que les plus vulnérables soient soutenus, M. le Président a déclaré, avec effet immédiat, les mesures suivantes :

“L’état d’urgence sur la sécurité alimentaire est annoncé immédiatement et toutes les questions relatives à la disponibilité et à l’accessibilité de la nourriture et de l’eau, en tant que moyens de subsistance essentiels, sont du ressort du Conseil national de sécurité.

“En réponse directe et immédiate à cette crise, plusieurs initiatives seront déployées dans les semaines à venir pour inverser cette tendance inflationniste et garantir à l’avenir un approvisionnement ininterrompu en denrées alimentaires abordables pour les Nigérians ordinaires.

“Comme dans la plupart des situations d’urgence, il existe des interventions et des solutions immédiates, à moyen et à long terme. Dans l’immédiat, nous avons l’intention de déployer une partie des économies réalisées grâce à la fin des subventions sur les carburants dans le secteur agricole, en mettant l’accent sur la revitalisation de ce dernier.

“Lors d’une réunion précédente avec les parties prenantes de l’agriculture (aujourd’hui), nous avons rédigé un mémorandum de partenariat entre le gouvernement et les représentants des différentes parties prenantes qui englobe les décisions prises et les actions proposées dans le cadre de nos engagements.

Stratégies

M. Alake a communiqué des détails sur les stratégies d’intervention immédiate qui seront déployées par le gouvernement :

” Nous allons immédiatement distribuer des engrais et des céréales aux agriculteurs et aux ménages afin d’atténuer les effets de la suppression des subventions.

” Il doit y avoir une synergie urgente entre le ministère de l’agriculture et le ministère des ressources en eau pour assurer une irrigation adéquate des terres agricoles et garantir la production de nourriture tout au long de l’année.

Il a ajouté que le président avait révélé que le Nigéria ne pouvait pas se contenter d’une agriculture saisonnière et que, par conséquent, un marché national des produits de base serait mis en place afin de contrôler la fluctuation des prix des denrées alimentaires.

“Nous créerons et soutiendrons un Conseil national des produits de base qui examinera et évaluera en permanence les prix des denrées alimentaires et maintiendra une réserve alimentaire stratégique qui servira de mécanisme de stabilisation des prix pour les céréales et autres denrées alimentaires essentielles. Par l’intermédiaire de cet office, le gouvernement modérera les hausses et les baisses des prix des denrées alimentaires.

“Pour y parvenir, les parties prenantes suivantes sont prêtes à soutenir l’effort d’intervention du président Bola Ahmed Tinubu : la National Commodity Exchange (NCX), les entreprises de semences, le National Seed Council et les instituts de recherche, la NIRSAL Microfinance Bank, les associations de transformation alimentaire et agricole, les détenteurs du secteur privé et les ancres principales, les petits exploitants agricoles, les associations de cultures et les associations de producteurs, de mélangeurs et de fournisseurs d’engrais, pour n’en citer que quelques-unes”, a-t-il informé.

Protection

M. Alake a également indiqué que des mesures adéquates seraient prises pour protéger les agriculteurs contre les attaques, afin de stimuler la production alimentaire.

Ses mots: “Nous engagerons notre dispositif de sécurité pour protéger les fermes et les agriculteurs afin que ces derniers puissent retourner sur leurs terres sans craindre les attaques. La Banque centrale continuera à jouer un rôle majeur dans le financement de la chaîne de valeur agricole.

“Activation des banques de terres : il existe actuellement 500 000 hectares de terres déjà cartographiées qui seront utilisées pour augmenter la disponibilité de terres arables pour l’agriculture, ce qui aura un impact immédiat sur la production alimentaire.

“Mécanisation et défrichement – Le gouvernement collaborera également avec des entreprises de mécanisation pour défricher davantage de forêts et les rendre disponibles pour l’agriculture.

Bassins fluviaux

M. Alake a indiqué que les bassins fluviaux seraient également réaménagés afin de garantir la plantation de cultures pendant la saison sèche grâce à des systèmes d’irrigation qui garantiront la production agricole continue tout au long de l’année, afin d’enrayer la surabondance et la pénurie saisonnières que nous connaissons habituellement.

Il a expliqué que le gouvernement explorerait différents moyens de transport, y compris le transport ferroviaire et fluvial, afin de réduire les coûts de fret, ce qui aurait un impact sur les prix des denrées alimentaires.

Il a également réitéré que “le gouvernement augmenterait les recettes provenant des exportations alimentaires et agricoles en garantissant une alimentation suffisante et abordable à la population et en s’efforçant de stimuler la capacité d’exportation du secteur agricole”.

Le conseiller présidentiel a ajouté que l’un des principaux résultats positifs de la mise en œuvre de ces interventions serait une augmentation massive de l’emploi et de la création d’emplois.

Leave A Reply

Your email address will not be published.